Retraite : +8 trimestres pour certains aidants familiaux

Certains aidants familiaux ayant arrêté de travailler pour accompagner un proche peuvent obtenir jusqu'à 8 trimestres supplémentaires pour le calcul de la retraite. Sous quelles conditions ?

• Par

Thèmes :

Commentaires2 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Illustration article

Accompagner un proche en situation de handicap ou en perte d'autonomie peut avoir un impact conséquent sur sa carrière. En France, deux tiers des aidants familiaux ont été contraints de réduire ou de cesser leur activité professionnelle. Pour compenser cette baisse de revenus et ne pas être pénalisés au moment de la retraite, certains d'entre eux peuvent bénéficier d'une majoration de durée d'assurance. Initiée en 2015, la MDA leur permet de cotiser un trimestre par période de prise en charge de 30 mois entiers et consécutifs, dans la limite de 8 trimestres au total (attention, les périodes de moins de 30 mois ne donnent aucun droit). Un soutien pour ces 8 à 11 millions de Français qui tentent de joindre les deux bouts. Quelles conditions pour y prétendre ?

Profil de l'aidant et de l'aidé

Pour en bénéficier, il faut tout d'abord accompagner un membre de sa famille (conjoint, concubin, partenaire pacsé, ascendant, descendant, collatéral jusqu'au 4e degré : cousin, sœur, nièce...) à temps complet, en vivant sous le même toit (celui de l'aidant ou de l'aidé). Une prise en charge permanente, à titre gratuit, sans aucune autre activité professionnelle, c'est la condition sine qua non. En cas d'emploi à temps partiel, inutile de faire les démarches, y compris si la période de 30 mois a été interrompue par même un seul jour de travail. A noter que l'aidant bénéficie d'une affiliation gratuite à l'Assurance vieillesse des parents au foyer (AVPF).

L'aidé doit, quant à lui, présenter une incapacité permanente (IP) supérieure ou égale à 80 %. A l'origine destinée aux parents d'enfants handicapés, la MDA a été étendue aux parents d'adultes handicapés et aux aidants familiaux de personnes âgées dépendantes par la loi du 20 janvier 2014. A ce titre, la prise en charge doit avoir eu lieu à partir du 1er janvier 2015.

Des majorations cumulables

Pour information, les majorations de durée d'assurance pour enfant, enfant handicapé et adulte handicapé sont cumulables. Concrètement, si un proche prend en charge une personne handicapée de sa naissance à l'âge adulte, durant 40 années consécutives, elle peut bénéficier d'une majoration de 24 trimestres au maximum : 8 trimestres pour s'être occupée d'un enfant de moins de 20 ans, 8 autres pour le fait qu'il soit handicapé et les 8 derniers lors de son passage à l'âge adulte. A condition qu'elle n'ait pas travaillé, même un jour, durant cette période, auquel cas le nombre de trimestres cotisés sera revu à la baisse. Enfin, le bénéfice d'un trimestre de majoration d'assurance pour enfant ou adulte handicapé permet de continuer à ouvrir droit à la retraite à taux plein à 65 ans.

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Cassandre Rogeret, journaliste Handicap.fr"

Commentaires2 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Handicap.fr vous suggère aussi...
2 commentaires

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.