Nouveau pour les aveugles, des cartes de restaurant sonores

Résumé : Des cartes sonores dans des restaurants pour faciliter la "lecture" des clients aveugles ? On doit ce projet innovant à la Jeune chambre économique de à Saint-Omer, dans le Pas-de-Calais. Une belle idée qui espère bientôt "nourrir" la France.

Par , le 

Réagissez à cet article !

Des cartes de restaurant sonores pour les clients aveugles ? « C'est en discutant avec un restaurateur que l'idée est venue, il y a un an » explique Hélène Hau. « Nous avions plusieurs projets et avons voté pour en choisir quatre dont les menus sonores, ce qui est une première en France. » Il a été mené par la Jeune chambre économique de Saint-Omer et sa région, dont Hélène Hau est présidente. « Nous avons travaillé en étroite collaboration avec la Maison des aveugles qui a pu nous fournir des données chiffrées. » En France, 3% de la population est concernée par un déficit visuel, et on compte  près de 2 millions de personnes malvoyantes.

Un dispositif concluant

Comment, alors, concevoir l'outil adéquat pour leur permettre de se faire plaisir au restaurant en toute autonomie ? Depuis le mois de juillet 2015, les équipes de la Jeune chambre collaborent avec les restaurateurs de la région et les personnes concernées pour expérimenter un tout nouveau dispositif, qui s'avère rapidement concluant. L'association réalise d'abord une phase de test auprès de deux restaurants en enregistrant leur carte. « Nous nous sommes tout de suite rendu compte que le matériel audio utilisé était très important ». L'association teste plusieurs outils pour retenir le dictaphone Philips Voice Tracer DVT2500 qui offre une qualité de son suffisante pour ne pas obliger les clients à porter un casque. « C'était le plus pratique, le plus léger. Il permet à la personne aveugle de passer d'un fichier à l'autre, donc d'un plat à l'autre très facilement, explique Emilie Ducourant, directrice de la commission carte sonore ».

Facilité d'utilisation

Monsieur Berteloot, patron du Rialto à Saint-Omer, est l'ambassadeur de ce projet. Et d'expliquer que « lorsque la Commission nous a contactés, nous avons tout de suite accepté de participer. On a commencé par imaginer des menus en braille mais nous avons immédiatement écarté cette possibilité onéreuse et moins efficace. Les dictaphones ont été adoptés par les bénévoles malvoyants pour leur facilité d'utilisation »« C'est mon épouse qui a enregistré le menu pour offrir une écoute plus féminine et agréable, plaisante le restaurateur ». Sur la région de Saint-Omer, l'initiative devrait s'étendre à une trentaine de restaurants. « Je suis convaincu par ce projet et fier d'en être l'ambassadeur, conclut-il, particulièrement optimiste ».

De son côté, la Jeune chambre souhaite essaimer cette belle idée auprès de ses confrères, d'ici 2016. « Si elle est élue par la JCEF (Jeune chambre économique française), les 15 autres Jeunes chambres pourront choisir de reproduire l'action sur leur territoire. » conclut Emilie Ducourant, qui entend donner toutes ses chances à la carte sonore en lui offrant une envergure nationale.

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches