Travailleurs handicapés : un sondage au goût de caricature !

Résumé : Emploi et handicap: les stéréotypes ont la vie dure ! C'est ce que révèle 1 sondage réalisé par l'Agefiph. Face à ce constat, comment convaincre les managers que ceux qu'on prétend fragiles peuvent constituer 1 force vive ? Des experts répondent.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Jean-François Trogrlic, directeur du bureau de l'OIT (Organisation internationale du travail) pour la France, faisait un jour remarquer qu'il n'y avait aucune personne handicapée à la direction du budget. « Mais c'est une direction d'élite ! lui a-t-on répondu ». Symptomatique ! Dans la sphère professionnelle, handicap rime encore trop souvent avec incompétence. C'est sur cette vaste question que s'est penché l'Agefiph. Un sondage IFOP, réalisé à l'occasion des 25 ans de ce fonds, a mobilisé 400 managers (dirigeant une entreprise de 20 salariés et plus) et 1000 salariés du privé. Son ambition ? Mesurer la vision sur les travailleurs handicapés en entreprise.

Vision caricaturale


Le premier enseignement de cette étude, c'est que les deux parties conservent une vision très caricaturale du handicap, alors même que 65 % des managers sondés disent employer une personne handicapée au moment de l'enquête. On note une tendance manifeste à surévaluer la part de la déficience physique (une personne handicapée étant majoritairement en fauteuil roulant ou atteinte de sclérose en plaques !) par rapport au handicap psychique (seulement 27 % des chefs d'entreprise et 22 % des salariés considèrent que la dépression est un handicap). Il y a peut-être urgence à cesser de communiquer sur des typologies de handicap qui ne font qu'accentuer les stéréotypes. Préférer un message global en faveur de la diversité...

Courageuses mais improductives


On constate également une ambivalence sur l'image des personnes handicapées. On les imagine courageuses mais néanmoins improductives, à cause de leur lenteur et de leur fragilité supposées. La grande majorité des sondés a encore du mal à concevoir un lien légitime entre personne handicapée et emploi. 6 % seulement des termes employés concernent la notion de travail, les autres renvoyant à l'aspect médical, la déficience, la compensation... Alors même que cette étude est conduite avec un prisme professionnel ! Ces idées-reçues sont des freins majeurs à l'inclusion des personnes handicapées dans le monde du travail. Or, il suffit souvent de franchir ce cap pour briser les réticences. L'effet bénéfique de l'expérience semble indéniable, et constitue le point de départ d'un cercle vertueux !

Le vent de l'Histoire...


Selon Thierry Calvat, directeur d'Inédiction, cabinet de conseil en innovation sociale dédié au management de la fragilité en entreprise : « Il faut accompagner les entreprises dans le management de ceux qu'on considère comme vulnérables : les personnes malades, vieillissantes ou handicapées... Elles se retrouvent inadaptées dans un monde régi par le « normal ». Elles représentent un univers de contraintes alors que l'entreprise veut être un lieu d'absence de freins où l'on vise la rentabilité, la productivité. La plupart d'entre elles sont fondées sur le modèle du haut potentiel : 20 % des employés assurent 80 % de la rentabilité. Alors elles investissent en priorité sur ce haut potentiel, et le reste est géré à la marge. Pourtant, le vent de l'Histoire va dans le sens d'une meilleure prise en compte du handicap puisqu'on constate qu'il y a de plus en plus de personnes fragiles au sens large. D'autant que les hauts potentiels sont de plus en plus coûteux à garder et à séduire. »

S'adapter, c'est leur credo !


Quel plan de com sera assez audacieux pour faire changer la représentation du handicap dans l'entreprise quand elle est aujourd'hui le plus souvent synonyme de dépendance ? « Il faut rassurer les managers et les équipes qui n'ont jamais été confrontés au handicap, explique Philippe Croizon qui, connu pour ses exploits de nageur hors-pair, est également consultant en entreprise. Tous passent par un premier moment de frayeur : « Il ne va pas être compétent... Je vais devoir faire le boulot à sa place ! » Et de mentionner le cas d'une équipe qui menaçait de faire grève si on embauchait une infirmière amputée. Le milieu hospitalier, apte à soulager le handicap mais surtout pas à le côtoyer en tant que pair ? Or, il est important de rappeler que les personnes handicapées le sont majoritairement à la suite d'un accident en cours de vie, et ont appris, plus que tout autre, à s'adapter. Or s'adapter, c'est justement le grand défi des entreprises. Selon Jean-François Trogrlic, « en France, il faudrait faire en sorte que la personne handicapée soit explicitement citée dans le projet de responsabilité sociale de l'entreprise. Jusqu'à devenir un objet de non-discrimination ».

Une sensibilisation à la racine


La tâche est encore rude pour former les managers à accueillir la différence. Certains s'y emploient. C'est le cas de Thierry Sibieude, professeur à l'ESSEC, initiateur du programme PHARES destiné à favoriser l'inclusion des étudiants handicapés au sein de cette grande école de commerce. Au-delà des perspectives d'emploi pour ces candidats, la démarche est plus ambitieuse. « En confrontant ces managers de demain à leurs camarades handicapés, explique-t-il, on peut espérer, lorsqu'ils seront en situation d'embauche, qu'ils liront leur CV avec bienveillance. Cette implication vaut d'ailleurs dès l'école primaire ». Et de clamer qu'à ce titre l'Agefiph devrait, également, être « terriblement concernée par la formation des AVS ». S'il est un constat qui fait l'unanimité, c'est bien l'idée que cet engagement-là doit être pris à la racine...

" Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. "

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Tous les liens


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 30-09-2013 par Marie 6442 :
Bonjour,

De mon expérience l'accueil en entreprise est plutôt lamentable. L'équipe dans laquelle je travaille m'a considérée dès le premier jour comme nulle. Les commentaires négatifs, les reproches injustifiés sont légions de la part de certains.
Alors que j'ai plus d'expérience professionnelle, de meilleures connaissances techniques, et un beau palmarès à mon actif.
Quand à la DRH, elle m'a dit que je n'aurais ni promotion, ni augmentation et que je devrais plutôt remercier d'avoir été embauchée...
C'est clair, si je le pouvais mon prochain employeur ne saurait pas que je suis handicapée!

Le 20-11-2013 par controlo :
Bonsoir ,
Je suis de l'avis de Marie les travailleurs handicapés ne sont pas si bien considérés que cela dans les entreprises dites normales.Je suis moi même handicapé dans une entreprise et l'on me reproche indirectement mon handicap en bloquant mon évolution de carrière.Mais je n'en veux pas à l'entreprise mais plutôt à l'organisme qui m'a placé dans cette entreprise car personne ne c'est jamais soucié de savoir comment sa allait.Aujourd'hui je suis mal dans ce travail mais faute d'autre chose je m'en contente.C'est le moral qui en prend un coup !!!

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr