Média et Handicap : faut-il montrer pour informer ?

Résumé : Anne, jeune femme handicapée est à la une de tous les tabloïds. A l'origine de la déferlante l'annonce par ses parents de vouloir installer une caméra dans sa chambre ...

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

 ... et de diffuser sur le net leur vie de famille au quotidien. Avant même qu'une image ne soit filmée, et pour cause ils ne possèdent pas encore de webcam, les réactions s'enchaînent dans des proportions qui suscitent l'interrogation.

 
Faut-il montrer pour informer ?


On oublie moins facilement une image, qu'une phrase. Les messages portés par une vidéo dépassent tous les discours, au-delà du message verbal, il y a l'ambiance, les regards échangés, les émotions, tout ce qui, justement, ne se dit pas. La question n'est donc pas celle du support mais bien de pouvoir ou devoir montrer le handicap au jour le jour, est-ce nécessaire pour en être conscient ?

Si les parents d'Anne qui partagent 32 ans d'expérience de vie avec handicap estiment qu'il est important de faire connaître les besoins liés à la gestion de la dépendance, les joies et les peines et les points d'amélioration dans la prise en charge et qu'ils sont prêts à filmer le quotidien de leur fille pour cela, on peut penser que rien actuellement ne leur permet d'être rassurés sur ce point. Et si quelqu'un doit le faire, pourquoi pas eux. Le débat devrait sans doute plus être porté sur la mise en œuvre que sur leur légitimité à le faire.


Dans une période où tout se filme, des joggings présidentiels aux exercices laborieux de quelques stars en graine, à coup de vocalises et de vie communautaire, force est de constater que le handicap n'a encore pas pignon impunément sur la place publique. Depuis leur annonce, la famille Lamic, est submergée de messages. Levée de boucliers pour ceux qui ne veulent pas voir ou qui estiment que cet acte est irrespectueux de l'intimité de la jeune femme, soutien pour ceux qui pensent qu'il faut informer, montrer le handicap pour en voir améliorer la cause. Nombreux sont les encouragements, pas uniquement pour leur vie au quotidien qu'ils ont toujours assumée mais pour cet acte jugé, par avance, comme utile et surtout en réaction aux messages d'indignation, voire d'insultes qui leur sont parvenus. Certains propos sont eugénistes, reprochant à la jeune femme le simple fait d'être.


On peut comprendre que des parents d'enfants handicapés crient à la mise en spectacle d'une vie qui est différente mais pas insurmontable, ni extraordinaire et entendre, peut-être, dans leur propos, leur crainte des réactions provoquées mais montrer une personne handicapée n'est pas montrer tous les handicaps, et si la mise en avant d'une vie peut amener certains à se focaliser sur cette seule image, la majorité découvrira et comprendra cette façon de vivre parmi de nombreuses autres. On peut justement remercier les parents d'Anne d'avoir ainsi porté à l'écran des pathologies encore méconnues de beaucoup, car le dépassement des peurs liées à l'ignorance et l'inclusion viennent par la connaissance donc par l'information.
Le débat va également permettre à tous de constater qu'en 2009 beaucoup préfèreraient ne pas savoir et que certains en sont restés à des pensées d'un autre siècle.

A quelques jours de la 13° semaine pour l'emploi des personnes handicapées, à un mois du traditionnel téléthon, quand le handicap s'affiche aux vitrines des entreprises et aux écrans de nos postes de télévision pour une période balisée, on mesure le chemin qu'il reste à parcourir pour que le handicap fasse partie du quotidien. Certes on ne cache plus les infirmes, mais voir ou montrer une personne en grande dépendance tous les jours, ça non ! Le handicap n'aurait-il donc sa place dans nos médias politiquement corrects que dans des sentiers bien étroitement balisés ?


C'est peut-être quand le handicap laissera indifférent en sa présence que la première bataille de la tolérance sera gagnée et la victoire passera par la prise en compte naturelle et simple. Et puisqu'il faut voir pour comprendre alors il est primordial de continuer à dire, à montrer en espérant que certains iront jusqu'à partager un moment, car la vraie connaissance se vit plus qu'elle ne se voit.

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur le web


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 16-11-2009 par Walter SALENS :
Marie: excellente synthèse autour de l'initiative de la famille Lamic.
J'ai exprimé mon opinion perso positive directement à la famille.
Walter

Le 05-12-2009 par Patlesarthois :
Ce qui me déprime, c'est de savoir des malades, des handicapés et des soi-disant bien portants voir dans le refus, l'horizon intérieur d'Anne, s'élargir tant soi peu ! On aimerait parfois être comme ce petit cachet d'aspirine effervescent qui se dissolve rapidement dans l'eau et qui fait du bien de suite. J'ai lu des mots sur son blog dont le geste d'indignité m'interdit d'en parler, parfois on en est réduit à sa propre capacité intérieure, il existe de la brutalité dans le détournement de l'ambition et chacun devrait consulter sa propre conscience et d'avoir une vision synthétique des choses.

Avec tout mon respect ma chère insoumise ...

Pat ♫♫♫♥♥♥

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches