Chili : de la chirurgie des yeux dans un avion hôpital

Au Chili, des pro de santé proposent des chirurgies oculaires gratuites dans un avion hôpital. Il fait aussi office de salle de classe puisque des ophtalmologues du monde entier viennent y suivre des formations aux dernières technologies médicale.

9 juin 2019 • Par

Thèmes :

Par Miguel Sanchez

Le "Flying Eye", unique hôpital volant au monde, spécialisé dans la chirurgie oculaire ! Sur le tarmac de l'aéroport de Santiago du Chili, il ne se différencie pas à première vue des autres avions commerciaux. Mais une fois la passerelle gravie et la porte franchie, se dévoile un centre médical moderne qui passe 80% de l'année à former des ophtalmologues tout autour du monde.

Opérations gratuites

Grâce à un accord passé entre l'Université catholique du Chili et l'ONG américaine Orbis -propriétaire de l'appareil- l'avion est arrivé dans le pays sud-américain pour former des ophtalmologues chiliens, boliviens et péruviens aux dernières technologies médicales. Vingt-huit ophtalmologues, anesthésistes, infirmières et internes de 15 pays composent l'équipe de formation, qui réalise aussi des opérations gratuites de la cataracte et traite les problèmes de glaucomes et de rétines. "Mon hôpital change de paysages et de patients tous les trois ou quatre mois. Les participants parlent des langues différentes. Le climat change, les maladies aussi", raconte à l'AFP Andreas Di Luciano, un ophtalmologue chilien de 31 ans, responsable de la formation chirurgicale. A Santiago, Andreas Di Luciano va encadrer la formation de 50 participants pendant deux semaines qui recevront à la fin un diplôme validant leurs acquis. Il n'est pas prévu d'opérations au Chili, mais une centaine d'interventions ont été réalisées gratuitement au Pérou voisin l'an dernier.

Simuler des interventions

Dans une partie de l'avion, des mannequins, des visages humains factices et des yeux artificiels permettent aux participants de simuler des interventions. "C'est bien mieux de s'entraîner avec ces technologies qu'avec de vrais patients qui peuvent avoir des complications, ce qui peut générer la cécité", explique Andreas di Luciano. La simulation permet aussi de réduire le temps d'apprentissage et renforce les compétences des praticiens qui peuvent opérer plus rapidement et avec de meilleurs résultats, estime-t-il. "C'est autre chose que de travailler sur un humain, mais cela nous aide à avoir plus confiance au moment d'opérer quelqu'un", abonde Silvia Medina, une interne bolivienne de 28 ans. Dans une autre salle, des internes apprennent à utiliser des instruments laser et des équipements de réalité virtuelle. "Cela donne l'opportunité d'expérimenter de nombreuses choses et on est toujours conseillé. Ce qu'il y a de bien c'est que notre travail est filmé, cela permet d'apprendre de ces propres erreurs", souligne Silvia Medina. Outre les salles médicales aménagées, la quarantaine de sièges, hérités de la précédente vie de l'avion, servent de salle de classe.

Manque de médecins spécialisés

Chaque année, Orbis réalise cinq missions sur les divers continents. En 2017, 96.000 opérations ont eu lieu et plus de 62.000 professionnels ont été formés, selon l'ONG. Le premier avion d'Orbis, basée aux Etats-Unis, a commencé à voler en 1982, à destination du Panama. Depuis, l'appareil a été renouvelé à deux reprises. L'ONG utilise désormais un DC10 légué par le géant américain de la livraison Fedex. Tous les équipements médicaux ont également été donnés à Orbis, qui réunit 400 professionnels spécialisés en ophtalmologie originaires d'une trentaine de pays, prêts à partager leur expérience pour tenter de résoudre l'un des plus gros problèmes de santé oculaire dans le monde : le manque de médecins spécialisés, en particulier dans les pays en développement.

Illustration article
Partager sur :
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2019) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.