Katie, " pin-up " trisomique pour une marque américaine

Résumé : Katie Meade, une jeune Américaine trisomique a séduit une marque de cosmétiques. Cette ex-athlète paralympique de 32 ans affiche une beauté sans complexe dans un univers où les diktats d'une femme idéale commencent à se fissurer...

Par , le 

Réagissez à cet article !

Encore une belle histoire qui laisse espérer que l'univers de la mode et de la beauté vont, enfin, se débarrasser de leurs clichés pour rendre visibles des figures plus « atypiques ». Fin mars 2016, c'est la chanteuse Beyoncé qui annonce qu'elle a casté une mannequin atteinte de dystrophie musculaire pour faire la promotion de la ligne de vêtements à l'effigie de sa tournée (article en lien ci-dessous).

Une pin-up sexy et libérée

C'est cette fois-ci la marque américaine de cosmétiques Beauty and Pin-Ups qui fait parler d'elle en choisissant une jeune femme trisomique de 32 ans pour incarner son produit « Fearless » (traduction : sans peur, c'est-à-dire courageuse). Katie Meade est une ancienne athlète paralympique qui occupe aujourd'hui un emploi de fonctionnaire des impôts. Elle préside également l'association Best buddies, qui vise à sortir les personnes atteintes de déficience mentale de leur isolement. La marque justifie ce choix par le fait qu'elle « célèbre la responsabilisation des femmes », message que portaient les pin-up dans les années 40, libérées et sexy. « Quand nous avons lancé ce produit, nous aurions pu choisir une pin-up traditionnelle, explique son directeur, Kenny Kahn, mais avons tout de suite pensé à Katie. » La jeune femme se dit fière de pouvoir devenir un exemple pour d'autres. « Les gens me voient comme je suis vraiment et pas forcément comme porteuse  d'un handicap, explique-t-elle. J'aime essayer des choses nouvelles, et j'encourage les femmes à le faire. La beauté appartient à tout le monde. »

D'autres égéries…

Katie n'est pas la première personne trisomique à ouvrir la voie. Déjà en septembre 2015, l'Australienne Madeline Stuart avait fait sensation sur les podiums de la fashion week de New York (article en lien ci-dessous). Même engouement du côté des bébés puisque la marque espagnole de déco Bel and Shop craquait, pour illustrer son catalogue 2015, pour la frimousse de Clara, 18 mois, tandis qu'en 2012, Seb, un petit Anglais, s'affichait dans la nouvelle campagne de Noël de Mark and Spencer. En France, en juillet 2014, la marque Baby Alpaga a elle aussi craqué pour le minois de Paul, 2 ans. Tout a commencé en réalité il y a presque 20 ans, en 1998, lorsque Benetton affichait pour la première fois le visage d'un garçon trisomique. Mais, à l'époque, la marque de vêtements était réputée pour ses campagnes délibérément provocatrices ; aujourd'hui, le message a changé et semble affirmer « Ce sont des enfants comme les autres. Pourquoi pas eux ? »

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr