Bulgarie, fin des orphelinats de la honte pour enfants handi

Résumé : La Bulgarie ferme le dernier de ses sinistres asiles pour enfants handicapés abandonnés, mouroirs isolés. Mais beaucoup reste à faire pour améliorer l'intégration sociale des jeunes handicapés dans ce pays le plus pauvre de l'Union.

Par , le 

Réagissez à cet article !

La Bulgarie a annoncé le 18 février 2016 avoir définitivement fermé le dernier de ses centres pour enfants handicapés abandonnés, de gigantesques structures héritées de l'époque communiste et longtemps associées à des cas de pédophilie et à des mauvais traitements parfois mortels.

Vers des structures de petite taille

"C'est la fin d'une procédure destinée à transférer progressivement les enfants dans des structures de plus petite taille, fonctionnant en communauté", a indiqué le porte-parole des services sociaux bulgares, Georgy Terziyski. Cette procédure, réclamée par des ONG et par l'Union européenne, avait été lancée en 2010, après la révélation de la mort d'enfants et de cas de pédophilie dans les quelque 150 centres du pays. A leur apogée, à l'époque communiste, ces gigantesques "orphelinats", situés dans des régions isolées, accueillaient plusieurs milliers d'enfants handicapés, abandonnés par leurs parents que le régime encourageait à agir ainsi. Seuls sept enfants y étaient encore hébergés dernièrement contre plus d'un millier en 2012.

Pas de formation adéquate

Les organisations de défense des droits ont salué cette étape en soulignant que des progrès devaient encore être faits dans la prise en charge de ces enfants particulièrement vulnérables. Le président du Comité d'Helsinki en Bulgarie, Krasimir Kanev, a souligné que les nouveaux centres, initialement prévus pour accueillir de six à huit enfants, en accueillaient finalement 14 sans toujours offrir le personnel adapté. "La qualification de l'encadrement laisse à désirer. Beaucoup travaillaient dans les institutions qui ont fermé et d'autres ont été embauchés sans formation adéquate", estime M. Kanev interrogé par l'AFP.

Un taux d'abandon élevé

Pour Milena Harizanova, de l'Unicef en Bulgarie, les nouvelles structures prévues pour accueillir 2 099 enfants handicapés sortent ces pensionnaires de leur isolement car elles sont "plus près de leur région d'origine, des services de santé, d'éducation, de transports, et surtout, de la population". Mais beaucoup reste à faire pour améliorer l'intégration sociale des jeunes handicapés en Bulgarie, souligne Mme Harizanova. Elle note toutefois que le taux d'abandon des enfants handicapés, particulièrement élevé durant des décennies, est à la baisse ces dernières années dans le pays le plus pauvre de l'Union européenne.

© konradbak/Fotolia

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr