Charte Aspie friendly : valoriser le talent des Asperger ?

Résumé : Des universités et des entreprises "aspies friendly", c'est-à-dire accueillantes et bienveillantes avec les personnes autistes Asperger, c'est ce que vise une nouvelle charte. Pour offrir toutes les chances à ces talents neuroatypiques.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Un discours dans l'air du temps laisse entendre que les autistes Asperger seraient des recrues hors pair, que les entreprises s'arrachent. La série Good doctor et son brillantissime chirurgien ont peut-être contribué à alimenter ce « fantasme ». Mais la réalité n'est pas toujours aussi rose et nécessite, en amont de l'emploi, de prendre en considération les particularités de ces étudiants « neuroatypiques » et de leur proposer un environnement adapté. C'est dans ce contexte que la charte « Construire une université Aspie friendly » a été signée le 22 novembre 2018, au sein de l'Université Paris-Est Créteil (UPEC), en présence de Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées.

Des forces et talents à explorer

L'objectif du projet* ? Améliorer l'inclusion des personnes avec autisme sans déficience intellectuelle dans l'enseignement supérieur et vers l'insertion professionnelle. « Ce projet part d'un constat simple, explique le communiqué. Le nombre d'Aspies en emploi est faible, alors que leurs capacités intellectuelles et leurs forces sont des atouts pour les entreprises et les institutions ». Porté par l'université fédérale Toulouse Midi-Pyrénées, ce projet associe une vingtaine d'universités en France. Dans ce cadre, une charte « Entreprise Aspie friendly » a également été élaborée afin d'aider à identifier les bonnes pratiques pour lever les barrières dans l'accès à l'emploi. Bertrand Monthubert, porteur du projet, l'a co-signée avec plusieurs grandes entreprises : AutiConsult, CGI, Microsoft et Thales. AutiConsult, par exemple, entreprise internationale de services du numérique, est la première en France à employer spécifiquement des personnes avec spectre de l'autisme en tant que consultant en informatique. Elle se dit « fière de développer une culture professionnelle valorisant l'autisme, de reconnaître chacun de nos collègues pour ses forces et talents individuels. »

Une université engagée

Ce projet Aspie friendly s'inscrit dans la Stratégie nationale pour l'autisme, dévoilé en avril 2018 par le Premier ministre (article en lien ci-dessous) ; il a démarré en 2018 pour une durée de 10 ans et couvre tous les aspects depuis la transition entre le secondaire et l'université jusqu'à l'insertion sociale et professionnelle. L'occasion pour l'UPEC d'annoncer également le lancement de sa chaire « handicap et emploi pour une société inclusive » qui se veut un lieu de réflexion, de formation, d'échange et de formalisation de projets. « Cette chaire contribuera à la construction d'une société véritablement inclusive où la personne handicapée se sentira attendue dans l'entreprise et considérée pour ses compétences, sa richesse, ses savoir-faire », explique l'université. Cette dernière a, par ailleurs, mis en place un groupe de travail « HanViecap » ayant pour objectif de faire évoluer les pratiques et d'améliorer l'accompagnement des personnes en situation de handicap.

*Il est financé dans le cadre des « Nouveaux cursus à l'université » par les Programmes investissement d'avenir.

© Twitter Sophie Cluzel

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Actus sur Handicap.fr

Autres sur Handicap.fr

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 03-12-2018 par Julien :
Bonjour
Cest une très belle initiative. On parle là dintégration à luniversité. Mais il faut déjà que ces enfants soient acceptés et intégrés dès le plus jeune âge à lécole maternelle. Étant papa dun enfant autiste asperger je sais de quoi je parle et surtout de toutes les batailles que nous avons dû mener pour quil soit intégré dans une école normale. Je pense que la vraie bataille commence à 3ans sans quoi il sera plus compliqué de voir ces enfants jusquà luniversité.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr