Covid-19 : 7 fois plus de risques en cas de troubles psy

Les personnes avec un handicap psychique courent un risque 5,7 à 7,6 fois plus élevé d'être infectées par la Covid-19. Or seules 47,5 % de celles concernées depuis l'enfance sont vaccinées. Une asso exhorte à instaurer des mesures pour les protéger.

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Illustration article

Seules 47,5 % des personnes ayant un handicap psychique ont un schéma vaccinal complet contre la Covid-19, selon la Caisse nationale d'Assurance maladie, contre près de 79 % dans la population générale. « Trop faible ! », s'inquiète la Cnam.

Quelles populations à risque ?

Mais, attention, ce chiffre se rapporte uniquement aux personnes dont le trouble est apparu dans l'enfance. A l'inverse, sur l'ensemble de celles présentant un trouble psychique, 82,3 % sont vaccinées, soit un taux légèrement supérieur au reste des Français ; une précaution qui semble indispensable puisque les personnes vivant avec une maladie mentale courent un risque 5,7 à 7,6 fois plus élevé d'être infectées à la Covid tandis que celles avec un trouble sévère sont deux fois plus exposées à une forme grave. Autres populations à risque : les personnes souffrant d'addictions. Or seules 30,5 % de celles dépendantes aux opioïdes ont effectué leur rappel vaccinal et 57,2 % de celles ayant des troubles liés à l'alcool. Les personnes présentant un retard mental, qui sont, selon l'Assurance maladie, 64 % à être vaccinées, sont également en première ligne.

Pourquoi ce sur-risque ?

Alors que la France bat des records de contaminations, la Fondation FondaMental, dédiée à la lutte contre les maladies mentales, rappelle qu'il est plus que jamais indispensable d'accroître le taux de couverture vaccinale des populations à risque de formes sévères. En juillet 2021, une méta-analyse (synthèse statistique des études incluses dans une revue systématique) sur la sévérité de l'infection à la Covid-19 chez les personnes avec des troubles psychiques, publiée dans Lancet Psychiatry, établit que celles prenant un traitement avec des antipsychotiques ou des anxiolytiques apparaissent comme les « groupes les plus vulnérables au risque de mortalité associé à la Covid-19 ». « Les hypothèses pour expliquer ce sur-risque sont, d'une part, l'action directe de l'infection sur le cerveau, et, d'autre part, la réponse immuno-inflammatoire à l'infection qui a un effet déclencheur sur les maladies mentales », explique la Fondation. « Une surveillance étroite et une orientation adéquate vers l'hôpital de ces patients sont donc nécessaires », concluent les auteurs de l'étude, qui incitent les pouvoirs publics à prendre des mesures ciblées en ce sens.

Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Cassandre Rogeret, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.