Personnes Handicapées stérilisées: appel au Garde des Sceaux après le non lieu

Résumé : L'Association de défense des personnes handicapées de l'Yonne demande 'au Garde des Sceaux de donner instruction au Parquet d'interjeter appel' de l'ordonnance de non lieu rendue publique dans l'affaire des stérilisations de jeunes femmes handicapé

Par , le 

SENS (Yonne), 6 avr 2006 -

[BC][EC]L'ADHY "souhaite que tous les recours contre cette ordonnance de non lieu soient formés", indique un communiqué de l'association, qui fait appel au Garde des Sceaux.
[BC][EC]Cinq femmes handicapées, stérilisées par ligature des trompes entre 1994 et 2000, alors qu'elles étaient suivies par le centre d'aide par le travail(CAT) de Sens, avaient déposé plainte en 2004 pour "violences volontaires ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente".
[BC][EC]"Une fois de plus, les plus faibles d'entre nous sont ainsi humiliés et touchés dans leur corps sans que les institutions n'interviennent pour les défendre", regrette l'ADHY qui s'adresse également "au président de la République pour que les engagements pris à l'occasion de l'année du handicap soient tenus".
[BC][EC]Pour Pierre Monnoir, président de l'ADHY, "tout le monde reconnait que ces stérilisations étaient illégales et injustifiées", alors que, pour la justice, "certains faits n'étaient pas constitués" et "d'autres étaient prescrits".
[BC][EC]Selon l'ADHY, une quinzaine de jeunes femmes handicapées mentales âgées de 20 à 30 ans, suivies dans le CAT de Sens géré par l'APAJH (Association pour adultes et jeunes handicapés), avaient subi des opérations chirurgicales aux fins de stérilisation, de 1994 à 2000.

but/pre/nd

[BI]« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Press.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».[EI]

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr