Dépenses sociales des départements : nouvelle hausse en 2012

Résumé : Les charges incombant aux départements en matière sociale, après déduction des soutiens financiers de l'Etat, ont augmenté de 4,4% en 2012.

Par , le 

Réagissez à cet article !

PARIS, 13 juin 2013 (AFP) -
Les charges incombant aux départements en matière sociale, après déduction des soutiens financiers de l'Etat, ont augmenté de 4,4% en 2012 alors que les recettes départementales ne progressaient que d'un peu plus de 1%, selon l'Observatoire national de l'action sociale décentralisée (Odas).
Cette situation "inquiétante" appelle "une reformulation des règles concernant le concours de l'Etat pour les allocations versées par les départements", ainsi que "de nouvelles stratégies de prévention des risques
sociaux pour éviter les dépenses beaucoup plus lourdes de la réparation dans l'urgence", estime cet organisme dans une étude publiée jeudi.

Au total, les départements ont dépensé 32,5 milliards d'euros pour l'action sociale (enfance, personnes âgées, RSA...) en 2012, une hausse de 3,3% par rapport à 2011, inférieure à celle de l'année précédente (+3,8%).
Si l'on déduit les sommes reversées par l'Etat pour certaines allocations, comme le Revenu de solidarité active, les départements ont dépensé 24,7 milliards d'euros ("charge nette"), soit une hausse de 4,4%,
comparable à celle de l'année précédente.

La charge nette a été tirée à la hausse par les allocations de solidarité (RSA, allocation personnalisée d'autonomie, prestation de compensation du handicap), en augmentation de 10,4%, alors que la progression était de 3% pour les dépenses d'hébergement et d'accueil et de 1,6% pour les autres dépenses (personnel notamment).
Les dépenses d'hébergement représentent plus de 45% de la charge nette.
La protection de l'enfance représente la moitié de ces dépenses, le secteur du handicap 40% et les personnes âgées environ 10%.
Le soutien aux personnes handicapées, qui représentait 21% de la charge nette des départements en 2004, est passé à 24% en 2012, tandis que l'insertion passait de 6% à 9%. Sur la même période, la part des dépenses consacrées aux personnes âgées est restée stable à quelque 20%, tandis que la part de l'aide sociale à l'enfance diminuait de 31% à 28%.
La charge nette du soutien aux personnes handicapées a augmenté de 5,1% en 2012 à 5,8 milliards d'euros, l'aide aux personnes âgées a progressé de 2,8% à 5,10 milliards et le soutien à l'enfance et à la famille de 3,1% à 6,89 milliards.
Les dépenses nettes au titre de l'insertion (RSA) ont augmenté de 18,3% à 2,20 milliards.

paj/db/bfa

 

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

 

 

 

Réagissez à cet article !  


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr