365 jours avant Rio : où en est l'équipe de France ?

Résumé : Un an tout rond en ce 7 septembre avant l'ouverture des Jeux paralympiques de Rio 2016 dans le mythique stade Maracaña. Les équipes de France handisport sont en pleine préparation et en quête de qualifications. Quoi de neuf pour nos athlètes?

Par , le 

Réagissez à cet article !

À un an de l'ouverture des Jeux paralympiques de Rio le 7 septembre 2016 (jusqu'au 18), les championnats ont ponctué l'été dans de nombreuses disciplines et permis aux Français de faire un point sur l'état de leurs troupes et leurs perspectives paralympiques. Engagées dans leur championnat d'Europe respectif fin août 2015, les équipes de France de cécifoot et de basket masculin n'ont malheureusement pas été qualifiées (articles en lien ci-dessous), ce qui diminue le nombre de membres de la délégation. On mise sur 130 à 140 athlètes, en fonction, également, des quotas qui seront attribués à la France.

Dernière ligne droite à l'été 2016

Verdict durant le 1er semestre 2016 ; les premiers quotas seront annoncés début janvier et les derniers fin juin. La sélection finale sera connue début juillet ; la Fédération française handisport devra ensuite accompagner les sélectionnés durant la période estivale. Une situation « compliquée, selon Jean Minier, directeur technique national de la Fédération française handisport, car les clubs sont fermés et tout le monde est tourné vers les Jeux olympiques, alors que nous sommes en préparation finale. » Quelles chances de médailles pour la France ? « Il est difficile de nous situer objectivement car, cette année, il n'y a pas de championnats du monde dans toutes les disciplines. Dans notre milieu, les choses évoluent très vite et de nouveaux athlètes apparaissent régulièrement. Les projections sont donc compliquées.»

Priorité aux leaders

Face à la difficulté des leaders français à confirmer leurs titres mondiaux, s'inclinant souvent en finale, le FFH a décidé, en accord avec le Ministère des Sports, de mieux les accompagner. Plus de moyens financiers et humains ont été dégagés pour cibler plus précisément une quarantaine d'athlètes (contre plus de 70 avant Londres). « Nous voulons que nos leaders soient plus forts et mieux préparés à vivre les Jeux, poursuit le DTN. Nous irons au bout de notre stratégie car nous y croyons fermement mais nous ne saurons qu'à Rio si nous avons fait les bons choix. Pour le moment, nous sommes dans la lignée de ce que nous avons planifié. »

5 fédérations à Rio

À Rio, l'équipe paralympique sera composée d'athlètes issus de cinq fédérations différentes : handisport, sport adapté (handicap mental), aviron, canoë et triathlon, dans une configuration proche de celles des Jeux olympiques. Déjà à Londres, trois fédérations étaient engagées sur le volet paralympique (handisport, sport Adapté  et aviron). En 2020, à Tokyo, il y en aura deux de plus avec le taekwondo et le badminton. « C'est l'évolution du paralympisme, conclut Jean Minier. » Pour Rio, La Fédération handisport espère qualifier un maximum de sportifs dans les disciplines qu'elle gère. « À nous de faire en sorte que nos équipes contribuent fortement à la réussite de l'équipe de France paralympique, en remportant le maximum de médailles d'or. »

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches