Femme et handicapée : la double peine !

Résumé : Maudy Piot, auteur et psychanalyste, est également la créatrice de l'association

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Handicap.fr : Comment vous est venue cette idée de créer l'association « Femmes pour le dire, femmes pour agir » ?
Maudy Piot : En 2003, lors de l'année européenne des personnes handicapées, Anne Hidalgo, ajointe au Maire de Paris me dit : « Tu devrais organiser un colloque afin de lutter contre une double discrimination : celle d'être femme et handicapée ». Il s'appelait « Femmes handicapées citoyennes » avec, comme marraine, la résistante Lucie Aubrac. 1000 personnes ont répondu présentes et, à la fin du forum, nous avions 200 adhérents. Nous avons donc décidé de monter l'association « Femmes pour le dire, femmes pour agir ».

H : Etes-vous vous-même atteinte d'un handicap ?
MP : Oui, j'ai perdu la vue progressivement, à cause d'une maladie génétique. Mais je n'ai jamais voulu me laisser enfermer dans le ghetto des personnes aveugles, uniquement centrées sur leur symptôme. Ca me barbe !

H : A qui cette association s'adresse-t-elle ?
MP
 : A toutes les femmes qui se sentent agressées dans leur corps par une singularité, quel que soit leur handicap. A toutes celles qui en ont assez des grandes associations dont les conseils d'administrations ne sont composés que d'hommes. Nous avons encore 200 membres, de 21 à 99 ans. Je les connais toutes, c'est une grande famille. Certaines adhèrent car elle sont séduites mais finissent par nous quitter car elles ont peur des autres handicaps. Nous avons aussi le soutien de personnalités symboliques de notre combat comme Simone Veil ou Elisabeth Badinter.

H : Mais vous ne souhaitez pas imposer cette forme de discrimination et vous dites que les hommes aussi sont les bienvenus ?
MP
 : Oui, bien sûr. On en compte assez peu, environ 3 %, mais il est évident que nous devons changer le regard ensemble. Ce sont des hommes assez ouverts, pas machistes car il ne faut pas se faire d'illusion, le machisme est très présent aussi dans le monde du handicap. Leurs blessures ne rendent pas les hommes plus sensibles.

H : Double discrimination : c'est fort comme point de vue ! De quelle manière ces personnes sont elles pénalisées ?
MP
 : Et quand on est black, c'est triple ! J'ai remarqué que certaines femmes déficientes visuelles par exemple, ne s'occupaient pas d'elles, se négligeaient. Il est vrai qu'on a tendance à proposer aux personnes handicapées des choses médiocres.
Or, il faut toujours niveler par le haut. Nous ne sommes pas des arriérées ou des débiles. Je vais vous donner un exemple significatif : moi, on parle à mon chien. « Tu sais à quel étage elle va ta maîtresse ? ». Je vous assure qu'on pourrait écrire un livre avec ces situations rocambolesques. Or, il faut les aider à dire haut et fort que ce sont des citoyennes à part entière. La situation est dramatique : seulement 2 % des femmes handicapées ont un travail contre 25 % pour les hommes. Regardez dans les politiques, il n'y a que des hommes handicapés, à part une ou deux femmes.

H : Comment aider ces femmes ?
MP
 : En arrivant à les convaincre de ne pas être dans la plainte ou dans l'assistanat. Il faut qu'elles se prennent en main. Un exemple tout bête : que certaines femmes aveugles arrêtent de manger avec leur doigts ! Il ne faut pas qu'elles restent dans la solitude. C'est pourquoi nous organisons des ateliers à Paris et proche banlieue, une fois par mois, ouverts à toutes les inventions, à toutes les promesses, à tous les rêves : musique, chant, réalisation de costumes en vue du carnaval de Paris. Notre but : rendre les personnes, et de surcroît les femmes, handicapées, visibles ! Nous avons également un atelier esthétique et maquillage, relaxation, massage... Nous avons en projet un groupe de lecture mais qui a un peu de mal à démarrer, peut-être en septembre. J'anime également des groupes de parole. Une dizaine de personnes viennent parler de leur vie, de leurs souffrances.

: Quelles sont les blessures qui reviennent le plus souvent ?
MP 
: Les questions de sexualité : les hommes ont beaucoup plus peur que les femmes du handicap et se détournent lorsqu'ils croisent une femme handicapée. Lorsqu'une femme a un accident, son mari s'en va le plus souvent alors que les épouses restent à 80 %. On y aborde également les problèmes relationnels avec la famille : des parents trop protecteurs ou dans le rejet. Les discriminations les plus récurrentes portent sur le travail mais aussi le regard porté sur le handicap. On les voit comme des bêtes curieuses.

H : Quels sont vos besoins ?
MP
 : C'est une petite association qui me passionne mais notre situation est difficile car nous n'avons pas de subventions. Il nous manque notamment un local sur Paris, accessible, avec des toilettes adaptées, un traducteur en langue des signes ou encore une boucle magnétique pour les malentendants... Il nous faut des adaptations pour tous les handicaps pour rester fidèle à notre engagement, notamment lors de nos rencontres. Pas question qu'il y ait la moindre discrimination !

: Où peut-on vous rencontrer ?
MP 
: Nous organisons depuis deux ans, le 28 juin, un grand pique-nique au parc Floral de Vincennes, près de Paris. Mais aussi un forum tous les deux ans sur la thématique « Femmes, travail et handicap » avec des personnalités célèbres, philosophes, politiques, grands témoins... Ces forums sont l'armature de notre association.

Partager sur :

Lire les réactions et réagissez !  


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 31-07-2009 par greluche :
Une amie vient de me rappeler une anecdote : je dine avec elle au restaurant, des homme me sourient,( il parait que je suis jolie ! )Je lui dis : regarde, je vais me lever pour aller aux toilettes... Je reviens, les messieurs souriants ont tous le nez dans leur assiette... Je suis polio et ai une démarche très... personnelle ! Mon amie, écoeurée est allée leur dire ce qu'elle en pensait. Moi, morte de rire !

Le 01-08-2009 par MONJALES :
j'ai un traumatisme cranien, je suis devenue epileptique et j'ai eu une mauvaise fracture a la jambe. Célibataire sans enfant, je n'ai aucune aide.Et la franchise médicale et les médicaments non pris en charge par la CPAM sont a ma charge. ça fait beaucoup avec toujours être seule, plus que difficle a gérer et supporter. Alors que faire

Le 01-08-2009 par marie :
je suis handicapée de puis l'age de 18 mois a cause d'un polio jambe droite, je'ai eu une vie normale, je travaille, je conduis par voiture specialement aménagé, je suis marié depuis 30 ans, j'ai 3 enfants, bientot grand mère, j'ai 54 ans et j'aimerai maintenant, pouvoir prendre une retraite au combien méritée car je suis fatiguée je travaille depuis 35 ans et fais la route tous les jours, l'hiver les routes de campagne ne sont plus deneigées et cela devient dangereux comment faire comprendre au gouvernement que des femmes aimeraient comme les femmes fonctionnaires prendr leur retraite plus tot avez vous une solution

Le 01-08-2009 par wahiba :
Bonsoir,Je rejoins à 200% les propos de madame Mauy Piot, étant moi même non voyante, j'aipu remarqué le regard que l'on nousporte. Un regard de surprise, lorsque dans la conversation, on dit avoir des enfants.Un regard d'étonnement, lorsque nous affirmons nous maquiller et prendre soin de nous.Mais ce qui m edésole le plus, c'est le comportement de certaines personnes handicapées, qui se laissent aller et se complaisent dans leur solitude.C'est à nous de changer le regard que la société porte sur nous.

Le 03-08-2009 par Brigitte :
BonjourJ'aurais aimé avoir les coordonnées de cette asso qui mériterzit d'avoir quelques antennes dans d'autres villes de France.Tout à fait d'accord pour parler de double peine, mais c'est aussi à nous de faire une partie du chemin (Brigitte, amputée d'une jambe)

Le 03-08-2009 par Monselet :
Bonjour, la discrimination ne fait pas le distingo H/F, j'ai 60 ans. Pourquoi ne peut on pas vivre ENSEMBLE avec notre différence. Si nous continuons, il faudra pas s'étonner de nous fair agiter une crécelle. Bougeons nous. Quelle que soit la chose que vous ayez envie de faire, faites là. la décision rend la chose possible... Goëthe. J'ai plein d'idées et de projets, pas les mêmes qu'avant, comme les amis,et alors. Même après 4 ans de galères (SDF, après AVC, tout perdu, sauf l'avenir) c'est pas à 60 ans que je vais m'arrêter. Ai quitté Paris pour le Berry, ou là j'ai retrouvé des gens humains. Pas des juges. à vos claviers, mesdames et messieurs. Le bonjour, Claude.

Le 22-08-2009 par MARIE FRANCE :
eN EFFET? IL Y A BCP 0 FAIRE POUR FAIRE OUBLIER L'HANDICAP AU PROFIT DE L'ETRE HUMAIN : HIER? J'EN AI EU ENCORE L'EXPERIENCE ASSISE DANS MON FAUTEUIL ROULANT DE MYOPATHE. J'AI EU LA CHANCE DE TRAVAILLER PRESQUE 30 ANS (JE MARCHAIS TRES DIFFICILEMENT). JE "RAGE" DEVANT DES ATTITUDES OU REFLEXIONS !

Le 26-08-2009 par Noudjan :
Les réflexions, attitudes ou sous entendu sont autant de choses qui nous blessent profondément. Polio paraplégique depuis l'âge de 8 mois, 44 ans aujourdh'ui. On me dit plutôt charmante dame dotée d'une voix radiophonique. J'ai la chance de travailler. Secrétaire, nombre de correpondants tombent sou mon charme au téléphone. Mais une fois qu'ils mettent un visage à la voix ; ils sont différents, embarrassés et etc... Bêh oui...

Le 26-08-2009 par AWA :
C'est les autres qui 90% des cas me rappellent mon état(déformation du bras à la naissance ) par le regard. c'est ce regard que nous devons changer en le banalisant et aussi en changeant le vocabulaire j'aime à dire que j'ai un désavantage physique que de dire j'ai un handicape. parce que pour moi celui qui me regarde à cause de mon état n'est pas mieux que moi . alors à toutes femmes je dis courage nous ne sommes pas plus handicapées , que dis-je plus désavantageuses physiquement que celui qui nous considère.je suis mère d'une petite fille DE 6ans qui me pose beaucoup de questions sur mon état que faire? je vis en Afrique de l'ouest .

Le 20-11-2010 par jeanmic :
message pour greluche je cherche à rencontrer une femme telle que vous ! au plaisir de vous lire ...

Le 12-09-2011 par ange :
bonjourplusieurs fois je dépose plainte et j'écris au procureur pour aus de faiblesse et proxenetisme affaire toujours classée je suis invalide a 90%.. bravo j ai les boules et mal..Ange

Soumettre un commentaire
Rappel : merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux... Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants.

Haut