Une maman de 2 enfants autistes se suicide : réactions !

Résumé : Elle a sauté par la fenêtre parce qu'elle ne voyait pas d'issue. Le drame qui a touché cette jeune maman de deux enfants autistes met en lumière la détresse de nombreux parents. Combien de tragédies faudra-t-il encore pour qu'on les entende ?

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Une jeune femme âgée de 32 ans s'est défenestrée le 26 octobre 2016 en fin d'après-midi, à Thiais. Du 8e étage. Son corps a été découvert par des enfants du quartier en contrebas de son immeuble. Elle était maman de deux jeunes enfants autistes, découverts seuls dans l'appartement. Dans Le Parisien, une voisine se confie : « C'est une famille adorable mais qui connaît quelques difficultés. La maman s'occupait de ses enfants tous les jours et, pour elle, le quotidien était parfois difficile à gérer… ». Difficultés ?

Des menaces de signalement

La bénévole d'une association de parents d'enfants handicapés, qui a souhaité rester anonyme, était en contact avec cette maman depuis quelques jours. La famille aurait été menacée de signalement auprès des services sociaux si elle n'acceptait pas une orientation qu'elle ne souhaitait pas. Acculée, la jeune mère de famille avait lancé un appel de détresse auprès d'un collectif ; de nombreuses mamans avaient tenté de l'épauler, réaffirmant le fait que nul ne pouvait la contraindre à accepter une solution contre son gré. Pensant l'avoir rassurée. Ces derniers jours, elle avait également posté son témoignage sur les réseaux sociaux pour exprimer sa douleur. En vain… 

L'arbre qui cache la forêt

Ce passage à l'acte n'est pas isolé : suicides, infanticides, dépressions sévères, coups d'éclat… La liste des parents d'enfants handicapés à bout s'allongent malheureusement au fil des années. Pour ne pas avoir à assumer, on évoque leur fragilité, on minimise en affirmant que c'est l'exception. Cette exception, c'est l'arbre qui cache la forêt. Combien sont-ils ces proches exténués par les abysses administratifs, la fatigue et les harcèlements ? Isolés, stigmatisés et confrontés à de graves difficultés financières en raison d'une compensation inadaptée. Comment s'étonner ensuite que certains craquent sous la pression ? Faut-il attendre qu'ils passent à l'acte pour mesurer leur désespoir ? Faut-il se contenter de tenir de sombres statistiques plutôt que de se pencher sur un mal profond qui touche bien davantage de parents que ceux qui, par leur geste désespéré, inscrivent leur nom dans la rubrique faits-divers.

Des placements abusifs

Sur les 308 000 enfants faisant l'objet d'une mesure d'aide sociale à l'enfance, un rapport du Défenseur des droits estime à 70 000 le nombre de ceux qui sont en situation de handicap. Le chiffre ne distingue pas ceux qui sont placés par mesure de protection de ceux qui le sont de manière abusive, mais c'est pourtant parfois le sort réservé aux parents qui osent revendiquer ce qui est bon pour leur enfant. « In fine, le droit de choisir revient uniquement aux parents, sans qu'ils n'aient à prendre le risque d'être broyés lorsqu'ils s'opposent à telle ou telle orientation, explique Céline Boussié, de l'association Handignez-vous !. Mais, pour éviter d'en arriver là, il en va de la responsabilité du Gouvernement de mettre en place des prises en charge adaptées, et en nombre suffisant. » Ils sont nombreux à dénoncer, à l'aune de cette tragédie, un « manque d'humanité de la part de certains services sociaux ». Ils sont nombreux à avouer avoir pensé au suicide. C'est le cas d'Estelle Ast, cette maman d'un garçon autiste qui était montée sur une grue ; dans une vidéo, elle témoigne : « Certains trouvent la force de ne pas aller jusque-là, d'autres pas. »

D'autres désespoirs…

Ce nouveau drame fait écho à l'histoire d'Emilie Loridan, maman de deux enfants dont une petite fille trisomique ; elle a mis fin à ses jours le 3 juillet 2016 suite à un imbroglio administratif entre la Belgique et la France qui l'avait privée de ses aides. Un collectif portant son prénom a vu le jour qui, face à ce nouveau drame, a adressé un mail à François Hollande ; il y exprime toute sa colère et réclame une commission d'enquête pour faire toute la lumière sur cette affaire et éviter que ces « dysfonctionnements ne perdurent ». De son côté, une association de parents a interpelé Ségolène Neuville, secrétaire d'Etat en charge du handicap, dans une lettre ouverte. Sur un site dédié (Leetchi), une cagnotte a été ouverte pour venir en aide au papa et à ses deux enfants. Au nom de Briet.

© gudrun/Fotolia

Lire les réactions et réagissez !  

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 28-10-2016 par odile31 :
maltraitance ordinaire au pays des droits de l'homme ... pouvoirs publics et ministres complices ... prochain scandale : le guide d'appui aux MDPH sur la PCH qui va institutionnaliser la maltraitance

Le 28-10-2016 par Amarande :
Le plus triste ce sont lesparents la solitude,le désarroi l incompréhension le courage amene a baisser les bras.voilà pourquoi les suicides, actuellement pas d argent on ne peut rien faire

Le 28-10-2016 par HONTE A LA FRANCE :
Triste et honte à la France
Quand les associations de personnes handicapées traineront la France devant la Cour de Justice Européenne ou la Cour International de Justice

Le 29-10-2016 par Sandrine c :
ça me met en colère parce que nous nous savons ce que veulent dire les mots : ime,mdph,cmp,AVS,ergo,cra, camps,Psychomot,Neuropsy, technique ABA, wipsi,PAI PPRE PPS pAP Ulis clis sessad ....alors que nos politiques devraient tout autant que nous les connaître pour aider les familles! .... Mortel combat

Le 29-10-2016 par ludi :
Nous avons vécu le même harcèlement et le même chantage aux services sociaux que cette pauvre maman. Les associations ont été un soutien moral certe mais ce sont les avocats et menaces de diffusion dans la presse qui nous ont permis de nous en sortir. L'éducation nationale rejette les enfants autistes et est parfois prête aux pires agissements et pressions pour s' en debarasser. L'opinion publique et les gouvernants ne le savent pas assez et restent aveugles devant les drames que causent cette peur du handicap.
Malheureusement si on ne frappe pas aussi fort qu'eux voire plus fort, ils nous detruisent nous et nos enfants !
Les parents doivent avoir le droit de choisir l'éducation qu'ils souhaitent donner à leurs enfants mais pour cela il faut beaucoup de soutien, un entourage présent, des moyens financiers, un mental de guerrier, l'accès à la formation, la connaissance des textes... sans répit !
C'est tout simplement révoltant !

Le 29-10-2016 par Scharna nini :
Triste pour l issue de ce drame ,Que vont devenir les enfants.On est grand parent d une fillette de 9 ans CHARGE ,C est un éternel parcourt du combattant pour la maman la petite aussi ,Même si les ducs essaient de mettre en oeuvre des choses .Mais tous les ans il y a des changements des promesses non tenues....etc .L argent est le nerf des problèmes
MAlheureusement

Le 30-10-2016 par Nathalie R :
Quand on voit que l'Etat pioche dans la caisse du CNSA plus de 50 millions d'euros, quand on voit qu'ils piochent encore d'autres millions dans les caisses réservées à l'emploi des personnes handicapées, vous croyez encore que ces gens se préoccupent de notre sort ? Non, je pense qu'on a affaire à un mépris des plus réels et des plus ignobles ! Pays de l'injustice oui !

Le 01-11-2016 par mariegay :
Je connais cette famille que j'aide. J'ai fais un appel au dons et récolté plus de 800 euros, un hommage a été rendu à Séverine samedi dernier.

Le 02-11-2016 par Josef S :
Tristesse... que dire d'autre face à tant de vies brisées ? Il y a également toutes ces personnes adultes autistes qui se suicident et dont nul ne parle. Ces derniers jours mon ami Yohan, avant lui tant d'autres de mon entourage. Requiescat in pace.

Le 04-11-2016 par stef :
Nous comprenons la souffrance que cette famille a vécu car nous subissons également les dénonciations abusives de la part de l'école vis à vis de notre fils autiste
on nous use financièrement car nous devons prendre un avocat pour défendre les droits de notre fils.les familles dont un membre est handicapé ont déjà suffisamment à porter ce n'est pas nécessaire de les juger et les accabler
davantage

Le 07-11-2016 par Charmilia :
Ce que je trouve scandaleux c'est l'attitude des autorités qui n'ont pour réponse que le placement de ces enfants. L'aide dont cette mère avait besoin c'est d'un suivi psychologique. CAR nous parents de jeunes autistes devons subir l'indifférence de personnes qui ne mesurent pas l'angoisse de ces parents ce n'est pas à coup de dossiers que l'on résout cette détresse

Le 29-11-2016 par sarah.cubas :
Bonjour à tous,

Mère d'une petite fille asperger et révoltée par l'incurie des institutions - et je pense en plus avoir de la chance, lorsque je vois les suicides, placements ou fuites à l'étranger!!! - je souhaite réaliser avec une amie un documentaire sur l'envers du décor : ce que ce genre de politiques cela implique les enfants autistes et asperger et leur famille. Afin d'en dénoncer toute la monstruosité et l'inhumanité. Je suis donc à la recherche de parents, proches, professionnels des associations (et même des institutions s'ils veulent témoigner!) afin de réaliser des entretiens vidéo pour ce documentaire. Vous pouvez me contacter par le biais de ce blog ou en privé à sarah.cubas@yahoo.fr

Le 29-11-2016 par fleurdepat :
Pour que plus jamais les parents d'autistes soient déconsidérés et mis à l'écart : http://www.unebriquedanslemur.info

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches