Groupe Afnor : des jobs pour tous les profils. Postulez !

Financement du handicap : le Sénat fera des propositions !

Résumé : Des sénateurs entendent faire des propositions sur le financement de la prise en charge des personnes handicapées. Ils remarquent la complexité du système français et de nombreux blocages. Réponses avant l'été 2018.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Le financement de la prise en charge des personnes handicapées sera passé en revue par un groupe de sénateurs qui a indiqué le 25 janvier 2018 souhaiter "une première présentation des conclusions avant l'été". Composé de huit sénateurs représentant tous les groupes politiques de la Haute assemblée, et dirigé par Philippe Mouiller (LR), il entend "faire des propositions" et apporter "des réponses sur le parcours de vie" des personnes handicapés, a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse. Les parlementaires partent tous du "constat de la complexité du système français", financé à la fois par l'État, la Sécurité sociale et les collectivités locales.

Problèmes identifiés

"Plusieurs problèmes" sont déjà identifiés, comme "l'impératif du décloisonnement des financements, l'aberration administrative des services et établissements cofinancés", selon un communiqué du Sénat. "Avec la même somme, on pourrait faire beaucoup plus, mais il y a des blocages", a déploré M. Mouiller, ajoutant que le groupe de travail "va forcément regarder de façon plus précise la question de la Belgique", où plusieurs milliers de Français handicapés sont accueillis faute de place ou de structure adaptée dans l'Hexagone, moyennant "400 millions d'euros à la charge des départements et de l'Assurance maladie".

Ne pas rougir de la politique handicap

"On n'a pas à rougir de notre politique du handicap", a affirmé la secrétaire d'État Sophie Cluzel, rappelant que la France se situe en la matière "dans la moyenne supérieure européenne". Alors qu'une conférence nationale du handicap et un quatrième plan autisme sont attendus dans le courant du premier semestre 2018, Mme Cluzel a exprimé son intention de "développer des expérimentations complètes et totales pour éviter les ruptures de parcours" dans la prise en charge des personnes handicapées.

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr (Actus)

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2018) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 25-01-2018 par Rofo :
il serait bon de s'occuper de la retraite et lhébergement des handicapés.

Le 25-01-2018 par Mimi kitty :
Bonjour.
Quand j.entends Sophie Cluzel dire que nous sommes au dessus de la moyenne europeenne cela me fait rougire de rage. Nous sommes pas 1competition. On se bat pour 1 vie meilleure point barre. Elle a un enfant handicapé donc qu.elle se batte pour lui et les autres vivants en france. En france l.administration est trop longue pour 1 demande a la mdph, 2 ans minimum pour aide financement d1 fauteil roulant est ce normal? Il faut faire 1 parcours de combattant pour trouver 1 ecole qui accepte l.enfant et avoire 1 avs, pour trouver du taf pfff c.est pire. La france a beaucoup a faire en terme de l.handicap et la Cluzel pour moi a juste postuler juste pour 1 place chauffée et avantages elle ne represente pas les PH non elle nous offence meme.

Le 26-01-2018 par serge :
marseille : il serait bien de financer des postes d'éducateurs spécialisés pour les handicaps

Le 28-01-2018 par memee :
handicapée à 80%(polio,amblyopie, thyroïde) reconnue par la MDPH.Aujourd'hui je demande à bénéficier de la PCH (amélioration salle de bain)refus (67 ans)j'aimerai que Mme la ministre m'explique comment on peut être autonome merci

Le 01-02-2018 par Mixou :
Madame Sophie Cluzel, quand t'on vit avec plus de 20.000,00 € euros par mois voire beaucoup plus avec un enfant handicapé, on n'est certainement moins handicapé que de vivre avec un handicap ou un handicapée avec 800,00 euros par mois, car avec de l'argent on peut avoir accès à du matériel qui et inaccessible et qui pourtant donnerait de la liberté à beaucoup handicapées et qui soulagerai également les parents et ça serait bien que le gouvernement travaille de ce côté

Le 04-02-2018 par Calimero :
bonjour,
Que l'on vivent avec des moyens plus élevés, un handicap est toujours un handicape, disons que Madame Cluzel, peut faire face plus facilement à l'handicap de son enfant, mais l'enfant lui est toujours en souffrance; je comprend que vous soyez en colère part apport à toutes ses disparités de l'handicape, mais l'enfant n'y est pour rien, il est pas moins handicapé, disons que sa Maman à plusse d'opportunités financières, ce qui n'est pas notre cas.
Bonne journée à toutes et tous.

Le 20-02-2018 par Lilhandi :
Il faut penser aux handicapés, qui jeunes ont été surpris par la maladie et qui, ayant élevé deux enfants, ont beaucoup de difficultés à payer leur loyer car ils ont dû vendre leur maison. À 62 ans, ils souffrent et il serait bien que les foyers logement leur soient réservés en priorité. Je pense qu Veulent rester près de chez eux. Que les foyers logement de « Ma Maison «  gérés par les Petites Sœurs des Pauvres à Madeleine dans le Nord les accueillie en priorité.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr