Handicap: 30,8 miliards d'euros de dépenses en 2004, +15% sur 4 ans (Drees)

Résumé : Les dépenses de protection sociale liées au handicap sont passées de 26,7 à 30,8 milliards d'euros de 2000 à 2004, selon une étude de la Drees (ministères de l'Emploi et de la Santé) publiée le vendredi 7 avril 2005.

Par , le 

PARIS, 7 avr 2006 (AFP) - Ces dépenses "sont passées entre 2000 et 2004 de 26,7 à 30,8 milliards d'euros constants", soit une progression de 15%, indique la Drees
En 2003, leur montant était de 30,2 milliards d'euros.
Parallèlement, la part relative de l'Etat dans le financement de ces dépenses a diminué, passant de 25% en 2000 à 22,5% en 2004, "notamment du fait de la baisse des pensions militaires d'invalidité", relève l'étude.
A l'inverse, la part de la Sécurité sociale a augmenté, passant de 63,8% à 65,8%, de même que celle des départements, passée de 10,2% à 10,7%, "notamment à cause du dynamisme des frais d'hébergement et d'aide sociale aux personnes handicapées".
La part des dépenses liées au handicap dans les dépenses de protection sociale est restée stable à 6,4%, tandis que leur part dans le PIB a progressé de 1,7% à 1,9% sur la période, précise l'étude.
Les rentes d'invalidité représentaient 23,4% des dépenses en 2004 et "demeurent le principal poste de dépenses et celui qui contribue le plus à la croissance de l'ensemble".
Le deuxième poste (16,5%) est constitué par les "prestations médico-sociales", c'est-à-dire le financement par la Sécurité sociale des établissements accueillant des personnes handicapées.
"Ce poste progresse moins vite que l'ensemble des dépenses entre 2000 et
2004 (+5% contre +15%)", indique l'étude, qui relève toutefois une "croissance soutenue" de ces dépenses (+4,0%) entre 2003 et 2004.
L'Allocation aux adultes handicapés (AAH) est restée le troisième poste de dépenses (15,1%), en progression de 11% sur quatre ans. L'Allocation d'éducation spéciale (AES), versée à toute personne ayant la charge d'un enfant handicapé, est, malgré son faible poids, "la dépense qui a connu la plus forte croissance entre 2000 et 2004 (+41% en termes réels)".
Les dépenses liées aux accidents du travail et aux maladies professionnelles (AT-MP) "contribuent fortement à la progression de l'ensemble des dépenses", indique la Drees.
Les rentes d'AT-MP représentaient 14,4% des dépenses en 2004, et ont progressé de 18% sur la période 2000-2004. Quant aux indemnités journalières d'AT-MP, elles représentaient 8% des dépenses en 2004: "après les fortes augmentations des années 2001 et 2002 (+7% et +11% en euros constants), elles ont fortement ralenti en 2003 (+4,3%), puis ont légèrement diminué en 2004 (-0,6%)", relève la Drees.
Malgré "leur poids relativement limité" (8,3% des dépenses liées au handicap en 2004), les frais d'hébergement et l'aide sociale aux personnes handicapées, pris en charge par les départements, "contribuent de façon importante à la croissance globale" des dépenses entre 2000 et 2004.
Le Parlement a voté en janvier 2005 une loi handicap qui revalorise notamment l'AAH (maximum de 587,74 euros par mois et par personne) pour les personnes handicapées qui ne peuvent pas travailler. Elle instaure également une "prestation de compensation du handicap" (PCH).
cds/ed/hg

[BI]« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Press.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. ».[EI]

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr