Passerelle : une main tendue aux familles en vacances

Résumé : L'été 2010 sera plus léger pour les 60 familles qui ont sollicité les services du réseau Passerelles qui proposent aux parents d'enfants handicapés de les confier à des structures d'accueil sur leur lieu de vacances. Une journée, pour souffler!

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Passerelles, quel joli nom. Comme ombrelle, marelle ou caramel. Ca fleure bon l'enfance et l'insouciance. Et bien justement, dans ce dispositif, il est question d'enfance et d'insouciance. Appellation choisie à bon escient pour cette initiative qui favorise le départ en vacances des familles ayant un enfant handicapé. Elle s'appuie sur de solides partenaires : le Groupe Mornay, les Allocations familiales, l'ANCV (Association nationale pour les Chèques-vacances) et Loisirs pluriel.

41 % des familles privées de vacances

Offrir un bol d'oxygène, redonner du souffle, autoriser un peu de répit à ces familles sollicitées sans relâche par un enfant différent. Or il apparaît que bien peu d'entre elles ont la possibilité de partir en vacances, pour des raisons financières ou logistiques, par manque de structures adaptées ou de personnel de soins qualifié sur place. Difficultés aussi à concilier les exigences et désirs de la fratrie ou à se retrouver seul en couple. 41% des parents d'enfants handicapés déclarent avoir du interrompre un séjour en raison de tous ces obstacles. Et 43% disent inscrire, « par défaut », leur enfant handicapé en séjour de vacances adapté pour pouvoir bénéficier d'un temps de repos avec le reste de la fratrie.

Le répit des aidants


Pour parer à cette contrainte, l'ANCV a donc mis en place le réseau « Passerelles » qui permet aux familles de trouver à proximité de leur lieu de séjour un accueil à la journée pour leur enfant handicapé et, le cas échéant, pour toute la fratrie. On l'appelle plus solennellement le « répit des aidants ». Il s'appuie sur un réseau de centres aérés, haltes-garderies, centre de loisirs ou de vacances qui acceptent d'intégrer, en plus de leur effectif habituel, ces jeunes vacanciers. Pour mettre en place cette échappée, le réseau propose l'écoute d'une équipe technique qui identifie les besoins de la famille et construit avec elle son projet en recherchant la structure accueillante. En région, des professionnels-relais ont pour mission d'aider les familles une fois sur place et de superviser les accueils. Le coût du dispositif comprend trois éléments : une participation forfaitaire au réseau Passerelles, les frais d'inscription au lieu d'accueil et les coûts complémentaires liés aux besoins spécifiques de l'enfant. Un accompagnement est également mis en place pour trouver, avec la famille, les solutions de financement de son projet de séjour en famille.

500 familles d'ici 2012


Cette initiative a pu voir le jour notamment avec le soutien de la Fédération Loisirs pluriel qui, depuis 18 ans, a fait le pari de la mixité et propose l'accueil des enfants handicapés comme valides dans ses centres de loisirs et vacances. L'ANCV, elle aussi partie prenante, ne ménage pas non plus son engagement en faveur du public handicapé (lire l'article sur les Esat, lien ci-dessous) puisqu'elle a fait de leur départ en vacances son axe prioritaire à travers de nombreuses mesures. Cet été 60 familles ont accepté cette main tendue. Mais cette Passerelle se veut ambitieuse et espère convaincre 500 familles d'ici 2012.

Infos:
http://www.reseau-passerelles.org
http://www.loisirs-pluriel.com
Lire le dispositif Esat/ANCV : des Chèques vacances et des aides pour les travailleurs des Esat:
http://informations.handicap.fr/art-actualites-1.0.0.0-3311.php

Lire les réactions et réagissez !  


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 07-07-2015 par Houda :
Je suis une jeune étudiante âgée de 23 ans je souhaite accompagnée un handicapé pendant ses vacances.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr