Bébés malformations : des familles impatientes !

Quatre familles du Morbihan, dont les enfants sont nés avec des membres supérieurs malformés, ont exprimé le 30 janvier 2019 leur "impatience" et leur "détermination" à propos de l'enquête en cours, dans une lettre ouverte à la ministre de la Santé.

31 janvier 2019 • Par L'AFP pour Handicap.fr

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article
Illustration article

Un premier bilan de l'enquête officielle en cours concernant les enfants, non répertoriés précédemment, atteints "d'agénésie transverse des membres supérieurs" -le terme scientifique utilisé pour ces malformations- pourrait être rendu public le 31 janvier 2019.

Des sources d'inquiétude

 "De nombreux éléments restent pour nous source d'inquiétude et d'incompréhension", écrivent ces quatre familles qui entendent manifester leur "impatience" et leur "détermination". "Nous souhaitons de la transparence et du sérieux autour de cette affaire", insistent les familles qui pointent certaines déclarations ces dernières semaines de la ministre ou d'autres personnalités impliquées dans l'enquête qui leur sont apparues imprécises, voire erronées, ou encore hors de propos. "Nous avons trouvé qu'il régnait encore une certaine confusion autour de l'enquête en cours/en préparation", estiment-elles.

Un premier bilan

La date du 31 janvier pour un premier bilan de l'enquête lancée par Santé publique France (SPF) avait été annoncée en octobre. "Mais, plus récemment, les autorités sanitaires, interrogées par les journalistes, semblent moins sûres de cette échéance. Qu'en est-il ?" demandent les proches des familles, s'affirmant "très mobilisés et attentifs". Santé publique France avait reconnu début octobre un "excès de cas" d'agénésie transverse du membre supérieur en Loire-Atlantique (3 naissances entre 2007 et 2008) et en Bretagne (4 naissances entre 2011 et 2013) mais pas dans l'Ain (7 cas entre 2009 et 2014). Une enquête est en cours sur onze nouveaux cas découverts depuis dans ce département.

Des causes multiples

L'incidence de ces malformations est estimée en France à 1,7 cas pour 10 000 naissances, soit environ 150 cas par an. Les causes possibles de malformations des membres supérieurs sont multiples. Elles peuvent être génétiques, liées à des contraintes physiques ou dues à des substances toxiques (alimentation, environnement, voire médicaments dans le cas du thalidomide, antinauséeux qui avait fait naître des milliers d'enfants sans bras entre 1957 et 1962).

Partager sur :
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2019) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.