Guerre en Ukraine : une " bombe " psychiatrique !

Résumé : Corrompue et sous-financée, la psychiatrie ukrainienne est désemparée face au traumatisme de la guerre. Moins d'un centime d'euro par patient et par jour dans les hôpitaux pour réparer les conséquences de ce conflit meurtrier !

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

12 hommes perdus en une seule bataille

La psychologue Tetiana Nazarenko, qui travaille avec un groupe de bénévoles, se souviendra longtemps de son cas le plus difficile : une brigade qui venait de perdre douze hommes en une seule bataille. Ce qu'il restait des cadavres avait été rassemblé dans quelques sacs, mélangé avec les restes de treize autres soldats. "Ces gars ont dû se rendre à la morgue pour identifier du mieux qu'ils pouvaient leurs amis à partir de tatouages ou de grains de beauté", raconte-t-elle. "Certains sont revenus avec de graves dépressions, d'autres avec un stress profond." Une autre bénévole travaillant à l'hôpital militaire central de Kiev, Ouliana Fedoriatchenko, se souvient d'"un homme qui est resté allongé sur un lit pendant trois mois, le regard perdu dans le vide". "Je frémis à l'idée que ce qu'il a vu, et l'a rendu incapable de parler", confie-t-elle.

Moins d'un centime d'euro par patient

De tels traumatismes sont courants dans les pays en guerre. Mais dans le cas de l'Ukraine, où le secteur psychiatrique est ravagé par la corruption et des méthodes inadéquates, la situation est catastrophique. La nourriture, l'eau et l'électricité manquent désespérément aux hôpitaux. "La situation est critique en ce qui concerne la nourriture. Le budget ne prévoit que 1,5 hryvnia (0,08 euros) par personne et par jour. Il y a une réelle famine", témoigne Semen Glouzman, l'un des psychiatres les plus influents du pays, à l'hôpital Pavlov à Kiev. Mais le problème tient surtout, selon lui, au fait que la psychologie est encore très attachée à l'approche soviétique, qui considère que quiconque souffrant d'un traumatisme ou de stress doit être immédiatement hospitalisé, alors que de nombreux cas n'ont besoin que d'une aide sociale et d'un soutien familial.

Un système primitif

"C'est un système très primitif : laissons les invalides hors de notre vue !", déplore-t-il. "Certaines personnes ont manifestement besoin d'une hospitalisation psychiatrique, mais la plupart demandent simplement un soutien dans leur vie de tous les jours." "Et, bien entendu, il y a tellement de corruption. On donne aux gens n'importe quel médicament car c'est un business. Une structure mafieuse", affirme-t-il. Le stress post-traumatique lié au conflit dans l'Est est, selon lui, une bombe à retardement en Ukraine pour laquelle le gouvernement n'est absolument pas préparé, car il se concentre sur les médecins plutôt que sur l'aide sociale. "Ce sera un problème très grave dans les prochains mois. Lorsque les gens reviennent de la guerre, ils boivent. Et nous avons déjà un problème avec l'alcoolisme", avertit M. Glouzman.

Des bénévoles débordés

Alcoolisme, désordres alimentaires, troubles du sommeil, dépression, les bénévoles de Mme Nazarenko sont débordés. "Beaucoup sont tourmentés par le souvenir des gens qu'ils ont tués. Notre société a du mal à remplacer « homicide » par « détruire l'ennemi » car nous n'avons jamais combattu", explique-t-elle. Il est prématuré, selon elle, de parler de "syndrome d'Afghanistan", les soldats sachant qu'ils se battent "pour défendre notre territoire" et non pour des raisons obscures en terre étrangère. Le programme de développement des Nations unies n'est toutefois pas aussi
optimiste. Il s'active à former des assistants sociaux et à mettre en place des protocoles d'aide aux soldats et aux centaines de milliers de réfugiés qui ont fui les zones de combats.

Les cinq étapes du deuil

"L'Ukraine n'était pas prête pour le traumatisme de cette année", affirme Inita Paulovica, la vice-représentante du programme à Kiev. "Elle est en train de passer par les cinq étapes du deuil. En août, elle était encore dans le déni. Elle vient tout juste d'atteindre la colère. Il y a encore un long chemin avant d'arriver à l'acceptation", résume-t-elle. Mais l'espoir renait parfois. Ouliana Fedoriatchenko évoque ainsi ce très jeune amputé. "Très renfermé, ne parlant jamais à personne, qui un jour (...) a commencé à sourire".

© Burlingham/Fotolia

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 20-12-2014 par jjpb :
Hum ! Certes il y a des malheurs, mais les traitements psychiatriques n'en guérissent jamais les effets sur les gens ! Deux siècles dexistence, deux siècles de recherches et de traitements, 0 guérison.
Pire ! Depuis laffaire du Médiator, les langues se délient ! John Virapen est justement l'ancien responsable du laboratoire Eli Lilly en Suède ; à ce titre il a écrit le livre "Médicaments effets secondaires : la mort", paru en Français ce printemps 2014. Il y dénonce (avoue ) que : « les antidépresseurs provoquent la dépression » ; « le Prozac : des milliers de suicides et de meurtres » ; « pas la moindre base scientifique à la théorie de la sérotonine » ; « des prescriptions hors autorisations de mise sur le marché » ; « la dangereuse psychiatrisation de l'enfance » ; « la corruption des systèmes de santé et des médecins » ; « les malades sont trop souvent des cobayes »

Le 22-12-2014 par W.Salens :
Le propre de toute guerre, encore plus dans un pays peu développé: bien triste réalité. Pour ce qui est de l'aide psychiatrique ou psychologique, l'opinion de rejet total de jjpb est bien étrange.
Certes, la consommation de ces médicaments en Fr. est supérieure à d'autres pays. De là à nier une efficacité à toute approche....?

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr