Trisomie 21: le nouveau test prénatal représente un progrès

Résumé : L'introduction en France de nouveaux tests de détection de trisomie 21 sur simple prélèvement de sang maternel, représente "un progrès" , mais ils devraient être réservés "dans un 1er temps" aux femmes enceintes à risque, selon le CCNE.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

PARIS, 25 avr 2013 (AFP) -
Le test génétique foetal de trisomie 21 ne peut encore, à ce jour, remplacer le diagnostic actuel apporté par l'analyse des chromosomes ("caryotype") de cellules foetales prélevées par ponction du liquide amniotique ou des villosités choriales (futur placenta), note toutefois le Comité d'Ethique dans un avis rendu public jeudi.
Néanmoins, ce test "correspond à une amélioration technique du dépistage" actuel, par sa "plus grande facilité" et avec "moins d'effet secondaires". Il est dit ultra-précoce car la décision d'interrompre la grossesse peut intervenir dans les délais de l'IVG .

En France où depuis de nombreuses années, il a été décidé de proposer, et rembourser, un dépistage plus complexe de la trisomie 21 à toutes les femmes enceintes, "rendre ce dépistage à la fois plus efficace et moins dangereux (en épargnant à environ 20.000 femmes enceintes chaque année un examen invasif non dénué de risque pour le foetus et pour elles-mêmes) ne peut être considéré que comme un progrès du point de vue éthique" ajoute le CCNE.
"Dans un premier temps" limité aux femmes à risque identifiées, ce nouveau test, déjà disponible en Allemagne, Autriche, Suisse et au Liechtenstein, permettrait de diminuer le nombre de gestes invasifs (type ponction de liquide amniotique) et ainsi de réduire une grande partie des fausses couches qu'ils peuvent provoquer, relève-t-il.

Cependant dans 5% des prélèvements sanguins les résultats ne sont pas interprétables pour des raisons techniques. De plus le taux de faux positifs, de l'ordre de 1/500 (ou 0,2%) oblige encore à valider aujourd'hui le résultat par un caryotype classique réalisé sur un prélèvement foetal par ponction, précise-t-il.
Le coût de ces tests, qui devrait toutefois baisser (une société en propose un 1.250 euros, mais une autre déjà à 850) et l'organisation contrôlée de leur diffusion sont à prendre en compte avant de passer à plus grande échelle.

La trisomie 21 ou syndrome de Down est un handicap incurable dont la fréquence était estimée au début des années 1990 à 1/800 environ, en l'absence de dépistage et à 1/2.000 naissances depuis que le dépistage est proposée à l'ensemble des femmes enceintes (environ 800.000 par an).
Le dépistage combine une analyse du sang de la femme enceinte pour rechercher des marqueurs de risque et l'échographie du foetus. Ce qui permet de déceler des femmes à risque - quand le risque est d'au moins 1/250 - et de leur proposer un examen génétique foetal invasif, le caryotype, à partir de prélèvement de villosités choriales ou d'une ponction amniotique, comportant un risque de fausse couche entre 1/300 et 1/100.
Accepté dans 85% des cas, le dépistage proposé, conduit à interruption médicale de grossesse (IMG) dans 95% des cas où la trisomie est diagnostiquée.
BC/pjl/jag

Lire les réactions et réagissez !  

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 25-04-2013 par DeboutLaFrance :
Un test pour dépister le foetus T21 n'est pas un progrès pour une société dite civilisée. Sachant que 96% des T21 dépistés conduisent à un avortement, cela se nomme tout simplement de l'eugénisme. Encore faudraiit-il avoir le courage de le dire.

Le 08-05-2013 par tsuko :
@DeboutLaFrance:
Je suis une jeune femme de 26 ans moi même atteinte d'un handicap moteur qui en plus est génétique non évolutif heureusement

Et je tenais à régir à votre commentaire car je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites

Quand on veut devenir parents (valides ou invalides) on ne veut que le meilleur pour son enfant, on ne veut pas que des maladies soient transmises ou apparaissent on ne veut pas que l'enfant à naitre vive la tourmente des hôpitaux, on ne veut pas que l'enfant vive la même galère que vous vous avez vécu

La maladie c'est trop de tracasseries, les opérations à répétitions, les hospitalisations... c'est pas ça la vie, la vie c'est s'amuser, avoir des potes, sortir...

Bon quand on est malade on est obligé de faire avec mais quand on peut éviter à son gamin de galérer bah on avorte et on prend celui qui aura le plus de chance d'avoir une vie la plus normale possible

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches