Aménager Paris pour une pleine citoyenneté des personnes handicapée

Résumé : La Ville de Paris veut que les personnes handicapées soit considérées comme des citoyens à part entière.

Par , le 

En faisant de l'intégration des personnes handicapées à la vie de la Cité une priorité de la mandature, Bertrand Delanoë et son adjointe Pénélope Komites ont voulu prendre en compte l'attente des personnes handicapées de la capitale, à savoir: être considérés comme des citoyens à part entière.

« Mission impossible »

Beau projet en vérité mais on peu, à juste raison, s'interroger sur le libre exercice de cette citoyenneté lorsque le simple fait de se déplacer se révèle difficile voire impossible. Pour les personnes à mobilité réduite, circuler dans la capitale c'est depuis longtemps « mission impossible » : stationnement abusif des véhicules, trottoirs et des chaussées encombrés, cheminements piétons rendus dangereux par certains types de revêtement, emplacement gênant du mobilier urbain, absence d'aménagements spécifiques pour les déficients visuels, auditifs ou mentaux...

Schéma directeur

Pour faire face à cette situation inacceptable, le Conseil de Paris a adopté en juillet dernier le schéma directeur d'accessibilité à la voirie parisienne dont l'objectif est d'offrir à tous la possibilité d'accéder à l'espace public dans les meilleures conditions de sécurité et de confort, quelles que soient les différences physiques, sensorielles ou intellectuelles. Le schéma directeur est un document cadre trans-handicap qui s'articule autour de quatre grands axes : réfection et réalisation des chaussées et des trottoirs, réduction de l'emprises des terrasses pour contenir les débordements et améliorer les conditions de circulation sur les trottoirs mais aussi abaissement des bordures de trottoirs devant les passages piétons et installation de feux sonores pour sécuriser la traversée des personnes aveugles ou malvoyantes. Une attention particulière sera apportée à la mise en place d'une signalisation au sol adaptée au handicap visuel (bandes de guidage sur la chaussée et bandes d'éveil de vigilance podotactiles sur les trottoirs et devant les escaliers de métro). Enfin, le mobilier urbain et son implantation feront l'objet d'une étude soigneuse visant à faire disparaître les bornes et des chaînes la voirie parisienne ou à supprimer ou remplacer les visières sur les feux tricolores.

Politique globale

Le schéma directeur normalisera de manière à la fois prescriptive et systématique, les travaux en faveur des personnes à mobilité réduite. Les améliorations apportées s'intègreront dans une politique d'aménagement globale de la voirie parisienne. Les responsables de ce projet tiennent à mettre l'accent sur la large concertation qui a accompagné son élaboration. « J'ai souhaité, explique Pénélope Komites, y associer l'ensemble des partenaires concernés : associations, représentants d'usagers, instances spécialisées, Directions de la Ville de Paris, mairies d'arrondissement. » Avant d'ajouter : « Même si les grandes orientations sont aujourd'hui définies, le document tel qu'il a été adopté, n'est pas figé. J'ai donc décidé de créer un «Comité de suivi de l'accessibilité à la voirie parisienne» qui aura une double mission : analyser la mise en place et le fonctionnement des futures réalisations et proposer des solutions nouvelles en fonction des situations rencontrées. »

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr