Elèves handicapés : une rentrée encore trop compliquée ?

Résumé : C'est la rentrée ! Les familles d'enfants handicapés vont-elles, une nouvelle fois, être plongées dans le stress ? Pour éviter un tel chaos, L'ADAPT alerte les pouvoirs publics, avec quelques propositions à la clé.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Chaque année, le même rengaine : se battre pour le maintenir en école ordinaire, se battre pour obtenir une AVS (auxiliaire de vie scolaire) à temps... En réponse à ces témoignages, de plus en plus nombreux, L'ADAPT (Association pour l'insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées) alerte les pouvoirs publics sur la question de la scolarisation pour cette rentrée 2012.

Des effectifs en hausse...

On observe indéniablement une augmentation du nombre d'enfants handicapés scolarisés en milieu ordinaire depuis la promulgation de la loi de février 2005. A la rentrée 2011, ils seront 210 400 dans une école ou un établissement du second degré, soit 55 000 élèves supplémentaires depuis 2005. Une évolution annuelle moyenne de 6,3% alors que, sur la même période, les effectifs d'élèves restent stables. Ce surplus d'accueil d'enfants n'est cependant pas appréhendé ni préparé, ce qui risque, à terme, de créer des décrochages avec des ruptures lors des passages entre le 1er et le 2nd cycle puis du 2nd au lycée.

Mais une qualité à revoir

Malgré cette hausse L'ADAPT déplore « une qualité d'accompagnement moindre ! ». Elle salue cependant l'annonce faite par le gouvernement d'augmenter de 1500 le nombre d'auxiliaires de vie scolaire individuelles (AVSi) dès cette rentrée 2012. Mais rappelle cependant que « le quantitatif ne doit pas suppléer le qualitatif de l'accompagnement des enfants et aussi des professionnels ! ». L'association alerte les pouvoirs publics et les acteurs économiques, et en appelle à la mobilisation de tous. L'association défend une scolarisation « de qualité » en milieu ordinaire, tout en jouant la complémentarité avec la scolarité et l'accompagnement dans les établissements médicosociaux.

Des propositions concrètes

Pour L'ADAPT, les pistes d'amélioration sont nombreuses. Elle recommande notamment :

  • Un allégement des procédures administratives pour, par exemple, réduire les délais de réponses faites aux familles.
  • De renforcer la coopération entre l'Education nationale et le secteur médico-social, essentielle pour construire des réponses sur-mesure et adaptées à la réussite de l'enfant.


La professionnalisation et l'augmentation du nombre d'AVS.

Ces auxiliaires de vie scolaire qui accompagnent les enfants à l'école ont des statuts précaires. Leur métier n'est pas reconnu contractuellement et elles ne sont pas formées au handicap. L'élève est alors privé de l'accompagnement nécessaire à la réussite de son intégration scolaire.

  • De repenser le PPS (projet personnalisé de scolarisation), rendu obligatoire par la loi de 2005 mais peu utilisé et construit le plus souvent sans concertation avec les parents.
  • De mettre en place une politique d'orientation de l'enfant plus personnalisée, dictée par ses besoins et non par le nombre de places disponibles dans les différentes structures.
  • De mettre en place un plan de formation « handicap » pour tous les professeurs du 1er et 2nd degré.
  • De valoriser les enseignants ayant fait le choix de devenir enseignant référent afin de démultiplier les candidatures.


« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. »

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Tous les liens


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 28-08-2012 par laurence :
Chaque rentrée scolaire pose le problème de l'intégration scolaire et il y aura toujours des problèmes à déplorer(cf reportages envoyé spécial sur France 2 diffusés récemment "l'école de la différence" et envoyé spécial la suite), cependant on ne peut que se féliciter que de plus en plus d'élèves handicapés intègrent l'école, seul bémol, l'accompagnement pour certains qui fait défaut, par manque de communication, de formation et de financement ... il y a des lois, mais on ne met pas en place ce qu'il faut pour qu' elles soient appliquées, hélas, et que les besoins soient pleinement satisfaisants. Les avs sont pourtant un maillon indispensable et nécessaire pour l'élève handicapé, et pour l'enseignant, mais leur métier n'est pas reconnu, leur condition de travail sont difficiles (salaire, non reconnaissance etc...) par exemple, certains avs connaissent leur affectation seulement un à deux jours avant la rentrée..

Le 28-08-2012 par laurence :
quant au pps, les parents font partie des signataires du pps, c'est obligatoire, le pps est une sorte de contrat en fait, nous concernant nous avons toujours été présents pour le pps, partie prenante et signataires avec les enseignants, avs, professionnels, médecin scolaire et enseignant référent, ce pps est ensuite envoyé à la mdph... et doit être respecté dans l'intérêt de l'élève handicapé. Il est grand temps que le métier d'avs soit reconnu... la fnaseph avait un rendez vous ces derniers jours avec le gouvernement à ce sujet, qu'en est il ?

Le 28-08-2012 par nadine :
Je suis tres en colere , ma fille autiste asperger , bénéficie d'une AVS depuis le CE1 ......en redoublement de 3eme cette année , elle avait son AVS depuis 3 ans , avec notification MDPH de 30H ...seulement , je viens d'apprendre aujourd'hui que son AVS était nommée ailleurs et que la fille n'en aurait plus a la rentrée ..il va encore falloir me battre de toutes mes forces !! l'année de l'autisme , on en fait quoi ? la loi de 2005 ? on en fait quoi ? j'en ai assez de cette administration , qui s'en fou du bien être de nos enfants qui ont eux aussi le droit a un système scolaire digne pour eux , sans aide , ma fille sera en grandes difficultés ...alors qu'elle suit son cursus comme tous les enfants !! c 'est honteux , scandaleux , je suis revoltée de cette France :(

Le 29-08-2012 par fofiemarguerite :
Je suis auxiliaire de vie scolaire depuis 7 ans (1 an dans une école privée et 6 ans recrutée pas l'inspection académique). Au bout de 6 ans votre contrat ne peut plus être renouvelé et c'est mon cas. Alors que je suis formée en ayant travaillé avec divers enfants souffrant de différents handicaps, cette rentrée scolaire se fera sans moi. J'ai choisi ce métier, j'aime ce métier mais c'est terminé. La politique de recrutement actuelle est complètement absurde, on choisi des personnes en détresse sociale, rmistes, chomeurs en fin de droits et on se débarrasse d'un personnel expérimenté !

Le 29-08-2012 par laurence :
l'exemple de Nadine est malheureusement fréquent et bien évidemment inadmissible !

à Nadine :

N'hésitez-pas à faire appel à la cellule Aide handicap école. Cette plateforme téléphonique peut intervenir à la demande des parents, auprès du directeur d'établissement, mais aussi de l'inspecteur ASH, chargé des élèves handicapés :

aidehandicapecole@education.gouv.fr

article lu dans le magazine Déclic, l'an passé cela a été efficace pour régler certains dysfonctionnements...

Le 29-08-2012 par Monique :
Que de parents usant leur santé alors que tous croient que les handicapés sont bien aidés. Les parents sont "signataires" du PPS sans connaître les décisions de la MDPH ! Et après : mauvaise surprise ! Qu'en est-il des jeunes de 16 ans, plus soumis à l'obligation scolaire que la CDAPH a décidé d'ignorer et supprime les aides ? Qu'est-ce que ça va changer que le métier d'AVS soit reconnu quand il lui est "ordonné" de ne pas aider l'élève pour que les parents acceptent une orientation non souhaitée ? Les MDPH ont supprimé, depuis 2008, les compléments, réduit les taux d'invalidité, minimisé les problèmes, et laissé les familles les bras ballants. Ils permettent à quelques élèves d'aller jusqu'au bac, mais combien ? Peu vont jusqu'au bac, même bac pro, surtout quand la MDPH supprime les aides dans l'année des examens. Les parents ne sont pas d'accord avec ses décisions ? elle supprime les aides ; c'est elle qui a tout pouvoir. Bravo la loi de 2005 !

Le 29-08-2012 par Monique :
La seule chose que l'on peut affirmer sur cette loi, c'est le droit à la scolarité. Mais dans quelles conditions ? Qu'est-ce que le droit ? Aujourd'hui, chaque fois que je pense lire quelque chose sur la scolarisation des élèves handicapés, l'accent est surtout mis sur la situation des AVS. Mais l'enfant ...? L'AVS est sous l'autorité hiérarchique des profs : une prof de ma fille faisait sortir l'AVS au moment des contrôles. Cette même AVS disait à ma fille de prendre ses notes elle-même et si elle n'en était pas capable, elle n'avait rien à faire en seconde, et l'enseignante référente a dit qu'elle faisait très bien son travail ! Oui, il y a de bons AVS, mais l'état fait des économies : soit le nombre d'élèves handicapés a doublé, soit l'état augmente le nombre d'AVS à reculons.

Le 30-08-2012 par Helene :
@Nadine :je suis stupéfaite et désolée de te lire! Ta fille doit etre suivie par une enseignante réferente? et Don un PPS? QUI et surtout sur quel critère s 'est basé la MDPH et le rectorat pour te priver de l AVS ? C est simplement scandaleux...

Le 30-08-2012 par laurence :
je rejoins complètement fofiemarguerite, évidemment que le recrutement est absurde, pourquoi ne pas conserver les compétences des avs qui pour la majorité s'investissent dans ce travail sans aucune reconnaissance. Trop souvent, le recrutement se fait en ajoutant du handicap à l'handicap, car certains avs ne sont pas du tout préparés et prêts pour s'occuper des élèves handicapés, quand d'autres ont toute la compétence, mais on préfère les jeter comme des kleenex, c'est une situation aberrante, qui au final pénalise les enfants et les avs.

Le 30-08-2012 par laurence :
je rejoins également Monique dans ce combat usant pour les parents, et pour l'enfant, des disparités entre les régions dans les prises de décisions, des réactions néfastes de certains face à la présence de l'avs, et puis pourquoi après le lycée, plus d'avs pour ceux qui veulent continuer ? c'est un réel parcours du combattant qui perdure et ce depuis des années...

Le 04-09-2012 par sylvie :
Mon fils autiste de 14 ans va intégrer cette annee la seule classe ulis TED du Val d'OISE.Son frere de 11 ans myopathe en fauteuil et pouvant a peine utiliser ses bras n'a pas d'AVS pour faire sa rentée demain et on me dit des chose comme "il peut quand meme ecouter" ou "il y a des pays ou les enfants handicapés ne peuvent pas aller a l'école" (de la bouche de la référente !) C'est vrai quelle chance on a !

Le 04-09-2012 par llilou :
Battez-vous et ne lachez rien, je me bats pour obtenir le transport scolaire de théo qui effectue sa rentrée en 6ème ulis , faites intervenir les médias moi c'est ce que je fais aujourd'hui!

Le 06-10-2012 par LC :
L'état des lieux est tristement déplorable. Les parents d'enfants souffrant de handicaps invisibles (dyspraxie et autres) doivent se battre chaque année, malgré le PPS et les avancées obtenues péniblement en fin d'année précédente, pour reprouver les handicaps, convaincre d'appliquer des aménagements, notamment visuels, pourtant indispensables, sinon l'enfant souffre et n'apprend pas. C'est un cauchemar sans fin qui gâche la vie. Tout n'est pas question de formation. Quand la bienveillance, l'empathie, le goût du travail et la bientraitance sont au RV, tout va bien, et parfois même sans AVS. Mais c'est l'exception. Bcp d'enseigants sont dans le rejet sous une adhésion de façade. Ce n'est pas seulement une question d'argent et de formation.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr