Le poste de délégué interministériel à l'autisme est créé

Résumé : Édouard Philippe l'avait promis, il crée le poste de délégué interministériel à la stratégie nationale pour l'autisme. Ses missions ? Veiller à la prise en compte de cette stratégie dans les politiques ministérielles. Claire Compagnon est press

Par , le 

Réagissez à cet article !

Dernière minute le 27 avril 2018

Le 27 avril, en Conseil des ministres, Claire Compagnon est nommée "déléguée interministérielle à la stratégie nationale pour l'autisme". C'est elle qui a coordonné le travail pour l'élaboration de ce plan. Elle a longtemps travaillé auprès des usagers de la santé, d'abord à Aides (lutte contre le sida) puis à la Ligue nationale contre le cancer. En 2015, elle a été nommée à l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) par Marisol Touraine, alors ministre de la Santé.

Article d'origine du 26 avril

Le décret instituant "un délégué interministériel à la stratégie nationale pour l'autisme", annoncé le 6 avril 2018 par le Premier ministre Édouard Philippe dans le cadre d'une stratégie nationale sur cinq ans, a été publié le 26 avril au Journal officiel. "Il est institué un délégué interministériel à la stratégie nationale pour l'autisme au sein des troubles du neuro-développement. Il est placé sous l'autorité du ministre chargé des Personnes handicapées", selon le décret.

Quelles missions ?

Le nouveau délégué sera notamment chargé de veiller à la prise en compte de cette stratégie dans les politiques ministérielles, de "garantir le recours régulier à l'expertise et l'expérience des usagers, des professionnels et des scientifiques" et de "coordonner" le déploiement et la communication de cette stratégie. Il devra également "proposer les évolutions nécessaires pour la mise en oeuvre opérationnelle de la stratégie nationale". Il sera accompagné d'un "conseil national des troubles du spectre autistique et des troubles du neuro-développement" composé de représentants d'associations d'usagers, de familles, de professionnels, de représentants de l'État et des collectivités, scientifiques et personnalités qualifiées, avec une "mission d'étude et d'expertise".

En présentant le plan national pour l'autisme, M. Philippe avait expliqué que l'objectif était "de faire en sorte de rattraper notre retard, de détecter plus tôt, d'accompagner mieux".

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2018) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr