Hello Handicap le salon 0 déplacements, 100% recrutement

Nouveaux AVS : pas d'activités extra-scolaires !

Résumé : Bientôt une vraie profession pour les AVS à travers le statut d'AESH. Mais quid de l'accompagnement des élèves handicapés lors des activités extra-scolaires qui seront généralisées lors de la prochaine rentrée ?

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Adieu les AVS (Assistants de vie scolaire), bientôt les AESH (Accompagnants d'élèves en situation de handicap) ! Changement de nom pour ce nouveau dispositif d'accompagnant professionnalisé (un vrai CDI reconnu par un diplôme) qui fera sa rentrée le 1er septembre 2014. Un progrès, certes, mais qui ne fait pas l'unanimité chez certaines associations. Ou tout au moins pas à 100 % !

Elève handicapé exclu des activités ?

A 100 %, c'est justement ce qu'on voudrait pour eux car l'actuel projet de décret relatif à cette professionnalisation ne prévoit de les solliciter que pendant les temps de classe, excluant les activités périscolaires généralisées par la réforme des rythmes scolaires à toute la France dès la prochaine rentrée. Or les enfants en situation de handicap ont parfois besoin d'être accompagnés sur l'ensemble des temps éducatifs (scolaires, périscolaires et extrascolaires). Très concrètement, cela signifie que certains ne pourront pas participer à ces activités !

Déceptions et inquiétudes

La FGPEP et les CEMEA, tout comme le SNUipp (syndicat d'enseignants), demandent donc la modification du projet de décret afin de permettre un accompagnement global des jeunes sur l'ensemble de leurs temps et lieux de vie. Selon la FGPEP, « ce texte est loin d'être un aboutissement. Il ne peut être considéré que comme une première étape dans le processus de professionnalisation des AVS tant on reste encore loin des préconisations du rapport Komites, qui avait planché sur le sujet. » Ses partisans proposaient que l'AESH puisse envisager un complément d'activité sous la responsabilité d'une association partenaire.

Quelle évolution professionnelle ?

L'inclusion n'est pas circonscrite aux bancs de l'école et impose la nécessité d'un accompagnement global du jeune en situation de handicap. Les associations attendent également des précisions relatives au contenu de cette nouvelle formation diplômante en espérant que, malgré le choix de niveau V, des passerelles inhérentes aux diplômes européens mettront en place des perspectives permettant une évolution professionnelle.

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 27-05-2014 par Titichou :
Mon fils est rentre en moyenne section. Je me bat déjà pour qu'il est accée à l'école plus que 3 demi journée à l'école ( actuellement c'est son cas), pour qu'il est une AVS qui l'accompagne le midi à la cantine pour qu'il est des journées commes "les autres" pour que moi aussi je puisse avoir une activité professionelle. Avec ce projet de décret mon fils sera, comme beaucoup trop d'autres enfants, exclu.
Les activités périscolaires et notamment le sport il en rafolle, c'est là qu'il s'exprime le plus, qu'il participe le plus et où il montre beaucoup de son potentiel, hors là il sera exclu une fois encore.
Et pour les AVS elles auront un CDI ( ce qui est une TRES bonne nouvelle) mais si l'enfant ne fais pas le péri, elles font quoi? rien donc elle ne travaille pas non plus et auront encore des contrats avec des salaires précaires....

Ce décret annonce UNE très bonne nouvelle, j'aimerais qu'il ne la gâche pas en PENSANT handicape et qu'il s'ADAPTE REELEMENT !!!

Le 27-05-2014 par Titichou :
Mon fils est rentre en moyenne section. Je me bat déjà pour qu'il est accée à l'école plus que 3 demi journée à l'école ( actuellement c'est son cas), pour qu'il est une AVS qui l'accompagne le midi à la cantine pour qu'il est des journées commes "les autres" pour que moi aussi je puisse avoir une activité professionelle. Avec ce projet de décret mon fils sera, comme beaucoup trop d'autres enfants, exclu.
Les activités périscolaires et notamment le sport il en rafolle, c'est là qu'il s'exprime le plus, qu'il participe le plus et où il montre beaucoup de son potentiel, hors là il sera exclu une fois encore.
Et pour les AVS elles auront un CDI ( ce qui est une TRES bonne nouvelle) mais si l'enfant ne fais pas le péri, elles font quoi? rien donc elle ne travaille pas non plus et auront encore des contrats avec des salaires précaires....

Ce décret annonce UNE très bonne nouvelle, j'aimerais qu'il ne la gâche pas en PENSANT handicape et qu'il s'ADAPTE REELEMENT !!!

Le 27-05-2014 par Maman75 :
Ce décret organise lexclusion des enfants en situation de handicap. Les équipes dencadrement ne prendront pas le risque daccepter un enfant handicapé sans personnel adapté.
Ce décret va à lencontre du projet de lois d'égalité des chances de 2005. Il nie les besoins spécifiques des enfants en situation de handicap.
Comment peut-on envisager lécole inclusive, quand on ne permet pas à lenfant en situation de handicap, de se rendre ni à la cantine, ni aux activités culturelles et périscolaires.
La situation de handicap enlèverait-elle toute possibilité douverture desprit ? Seuls les enfants valides pourraient bénéficier de louverture de lécole au monde extérieur.
Bravo messieurs mesdames les députés, les ministres, quelle belle société « inclusive » que vous nous préparez !
Devant l'autisme de nos dirigeants, comment pouvons-nous agir pour remédier à cette société discriminante et permettre à nos enfants de devenir des citoyens autonomes?

Le 27-05-2014 par marsha :
c'est une bonne nouvelle qu'une AVS aura son CDI
je pense qu'il faut quand même une petite formation
sur les différents handicaps ainsi que la psychologie de l'enfant.
il faut aussi des réunion avec l'enseignante les parents et la psychologue des réunions pour parler de l'évolution de l'enfant .
pour parler aussi des difficultés rencontrées sur le terrain car c'est vraiment un travail difficile

Le 27-05-2014 par thesabile :
sûr qu'on va se battre contre cette régression, puisqu'une jurisprudence du conseil d'état avait jugé le contraire et que nous pouvions nous appuyer dessus. Je me souviens d'un certain amendement 274 qui en moins d'une semaine sous la seule pression virtuelle de toutes les assos concernées par des handicaps cognitifs est mort-né.
Par contre, je crains le pire quand je vois les CEMEA mener la danse (dans l'espoir secret d'emporter les marchés ?) Quand on voit qu'ils sont à la botte du lobby psychanalytique et osent encore soutenir (par des pétitions et des formations) en matière d'autisme, et qu'ils proposent des formations au packing, technique maltraitante interdite par la HAS... Je crois qu'on va très bien se débrouiller sans eux.

Le 28-05-2014 par carole :
Je suis ASEH depuis avril 2013 mon contrat se termine dans moins d un an l enfant que je suis a évolue dans la classe a la même vitesse que les autres il passe en CE1 à la rentrée mais mon contrat se termine en avril 2015 que vat devenir cette enfant si ce décret passe j aurais la possibilité de continuer a l aider il avait du tellement de mal a accepter une personne auprès de lui .

Le 28-05-2014 par aly :
et qui demande l'avis des AVS ???? personne !!! nous ne sommes jamais consultées !!! bouche trou tu seras, bouche trou tu resteras, nous ne sommes reconnus par personne, quel dommage!!!

Le 28-05-2014 par edith :
je suis EVS en milieu scolaire, nous faisons le même travail que les AVS et nous sommes pas reconnue. Toujours des contrats précaire en CUI, non renouvelable après 2 ans, malgré la qualité du travail fait sur le terrain, pas de formation sur l'handicape avant la prise de poste. Aucune considération de la part de l'employeur, n'y de l'établissement scolaire. Aucun avantage, c'est travail et t'ais toi! Le salaire j'en parle même pas...Un métier en or, enrichissant mais pas reconnus, sous paye, exploité, sous estime voila le travail de l'EVS aujourd'hui. c'est bien dommage.

Le 30-05-2014 par Florence :
AVS, j'accompagne un petit garçon autiste depuis le mois de janvier. J'aimerai connaître les possibilités de formations afin d'optimiser sa scolarisation. Je connais déjà la méthode ABA. Merci pour les éventuels renseignements.

Le 30-05-2014 par chanel :
Soit les PEP et CEMEA  sont mal informés, soit il existe une version secrète du projet de décret.
Dès l'introduction je lis « le présent décret est pris pour lapplication de l'article 124 de la loi n° 2013-1278 du 29/12/2013». C'est à dire : ajout dans le code de l'éducation de l'Art. L. 917-1.- « Des AESH peuvent être recrutés pour exercer des fonctions d'aide à l'inclusion scolaire de ces élèves, y compris en dehors du temps scolaire ».
Le décret concerne uniquement les conditions de recrutement et de rémunération des AESH et ne remet aucunement en cause l'article L.917-1 du code de l'éducation.
Si ces organismes souhaitent s'occuper des enfants handicapés sur les temps périscolaires en plus des AESH, why not ? mais ils devraient sérieusement revoir leurs prises de positions (opposition aux recos HAS) et formations concernant l'autisme, car aucune famille sensée ne leur confierait leur enfant avec TSA !

Le 02-06-2014 par gwenaël :
C'est une bonne nouvelle, uniquement si la formation proposée est de qualité. En effet pourquoi créer encore et toujours de nouveaux diplômes. Je m'explique au Québec, ils emploient des éducateurs spécialisés. Je n'en demande pas temps : chez nous en France nous avons des moniteurs éducateurs qui sont formés aux Handicaps.
Mon fils est handicapé mais son handicap ne se voit pas. Je suis éducatrice et j'ai du mal à supporter l'incompétence des accompagnant en raison de l'absence de formation, de connaissances solides, qui les a mené raient à une meilleure tolérance des troubles.

Le 04-06-2014 par delcros :
Je viens de lire toutes les réactions et il faudrait une voir des formations spécifiques selon le ou les types d'handicaps (moteurs mentals psychiques sensoriels visuels et auditifs); en ce qui concerne le handicap visuel, il faut différencier les personnes malvoyantes très malvoyantes et nonvoyantes. Pour ce qui est du handicap auditif, il faut entendre les sourds et les malentendants. Pour moi, chaque type d'handicaps demande des formations totalement différentes et très spécifiques.
J'ai rencontré une jeune étudiante à µToulouse qui, en tant qu'avs, avait des classes de plusieurs handicaps; elle a fait une formation d'une semaine et elle m'a dit que cela n'était pas suffisant et elle avait un salaire de misère; elle fasait çà pour aider au paiement de ses études et, par la suite, elle voulait faire autre chose; je ne sais pas les études qu'elle fait.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches