Hausse CMU-C : les personnes handicapées encore exclues !

Marisol Touraine vient d'annoncer la revalorisation du plafond d'accès à la Couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) au 1er juillet 2013. Mais encore trop bas pour que les allocataires de l'AAH puissent en bénéficier !

20 juin 2013 • Par

Thèmes :

Lors du Comité interministériel de lutte contre les exclusions qui s'est tenu en janvier 2013, le gouvernement s'était engagé à relever le plafond de la Couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) et de l'Aide à la complémentaire santé (ACS) pour lutter contre le renoncement aux soins pour des raisons financières. Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la santé, a donc annoncé, le 17 juin 2013, une nouvelle revalorisation du plafond d'accès à ces deux aides dès le 1er juillet 2013 : + 8,3 % (les revenus ne doivent pas dépasser 8 592,96 euros par an pour une personne seule pour l'attribution de la CMU-C et 11 600 pour celle de l'ACS). 

La CMU, c'est quoi ?

Votée par le gouvernement de Lionel Jospin, en 1999, la CMU-C permet aux résidents français les plus modestes d'accéder aux soins et à leur remboursement s'ils ne sont pas couverts par un autre régime obligatoire d'assurance maladie. Les personnes disposant de revenus modestes mais trop élevés pour être éligibles à la CMU-C peuvent demander l'ACS. On comptait 4,3 millions de bénéficiaires de la CMU-C en 2011 et 763 000 de l'ACS. Avec cette nouvelle revalorisation, ce sont donc 750 000 personnes supplémentaires qui vont pouvoir en bénéficier dès le 1er juillet 2013 (400 000 pour la CMU-C et 350 000 pour l'ACS).

AAH : encore trop haute

Mais les adultes handicapés allocataires de (AAH) en demeurent toujours exclus car le montant annuel de leur allocation (son maximum à taux plein étant fixé à 776,59 euros mensuel depuis le 1er avril 2013, soit 9 319 euros par an) reste supérieur au plafond de la CMU-C revalorisé. De ce fait, ils ne perçoivent que l'ACS qui ne leur garantit pas la même couverture.

Un état de santé critique !

Or l'exclusion des personnes handicapées de la CMU-C continue de rendre difficile leur accès à la santé. Le livre blanc pour une santé accessible aux personnes handicapées mentales récemment publié par l'Unapei (Union nationale des associations de parents, de personnes handicapées mentales et de leurs amis), ainsi que le récent rapport Jacob ont pourtant démontré que les problèmes financiers rencontrés par ce public étaient un facteur d'exclusion majeur. « Ces deux travaux ont été salués par le ministère des Affaires sociales et de la santé mais, pour autant, le gouvernement n'a pas daigné en tenir compte !, s'insurge l'Unapei. » Cette dernière demande donc que la problématique de l'accès à la santé des personnes handicapées soit bien intégrée dans les politiques de santé, contrairement à la mesure qui vient d'être prise.

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"

Partager sur :

Commentaires10 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
10 commentaires










Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.