Chris : le 1er sportif trisomique à achever un Ironman

Chris a réussi. Il est le premier athlète porteur de trisomie 21 à achever un Ironman. Cet Américain de 20 ans s'est entraîné même durant le confinement pour être sur la ligne de départ le 8 novembre 2020 en Floride...

• Par

Thèmes :

Commentaires1 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Dernière minute du 8 novembre 2020
Chris Nikic, un Américain âgé de 20 ans, a réussi son pari en devenant, le 8 novembre 2020, le premier triathlète avec trisomie 21 à achever un Ironman, en Floride, accompagné de son guide, Dan Grieb. Malgré une chute à vélo et une attaque d'insectes, il est parvenu à accomplir les 3,8 km de natation (1h54'39), 180 km de vélo (8h12'37) et les 42 km de course (en 6h18'48) en 16h46'09, soit 13'51 avant la limite autorisée. Le matin de la compétition, il avait posté sur les réseaux sociaux : « Ce matin, je me suis levé trisomique… Ce soir, je me coucherai Ironman ! ».



Article initial du 3 juin 2020
Le rêve de Chris Nikic ? Se lancer sur un Ironman. Ce jeune Américain de 20 ans, qui vit en Floride, a une particularité, il est porteur de trisomie 21 et compte bien aller au bout de son projet. Au programme : 3,8 km à la nage, 180,2 km à vélo puis un marathon.

Entraînement intensif

Pour remplir ses objectifs, il s'entraîne quatre heures par jour, six jours sur sept, y compris durant cette période si singulière de confinement qui l'a empêché de se rendre à la piscine et sur les pistes d'athlétisme. Parce que, selon son entraîneur, Dan Grieb, l'Ironman « ne pardonne pas », Chris a couru en plein air et nagé dans les lacs, pour maintenir le rythme. « Avoir le syndrome de Down (ndlr : trisomie 21, en anglais) signifie que je dois travailler plus dur que tout le monde, cela m'a aidé à être prêt », explique-t-il dans les colonnes d'USA Today, refusant de prendre son handicap comme prétexte. Malgré une opération du cœur à l'âge de cinq mois et l'usage d'un déambulateur à trois ans, il s'initie au sport tout azimut : golf, basket-ball, course…  

Sortir des stéréotypes

Il défie les craintes initiales de ses parents qui, de l'aveu de son père, l'ont traité « comme quelqu'un de différent ».  « Je ne lui ai pas donné la même chance qu'à sa sœur, une athlète douée, parce que je voulais le protéger », explique-t-il dans USA Today, avant d'encourager son fils à aller au bout de ses rêves. Le tempérament fonceur de Chris lui permet d'intégrer, à l'âge de neuf ans, le programme Special Olympics dédié aux personnes avec un handicap mental, avant d'être remarqué par l'équipe USA Triathlon. « Quand quelqu'un comme Chris est capable de se placer devant la ligne de départ et de dire au monde entier : 'Je parie que vous n'avez pas vu ça venir', cela envoie un message, se félicite Timothy Shriver, président de Special Olympics. De nos jours, nous avons désespérément besoin de personnes qui nous sortent des stéréotypes ».

Suivre son exemple

Le sportif devait initialement disputer le semi Ironman de Panama City Beach en mai 2020, annulé à cause de la pandémie. Il vise désormais la version  « full » qui doit avoir lieu en novembre. Sur son compte Instagram, il encourage ses pairs à suivre son exemple : « Si vous connaissez une famille avec le syndrome de Down, partagez ceci pour lui prouver que tout est possible pour leur enfant ». Chris ne se contente pas de prouesse physiques, il a en projet l'écriture d'un livre. Son titre ? 1 % better (1 % meilleur, ndlr). Chaque jour 1% de plus, c'est son credo pour atteindre ses objectifs, un élan qu'il partage lors de conférences.

D'autres exploits…

D'autres personnes en situation de handicap ce sont confrontées à ce triathlon très longue distance, épreuve extrême. En 2015, paraplégique depuis 20 ans, Laurent Bardin est devenu le premier participant handicapé à concourir à l'Ironman de Nice. Pour vaincre le temps et terminer la course, il ne pourra compter que sur la force de ses bras. Quatre ans plus tard, Valentin Francavilla  détache son frère, polyhandicapé, de son fauteuil pour lui permettre de franchir la ligne d'arrivée debout, sous les hourras (articles en lien ci-dessous)... En 2014, l'ironman nourrissait également le scénario de De toutes nos forces, un père (Jacques Gamblin), qui s'engage sur celui de Nice avec son fils handicapé (article en lien ci-dessous). Il était inspiré de l'histoire vraie d'un Américain, Dick Hoyt, qui prit part avec Rick, son fils, à 984 événements dont 229 triathlons (6 Ironman), 20 duathlons et 66 marathons.

Illustration article
Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"

Commentaires1 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Handicap.fr vous suggère aussi...
1 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.