Covid-19 : garde des enfants des personnels du médico-social

Les parents exerçant une "profession prioritaire" pour gérer la crise sanitaire liée au Covid-19 peuvent confier leurs enfants aux enseignants. Les personnels des établissements de santé, sociaux et médico-sociaux sont notamment concernés.

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Illustration article

Dernière minute du 30 mars 2020

Est-ce que pendant les vacances scolaires, ce mode de garde va se poursuivre ? Le service de garde pour les enfants des professionnels prioritaires, dont ceux du médicosocial, sera bien maintenu pendant les congés. L'éducation nationale et les services locaux organisent la continuité.


Article initial du 17 mars 2020

Le 16 mars 2020, un service de garde pour les enfants des professionnels « indispensables à la gestion de la crise sanitaire » a été déployé dans chaque territoire. Les parents concernés peuvent ainsi confier leurs enfants aux professeurs des écoles, des collèges et des lycées, réquisitionnés pour l'occasion. Les soignants ne sont pas les seuls à pouvoir en bénéficier...

Parents concernés

Ce dispositif s'adresse à tous les personnels des établissements de santé et des structures sociales et médico-sociales, travaillant en EHPA (établissement d'hébergement pour personnes âgées), EHPAD (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) ou encore au sein de centres pour personnes handicapées, lits d'accueil médicalisés (LAM) et lits halte soins santé (LHSS), nouveaux centres d'hébergement pour sans-abri malades du coronavirus et établissements d'accueil du jeune enfant qui sont maintenus ouverts. Ceux qui pratiquent des services d'aide à domicile, ainsi que les professionnels de santé libéraux (médecins, sages-femmes, infirmières, ambulanciers, pharmaciens et biologistes) sont également concernés. Idem pour les personnels de crèche chargés d'accueillir en urgence les enfants des soignants et les services de l'Etat chargés de la gestion de l'épidémie au ministère des Solidarités et de la Santé, en Agences régionales de santé (ARS) et dans les préfectures. « Les préfets, qui organisent depuis ce week-end, des solutions d'accueil prioritaire, pourront réquisitionner les établissements nécessaires », affirme le ministère.

Autres modes de garde

Selon les dernières informations du ministère de la Santé, les établissements d'accueil du jeune enfant rattachés à un établissement de santé, social, médico-social ou aux services de l'Etat chargés de la gestion de l'épidémie restent ouverts. Dans ces structures (crèches halte-garderie, multi-accueil), l'organisation interne permet de composer des groupes de dix enfants maximum, « sans temps de rassemblement ». A contrario, les établissements d'accueil du jeune enfant regroupant plus de dix enfants (crèches, maisons d'assistantes maternelles) sont fermés jusqu'à nouvel ordre. Les assistants maternels et les micro-crèches peuvent maintenir leur activité. En revanche, les dérogations permettant aux micro-crèches d'accueillir exceptionnellement plus de dix enfants sont suspendues. Les ministres rappellent que les consignes de fermeture et de maintien d'activité annoncées resteront en vigueur « jusqu'à nouvel ordre ».

Les Caf se mobilisent

De leur côté, les caisses d'allocations familiales mettent en place trois mesures pour faciliter l'accueil de ces enfants, à commencer par la gratuité de leur accueil en crèche. Les Caf,  via la Prestation de service unique (PSU), prendront directement en charge le coût de la garde. Pour rappel, les crèches et les assistants maternels peuvent indiquer leurs places disponibles sur le site monenfant.fr (en lien ci-dessous), depuis le 20 mars. Ces informations sont ensuite transmises à la préfecture et la Caf de leur département, qui se chargent de les mettre en relation avec les familles ayant formulé une demande. De même, les parents peuvent désormais transmettre leurs besoins de garde pour leurs enfants ayant jusqu'à 16 ans, via un questionnaire en ligne, initialement prévu pour ceux âgés de 3 ans maximum. Les préfectures de chaque département leur proposent ensuite les solutions disponibles, en lien avec les Caf.

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Cassandre Rogeret, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.