Professionnaliser les 'petits boulots'

Résumé : Très longtemps considérés comme des petits boulots, les services à la personne se professionnalisent et le public découvre qu'il s'agit de vrais métiers qui exigent des compétences spécifiques.

Par , le 

[BC][EC]Les particuliers, avec les craintes liées à l'insécurité et le contenu des rubriques " Faits divers " qui s'allongent chaque jour, se tournent vers des entreprises spécialisées qui sélectionnent, forment leur personnel, analysent les attentes et les besoins du consommateur, évaluent leurs prestations, sont assurées et garantissent la nature et les niveaux de leurs prestations.

[BB]En nombre insuffisant[EB]

[BC][EC]Bien qu'il y ait aujourd'hui plusieurs centaines d'entreprises spécialisées dans ces services, elles sont encore en nombre insuffisant et le territoire est loin d'être couvert. Indifféremment baptisés services de proximité, emplois familiaux, services aux particuliers, services à domicile, les services à la personne sont des services rendus au domicile, sur les lieux de travail ou dans les espaces publics. La gamme est très large et va du repassage, ménage, lavage de vitres jusqu'au soutien scolaire, à la garde d'enfants et à l'aide aux devoirs en passant par l'aide aux personnes âgées ou dépendantes, le lavage de voitures et les livraisons à domicile. Parmi ces activités de services à la personne, il en est qui relèvent d'un agrément pour bénéficier des avantages de la loi sur le développement des services à la personne mais d'autres ne le sont pas encore.


[BB]Un vrai marché[EB]

[BC][EC]Le marché existant représente un courant d'affaires de plus de 7,5 milliards d'euros et les quelques 5 000 structures qui y œuvrent emploient 1 250 000 personnes - soit un équivalent temps plein de plus de 550 000 emplois. Les opérateurs structurés sont, à ce jour, principalement des associations d'aide à domicile, associations intermédiaires et entreprises d'insertion et leurs interventions se situent majoritairement dans le cadre de la solidarité ou de l'insertion. Les entreprises, longtemps restées peu nombreuses dans ce créneau, étaient plus de 800 à être agréées à la fin de l'année dernière, ceci du fait de l'ouverture de la déduction fiscale de 50 % des dépenses engagées - pour certaines des activités - aux clients des entreprises*. (source SESP)

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr