Retrouvez plus de 25000 offres d'emploi sur le salon Hello Handicap Retrouvez plus de 25000 offres d'emploi sur le salon Hello Handicap Retrouvez plus de 25000 offres d'emploi sur le salon Hello Handicap

Covid-19 : 7 fois plus de risques en cas de troubles psy

Les personnes avec un handicap psychique courent un risque 5,7 à 7,6 fois plus élevé d'être infectées par la Covid-19. Or seules 47,5 % de celles concernées depuis l'enfance sont vaccinées. Une asso exhorte à instaurer des mesures pour les protéger.

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Illustration article

Seules 47,5 % des personnes ayant un handicap psychique ont un schéma vaccinal complet contre la Covid-19, selon la Caisse nationale d'Assurance maladie, contre près de 79 % dans la population générale. « Trop faible ! », s'inquiète la Cnam.

Quelles populations à risque ?

Mais, attention, ce chiffre se rapporte uniquement aux personnes dont le trouble est apparu dans l'enfance. A l'inverse, sur l'ensemble de celles présentant un trouble psychique, 82,3 % sont vaccinées, soit un taux légèrement supérieur au reste des Français ; une précaution qui semble indispensable puisque les personnes vivant avec une maladie mentale courent un risque 5,7 à 7,6 fois plus élevé d'être infectées à la Covid tandis que celles avec un trouble sévère sont deux fois plus exposées à une forme grave. Autres populations à risque : les personnes souffrant d'addictions. Or seules 30,5 % de celles dépendantes aux opioïdes ont effectué leur rappel vaccinal et 57,2 % de celles ayant des troubles liés à l'alcool. Les personnes présentant un retard mental, qui sont, selon l'Assurance maladie, 64 % à être vaccinées, sont également en première ligne.

Pourquoi ce sur-risque ?

Alors que la France bat des records de contaminations, la Fondation FondaMental, dédiée à la lutte contre les maladies mentales, rappelle qu'il est plus que jamais indispensable d'accroître le taux de couverture vaccinale des populations à risque de formes sévères. En juillet 2021, une méta-analyse (synthèse statistique des études incluses dans une revue systématique) sur la sévérité de l'infection à la Covid-19 chez les personnes avec des troubles psychiques, publiée dans Lancet Psychiatry, établit que celles prenant un traitement avec des antipsychotiques ou des anxiolytiques apparaissent comme les « groupes les plus vulnérables au risque de mortalité associé à la Covid-19 ». « Les hypothèses pour expliquer ce sur-risque sont, d'une part, l'action directe de l'infection sur le cerveau, et, d'autre part, la réponse immuno-inflammatoire à l'infection qui a un effet déclencheur sur les maladies mentales », explique la Fondation. « Une surveillance étroite et une orientation adéquate vers l'hôpital de ces patients sont donc nécessaires », concluent les auteurs de l'étude, qui incitent les pouvoirs publics à prendre des mesures ciblées en ce sens.

Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Cassandre Rogeret, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.