Assistance sexuelle : de nouveaux pros certifiés

Résumé : Sept assistants sexuels ont été officiellement certifiés le week-end du 14 juillet 2017 après plus de 12 mois de formation à l'accompagnement des personnes en situation de handicap. Un cursus pour permettre l'accès au plaisir ?

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Quatre Suisses et trois Françaises ; un homme et six femmes. Sept personnes ont suivi, en 2016 et en 2017, une formation certifiante à l'accompagnement sensuel et à l'assistance sexuelle des personnes en situation de handicap. Sexologie spécialisée, informations juridiques, réflexion éthique et habiletés sexo-corporelles : ce cursus « a permis aux assistants sexuels d'acquérir de nombreuses connaissances », explique un communiqué des associations organisatrices, CH(s)OSE et Corps solidaires, publié le 18 juillet 2017.

Plus compliqué en France

L'assistance sexuelle vise à prodiguer une attention sensuelle, érotique ou sexuelle à une personne en situation de handicap ou à permettre l'acte sexuel à deux personnes qui ne peuvent pas l'accomplir sans aide. Si elle peut se développer légalement en Suisse et dans de nombreux autres pays, cette pratique reste difficilement accessible en France : la mise en relation entre ces assistants et d'éventuels bénéficiaires relèverait du proxénétisme, et les personnes en situation de handicap passeraient pour des clients de prostitution. C'est pour ces raisons que CH(s)OSE demande une exception à la loi en se rapportant aux articles du Code pénal qui répriment le proxénétisme, pour que cette assistance puisse s'exercer dans le cadre d'un service d'accompagnement à la vie sexuelle.

120 heures d'enseignements

Avec l'association suisse Corps solidaires, CH(s)OSE est à l'origine de la formation certifiante qui a permis aux assistants d'acquérir leur statut officiel d'accompagnant sexuel. Un programme de 120 heures d'enseignements, volontairement répartis sur plus d'une année et assurés par des assistants sexuels certifiés, des professionnels de sexologie, de psychologie et d'éthique. « Aujourd'hui dûment formés, ces assistants pourront accompagner les adultes bénéficiaires à découvrir leur corps sexué, au service de leur autonomie », précisent les associations dans leur communiqué. De quoi apporter des réponses concrètes aux personnes privées d'accessibilité au plaisir ?


© Fotolia

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Aimée Le Goff, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 19-07-2017 par ASSADEK :
La France devrait s'inspirer de l'expérience Suisse dans le domaine de l'assistance sexuelle des personnes handicapées; en plus d'une assistance de vie, il faut une assistance de vit.

Le 19-07-2017 par olivier :
je crois que j'aurai besoin de les voire.
c'est dingue ce truc.

Le 19-07-2017 par Odru :
Non,selon moi, ce n'est PAS de la prostitution, mais un " accompagnement " thérapeutique, dans la Sensibilité de l'Homme ou de la Femme, ne pouvant accéder à un certain besoin fondamentale. Une personne à déficience physique ou corporel, reste un être Humain ....! Pas dénué de sensibilité, d'émotions, d'envies ou de besoins ....!

Le 19-07-2017 par Jordi coubris :
C'est bien et excellent et c'est pas trop tôt!

Le 20-07-2017 par carodebordeaux :
oui, pourquoi pas je trouve ça pas mal :)

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr