Hello Handicap le salon 0 déplacements, 100% recrutement

Embaucher un travailleur handicapé : bientôt " normal " ?

Résumé : 25 ans déjà pour l'Agefiph ! Et pourtant, embaucher un travailleur handicapé, ce n'est pas encore " Normal ! " pour tout le monde. Ce modèle peut-il tenir ses promesses ? L'occasion d'un bilan, pas tout rose, qui vire parfois au vermillon...

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

On pense trop souvent, parce qu'on ne parle plus que d'elle, que c'est la loi handicap de 2005 qui a enfanté toutes les actions et les prises de conscience en faveur des personnes handicapées, et notamment fixé leur quota d'embauche à 6 %. Il y en eut pourtant d'autres : 1975, 1987...

Loi de 1987 : formaliser des initiatives éparses

Avant 1987, certaines entreprises menaient déjà des actions mais de façon éparse, sans aucune homogénéité. La loi de 1987 permet de les formaliser. Et, parmi ses chantiers, elle décide la création d'un fonds de développement destiné à « inciter » (ou contraindre ?) les entreprises à remplir leurs obligations. C'est ainsi que l'Agefiph voit le jour. « Il faudra huit mandatures pour créer cette entreprise de solidarité active dans une démarche volontariste, pragmatique et impartiale, se félicite Pierre Blanc, son directeur général ». C'est donc son quart de siècle qui fut fêté en novembre 2012.

Peut mieux faire...

Grégory Cuilleron, le cuisinier de Top chef, égérie de l'Agefiph, a beau scander avec conviction le slogan de la nouvelle campagne, « C'est normal ! », embaucher un travailleur handicapé, c'est pourtant bien loin d'être un réflexe, même 25 ans après. Odile Menneteau, présidente de l'Agefiph, qui en a pris les rênes fin 2012, ne dément pas, enfin pas totalement : « On note une forte accélération des interventions sur les cinq dernières années qui égalent les vingt précédentes. Une entreprise sur deux assujettie à l'obligation d'emploi présente, aujourd'hui, un taux d'emploi de salariés handicapés supérieur ou égal à 6%. En 2011, seuls 9 000 établissements sur 127 000 n'ont mené aucune action. De 1987 à 2011, c'est plus d'un million de personnes handicapées qui ont trouvé un emploi grâce à l'action de l'Agefiph. C'est plus de 135 000 salariés, déclarés inaptes à la suite de la survenance d'un handicap, qui ont conser¬vé leur emploi. « Ce bilan est positif, poursuit la présidente, mais nous pouvons faire encore mieux. »

340 000 demandeurs d'emploi handicapés

Et Jean-François Trogrlic, directeur du bureau de l'OIT (Organisation internationale du travail) pour la France (« une vieille maison qui a travaillé sur la thématique du handicap dès sa création, après-guerre, notamment dans le cadre de la prise en charge des mutilés de guerre »), de confirmer que « l'Agefiph est considéré comme un modèle vers lequel il faut tendre. Bien sûr, il repose sur un système de pénalités mais qui permettent de mettre en œuvre des actions positives. Mais cela ne veut pas dire que les résultats sont extraordinaires pour autant. » Il est vrai qu'avec 340 000 demandeurs d'emploi handicapés, il y a de la marge pour être perfectible.

L'Etat se désengage

La particularité de ce fonds, c'est que sa gestion a été confiée à un organe tripartite qui rassemble les représentants de la puissance publique, les employeurs et les travailleurs, et donc pas exclusivement à l'Etat. Au point que ce dernier, parfois, prend la liberté de se dédouaner. En 2011, c'est la douche froide. L'Etat transfère au fonds trois champs d'actions : la formation, la gestion de la lourdeur du handicap et la déclaration RQTH (Reconnaissance qualité travailleur handicapé). De nouvelles responsabilités mais sans aucune compensation financière ! Or on sait que l'Agefiph ne vit que sur les pénalités versées par les entreprises qui ne remplissent pas leur obligation d'embauche. Et, heureusement, à la faveur d'une prise de conscience collective et parce que les récalcitrantes sont de moins en moins nombreuses, son budget est donc amené à s'amoindrir et, dans une configuration idéale, à disparaître. Avec une telle perspective et des charges grandissantes, la pilule s'avère donc difficile à avaler ! L'Agefiph n'a évidemment pas souhaité ces transferts, ne peut que déplorer le désengagement de l'Etat, mais elle n'a pas le choix, il faudra bien qu'elles les mettent en œuvre.

Les chantiers 2013

En 2013, à l'heure où le chômage affecte fortement les personnes handicapées, les actions du fonds réclament en effet quelques subsides. Trois chantiers prioritaires sont inscrits à l'ordre du jour : le développement de la formation, des contrats en alternance (notamment pour l'accès à l'emploi des plus jeunes) et le maintien dans l'emploi ou prolongement de la vie au travail, y compris pour les seniors. Tout en poursuivant, évidemment, le travail de mobilisation des entreprises et la nécessité de rendre l'information plus accessible... Pour vivre dans son temps, l'Agefiph capitalise d'ailleurs sur la modernité ! Il s'est doté récemment de deux outils sur le web : le site emploi qui diffuse 28 000 offres et 5 000 candidatures et le handichat en TV web.

Une black list des entreprises récalcitrantes ?

Des procédures de recrutement certes innovantes pour les entreprises mais la cyber attitude suffira-t-elle à insuffler un peu de modernité dans les mentalités des entrepreneurs ? Le cas échéant, pour « inciter à la solidarité », Jean-François Trogrlic suggère d'attaquer la fibre « marketing » des entreprises : « Il existe des pays qui obtiennent les mêmes résultats sans ce système pénalisant. Quitte à faire une black list de toutes les entreprises qui ne mènent aucune action. Il faudrait peut-être qu'une association se saisisse de cela ! » Une image de marque dépréciée, socialement incorrecte, est-ce réellement un « chantage » qui pourrait faire ployer nos entreprises au XXIème siècle ? Bilan avec l'Agefiph... dans 25 ans ?

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. »

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Tous les liens


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 31-01-2013 par Mission Handicap emploi formation :
Cet article parle de pénalité en ce qui concerne la contribution payée à l'Agefiph par les entreprises qui ne remplissent pas leurs obligations de 6%. Il ne s'agit pas de pénalité, c'est une des modalités de s'acquitter de leur obligation elle peuvent employer, maintenir, prendre en stage une personne handicapée, ou encore faire de la sous traitance avec un ESAT, elles ont d'autres choix que de payer...la pénalité n'intervient que si elle ne paye pas cette contribution à l'Agefiph.
Cette contribution ne l'oublions pas peut être partiellement restituée à l'entreprise sous forme de prestations, de primes,d'aides, d'aménagements que l'Agefiph met à sa disposition et à celle de ses salariés handicapés....

Le 31-01-2013 par cocosal :
Dans les chantiers 2013 vous en noté 3 : dont un, dans le maintient dans l'emploi. Je suis dans ce cas (travailleur paraplégique)et l'aide possible au financement d'un véhicule pour me rendre tous les jours à mon travail que je viens de demander, m'a été refusée !!!
Il y a beaucoup de texte et de parole mais dans la réalitée tous cela est bien différent.

Le 01-02-2013 par Walter Salens :
D'accord avec le commentaire précédent: il s'agit de contribution et non de pénalité.Sans ces contributions l'Agefiph n'existerait plus et, paradoxe,cela signifierait aussi que toutes les entreprises assujetties auraient atteint le quota des 6%. J'estime que, en 2011, les 9000 entreprises sans action directe aucune, constituent un pourcentage faible, inférieur à 10%, et probablement irréductible pour un ensemble de raisons. Petit correctif dans "les modalités de s'acquitter..": soustraitance avec un ESAT ET aussi avec les Entreprises adaptées.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches