Auxiliaires de vie manifestent pour une hausse des salaires

Plusieurs centaines d'auxiliaires de vie, travaillant notamment auprès des personnes handicapées, se sont rassemblés à Paris pour réclamer une hausse des salaires et plus de dignité. De "vrais métiers" et pas des "petits boulots" !

27 novembre 2014 • Par L'AFP pour Handicap.fr

Thèmes :

Commentaires3 Réagissez à cet article

Plusieurs centaines de salariés de l'aide et du maintien à domicile étaient rassemblés le 26 novembre 2014 devant le ministère de la Santé à Paris pour réclamer une augmentation salariale et « plus de dignité ». « De vrais métiers et non de petits boulots » réclamaient mercredi ces auxiliaires de vie et techniciennes de l'intervention sociale et famille, qui interviennent notamment au domicile de personnes âgées ou en situation de handicap afin de les aider pour les actes de la vie quotidienne (se lever, se laver, s'habiller, manger…).

Situations précaires auprès d'un public fragile

« C'est paradoxal de nous mettre dans des situations de précarité alors même que nous devons aider des gens fragiles. Nous intervenons le matin, puis le soir auprès de ces personnes, et donc il y a beaucoup de temps partiel. Et en plus nous supportons des frais personnels de déplacement », témoigne Odile Rousseau. « C'est paradoxal aussi que des nouvelles recrues, pressées par Pôle emploi, arrivent sans formation, sans rien connaître au métier. L'objectif est simplement de faire de l'emploi », déplore-t-elle.

Des économies de la part des conseils généraux

Le ministère doit « revoir sa copie et agréer ce que les partenaires sociaux ont voulu mettre en place pour essayer de donner un peu de dignité aux salariés de cette branche, souvent en précarité », a expliqué à l'AFP Loïc Le Noc, secrétaire fédéral de la CFDT Santé sociaux (1ère organisation syndicale de la branche, à l'appel de cette mobilisation nationale). « C'est un secteur financé principalement sur les dotations des conseils généraux qui sont en train de tirer à hue et à dia pour faire des économies, et ils répercutent donc les efforts sur les salariés du secteur » : depuis 5 ans, les 240 000 salariés de la branche (dont 97% de femmes et 70% de temps partiel) n'ont pas eu d'augmentation et le salaire net moyen stagne donc autour de 900 euros, explique le représentant syndical.

Au cœur d'une prochaine loi

En avril, chambres patronales et fédérations syndicales de salariés ont signé un avenant à la convention collective prévoyant une revalorisation du point de 1% (soit une enveloppe de 39 millions). Mais le ministère a refusé d'agréer l'accord, selon M. Le Noc. Le maintien à domicile est au coeur de la prochaine loi sur l'adaptation de la société au vieillissement. Le texte prévoit une hausse des plus bas salaires des intervenants à domicile et une compensation financière pour leurs déplacements.

Partager sur :
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2019) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires3 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
3 commentaires



Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.