Au royaume des aveugles, la new tech est reine !

Résumé : CB accessible, mobile adapté... Sur la planète, 253 millions de personnes présentent une déficience visuelle. Les entreprises de nouvelles technologies en ont pris conscience et proposent des outils adaptés. Quoi de neuf en 2018 ?

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

1,7 millions de Français présentent des troubles de la vision. Dans une ère ultra connectée et informatisée où le défi de l'accessibilité est un enjeu crucial, les nouvelles technologies représentent un facteur d'autonomie et d'inclusion majeur pour les personnes aveugles et malvoyantes.

Des journées high-tech

Pour leur faire part des avancées dans ce domaine, la Fédération des aveugles de France organise, depuis sept ans, ses Journées d'études dédiées aux nouvelles technologies. En 2018, elles se déroulent au sein de l'INJA (Institut national des jeunes aveugles), les 3 et 4 décembre. Deux jours pour mettre en valeur des solutions innovantes et approfondir ses connaissances en matière de technologie adaptée. L'évènement est rythmé par des ateliers, tables-rondes et témoignages. Une centaine de participants sont présents, sans compter leur fidèle compagnon canin. Professionnels (Google, Samsung...), acteurs économiques et personnes déficientes visuelles peuvent ainsi échanger sur les difficultés rencontrées et mutualiser les bonnes pratiques autour de l'accessibilité numérique.

Des plages brailles abordables

Parmi ces nombreux acteurs, deux frères non-voyants présentent des plages brailles « low cost », destinées aux particuliers. Chacune la sienne ! D'un côté, Manuel Pereira, avec l'Orbit reader de l'association Valentin Haüy (AVH), de l'autre, Antonio Pereira avec BrailleMe, de l'entreprise engagée CECIAA. Ces appareils permettent aux personnes malvoyantes de lire un texte ligne par ligne, grâce à l'apparition de caractères brailles. Leurs caractéristiques sont sensiblement les mêmes : 20 caractères d'une taille de 6 points. Outre la fonction « liseuse », ils peuvent également servir de bloc-notes et de gestionnaire de fichiers (format BRL, BRF et TXT uniquement). Leur point fort : une connexion « simple et rapide » aux ordinateurs et smartphones, via un câble USB ou l'option Bluetooth. Seules différences : BrailleMe dispose d'un curseur routine pour se déplacer dans le texte et propose une lecture en braille abrégé. Ces prototypes devraient être commercialisés en janvier 2019, au prix de 599 euros pour Orbit reader et aux alentours de 800 à 900 euros pour BrailleMe. Une option « abordable » selon les frères Pereira qui espèrent « redonner l'envie aux déficients visuels de lire ».

Téléphonie : retour aux sources

Le tactile a envahi le marché du mobile... mais pas facile d'utiliser un téléphone sans touche lorsque l'on est aveugle. Et si l'on revenait aux fondamentaux ? « Il n'y a pas que le tactile dans la vie », c'est le credo des deux sociétés spécialisées dans les solutions de communication adaptées, venues présenter leurs produits. Access'Solutions propose le BlindShell classic, un mobile vocalisé muni d'un clavier à touches. Leitmotiv : « Se concentrer sur le principal, à savoir téléphoner et envoyer des sms ». Le coût de 369 euros s'explique par des fonctions supplémentaires : gérer son emploi du temps via l'agenda, planifier un réveil, programmer un minuteur, enregistrer un mémo vocal, consulter les prévisions météo, lire ses mails grâce à une application de courrier électronique intégrée, reconnaître des objets avec une fonction d'étiquetage... Pour le même prix, la société Kapsys propose le MiniVision. En parallèle, elle présente un modèle hybride, le SmartVision 2, « le seul téléphone au monde qui propose un clavier, un écran tactile et la commande vocale », selon elle. Les applications sont listées par ordre alphabétique, les textes peuvent être grossis et les couleurs personnalisées. Pour 739 euros au lieu de 529, les utilisateurs peuvent bénéficier de trois nouvelles fonctions : le livre audio, la machine à lire (OCR) et le GPS Kapten. Cet outil de navigation décrit les rues, les commerces et les points d'intérêt public à proximité (restaurant, musée...) et est disponible même sans réseau. Bon à savoir : ces téléphones peuvent être pris en charge dans le cadre de la prestation de compensation du handicap (PCH). Cependant, aucun cadre n'est défini, tout dépend des MDPH.

Des terminaux de paiement adaptés

« Chaque fois que je dois payer en CB avec un terminal tactile, je vis un grand moment de solitude », explique Pascale Isel, une formatrice non-voyante. Pour mettre fin à ce type de difficultés, plusieurs entreprises ont décidé de créer des modes de paiement adaptés. Un terminal tactile qui dispose d'une touche pour guider les clients non-voyants, une carte bancaire accessible qui donne le montant du ticket avant de payer et le transfère ensuite sur le téléphone... Les options sont nombreuses.

Assistant vocal : un petit génie !

Mais la star de ces journées reste l'assistant vocal Google home mini dont l'utilité ne se limite pas aux non-voyants. Inutile de voir ni de sortir du lit pour activer son réveil ou programmer un rendez-vous pour le lendemain matin, il suffit de dire « Ok Google » avant de formuler son souhait. Il peut également piloter les objets connectés et, entre autres, ouvrir les volets et mettre en marche la cafetière. Autre atout : le paramétrage des « routines ». Il est possible d'associer un mot à plusieurs actions et dire, par exemple, « Ok Google Bonjour », pour que les lumières, la radio et la cafetière s'allument. Grâce à un partenariat avec la SNCF, le Google home mini permet de mettre une option sur un billet de train. A l'avenir, le géant du web prévoit de développer de nouvelles manières d'interagir avec la voix (achat de vêtements, d'aliments, etc.).

L'ensemble des services présentés agissent dans un même but : favoriser l'autonomie et le gain de temps des personnes avec une déficience visuelle. Histoire d'y voir plus clair dans les nouvelles technologies…

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Actus sur Handicap.fr

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Cassandre Rogeret, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 06-12-2018 par marie :
c'est bien gentil de revenir aux fondamentaux, ce serait mieux de revenir aux fondamentaux abordables
par les pauvres. 369 €, c'est presque la moitié d'un SMIC, ou pire de l AAH
Je doute que bcp soient financés

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr