'Commençons maintenant' une nouvelle Initiative contre le projet de Loi pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées ...

Résumé : Le débat sur la nouvelle Loi a commencé aujourd'hui au Sénat et de nombreuses réactions, plus virulentes que ces dernières semaines, voient le jour. Témoin, cette nouvelle intiative réunissant quelques gens connus...

Par , le 

Le débat sur la nouvelle Loi a commencé aujourd'hui au Sénat et de nombreuses réactions, plus virulentes que ces dernières semaines, voient le jour.
Une initiative vient d'être prise pour contester fortement le projet de Loi. Vous en trouverez le texte complet ci-dessous.
D'après l'un des signataires joint par téléphone, cette initiative a pour objectif d'empêcher le projet de Loi d'arriver à son terme. "Même amendé, ce texte n'est pas ambitieux. C'est une Loi bricolé, à minima, une continuité de celle de 75". Toujours selon ce signataire cette initiative, dont le nombre de signataires augmente d'heure en heure, se veut ouverte à tous, s'associant elle-même à d'autres actions contre le projet de Loi. Ce même signataire nous indiquant, par exemple, soutenir aussi les manifestations organisées par l'Association des Paralysés de France (APF).


[B2]Texte intégral de la déclaration.[E2]

Madame, Monsieur,

Le projet de Loi « pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » est discuté le mardi 24 février au Sénat. Très attendu, celui-ci déçoit de nombreuses associations et personnalités.

Vous encourageant à rejoindre les manifestations publiques qui se tiennent autour des préfectures de différentes villes de France, le mardi 24 février, les signataires du texte joint “Commençons maintenant” vous remercient de la diffusion que vous pourrez en faire autour de vous.

Pour se libérer des situations de handicap, [BB]Commençons maintenant ! [EB]


Les signataires de ce communiqué expriment leur opposition au projet de Loi « pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » en discussion au Sénat du 24 au 26 février 2004.

Ce projet de Loi n'apporte rien de nouveau. Il s'appuie sur le principe de « solidarité nationale » de la Loi de 75, augmenté d'une pâle transposition du principe de non-discrimination du Traité Européen d'Amsterdam (Article 13), et propose des mesures parcellaires, nettement insuffisantes et qu'aucun souffle n'organise. Il ne transpose pas les avancées conceptuelles pourtant citées dans l'exposé des motifs, il s'appuie sur une définition incomplète et stigmatise inutilement les personnes handicapées.

On ne change pas … On justifie la politique passée sans l'enrichir ... Et en plus on le formule mal !

Attendant depuis bientôt 30 ans l'application de la Loi de 1975 en termes d'accessibilité, d'éducation « ordinaire » et d'emploi, les personnes handicapées et les parents d'enfants handicapés demandent des mesures qui changent leur vie maintenant !

Face à ce projet de Loi qu'ils considèrent comme un échec, les signataires de ce communiqué exhortent les Autorités Publiques à réorienter leur action pour répondre au plus vite aux besoins identifiés, tout en engageant la société Française dans un travail de longue haleine, planifié et pragmatique avec les personnes handicapées et ceux qui partagent leur quotidien.

Les signataires demandent en particulier :



Des mesures concrètes d'application immédiates.

L'accueil systématique de tous les enfants à l'école choisie par leurs parents.
L'encadrement et la généralisation des aides à la vie autonome.
La création de ressources locales d'aide à la vie autonome.
L'ouverture à toutes les personnes handicapées pour lesquelles ce n'est pas encore le cas, de la possibilité de cumuler le revenu de leur travail avec leurs pensions et allocations selon des plafonds qui restent à fixer.
La mise en oeuvre d'un plan de formation massif d'experts eux-mêmes chargés d'une expérience des situations de handicap.
Des programmes de formation à l'autonomie basés sur la transmission de l'expérience.

Une normalisation et une application systématique de l'accessibilité universelle.
La mise en place et d'une médiation et d'une politique interministérielle forte auprès du Premier Ministre renforcées d'un réseau de correspondants auprès des Préfets.
La création d'équipes « situations de handicap » dans chaque Ministère, en priorité ceux de l'Éducation, de l'Équipement et de la culture.
L'engagement de la France dans un « très grand chantier », avec un calendrier d'action décennal, pragmatique et réaliste, qui s'appuie sur les capacités d'expertise des personnes handicapées et qui encourage leur contribution.


-----------------------


Premiers signataires

Jean-Marc Brien Président du Groupement Français des Personnes Handicapées -GFPH-, Président de Handi'Cap Citoyen.
Annick Raquidel Trésorière du GFPH.
Jean-Luc Simon Président du Comité Français de Coordination de l'AEPH, Vice Président de la Région Europe de l'Organisation Mondiale des Personnes Handicapées, Secrétaire du GFPH.
Vincent Assante Président de l'ANPIHM.
Claude Hamonet Chef de service de Médecine Physique et réadaptation, Directeur de l'Institut de formation en Ergothérapie de l'Université Paris 12 Val-de-Marne, Ancien Expert handicap à l'OMS.
Henry Cassirer Retraité, Président d'Honneur du GFPH, Ancien Directeur de la Communication Éducative à l'UNESCO.
Henry Reboul Président Fondateur de « Handigard », Maire Adjoint d'Aimargues (30), Délégué Cadre de vie et situations de handicap », Membre du CDCPH du Gard.

Rejoignez les signataires



Envoyez pour cela un courriel avec pour objet « Commençons maintenant » à nonalaloi@club-internet.fr > en spécifiant votre nom et titre


Envoyez une copie de ce texte à :


M. Paul BLANC, Sénateur des Pyrénées-Orientales, Secrétaire de la commission des affaires sociales du Sénat n.about@senat.fr >
M. Nicolas ABOUT, Sénateur des Yvelines (Ile-de-France) Président de la commission des affaires sociales senateur.paul.blanc@wanadoo.fr >


Diffusez ce message autour de vous.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr