DuoDay 2020 : sa 3e édition se veut plus ambitieuse

Le DuoDay 2020 est officiellement lancé. En 2019, 12 900 duos ont été constitués, contre 4 000 en 2018. Le 14 mai, Sophie Cluzel promet de mettre la barre encore plus haut. L'enjeu : réduire le chômage record des personnes handicapées.

• Par

Thèmes :

Commentaires2 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Illustration article

Dernière minute du 19 mars 2020

Dans un contexte de mobilisation nationale de lutte contre l'épidémie de Covid-19, concentrant l'effort de tous et impactant fortement le monde économique et l'ensemble des services publics, et compte tenu de la nécessité absolue de limiter au maximum les interactions sociales, le secrétariat d'Etat chargé des Personnes handicapées a décidé de reporter le DuoDay 2020 à une date ultérieure, qui sera reprécisée après concertation avec ses homologues européens.


Article initial du 20 février 2020

« Emploi et handicap : et si on commençait par un duo ? » Former un binôme composé d'une personne en situation de handicap et d'un salarié, le temps d'une journée, pour faire tomber les préjugés et favoriser l'emploi des personnes handicapées, tel est l'objectif du DuoDay. La troisième édition a été lancée, le 20 février 2020, au sein du groupe de protection sociale Malakoff Humanis, à Paris. En 2019, 12 900 duos ont été constitués, soit trois fois plus qu'en 2018. Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat au Handicap, y voit une « vraie réussite » mais annonce que, le 14 mai 2020, « il faudra aller encore plus loin », visant une édition plus « ambitieuse » que jamais.

Dispositif gagnant-gagnant ?

Né en Irlande il y a dix ans, le DuoDay est arrivé en France en 2015 puis a été déployé à l'échelle nationale en 2017. Il promet aux personnes handicapées de « découvrir un métier et d'amorcer un parcours professionnel », et aux employeurs de « sensibiliser leurs équipes au handicap, de découvrir les compétences ainsi que les qualités professionnelles des personnes concernées et d'affirmer leurs valeurs sociales ». Par ailleurs, il permet aux structures référentes accompagnantes (Pôle emploi, Cap emploi, établissements médico-sociaux...) de créer de nouvelles synergies avec les entreprises.

Bilan de l'édition 2019

Dans un souci d'« amélioration constante », une enquête a été menée auprès de 3 797 participants en situation de handicap après l'édition 2019. Premier constat : le secteur des services était le plus populaire et comptabilisait, à lui seul, 74 % des duos. Viennent ensuite le commerce (8 %), l'agriculture et l'industrie (7 %), l'hôtellerie et les transports (7 %) ou encore la construction (2 %). « Tous les secteurs d'activité sont représentés », estime Aurélien Prud'homme, chargé de mission études et opinion, qui se félicite de cette « mobilisation collective ». De même, des entreprises de toutes tailles ont pris part à l'évènement, dont 54 % de PME (petites et moyennes entreprises) et 23 % d'entreprises de plus de 250 salariés. « Les petites entreprises sont très actives et représentent un vrai tissu d'insertion professionnelle », constate Sophie Cluzel. Pourtant, elles n'ont pas été invitées à prendre la parole lors du lancement officiel, contrairement aux grands groupes tels que Google. Par ailleurs, les candidats avaient également des profils diversifiés : 21 % de moins de 35 ans, 40 % de 35 à 49 ans et 33 % de plus de 50 ans. 26 % d'entre eux détenaient un bac général ou professionnel, 25 % un CAP ou un BEP, 10 % n'avaient aucun diplôme et 8 % un bac+5. 57 % des sondés expliquent avoir participé au DuoDay pour trouver un emploi, et 12 % y sont parvenus, à l'image de Guilhem De Pastors, malentendant, qui a pu intégrer le ministère des Affaires étrangères après une journée qu'il a jugée « enrichissante ». A ce titre, 62 % des candidats et 89 % des salariés se disent « partants » pour retenter l'expérience en 2020.

Pour parer à l'urgence

Sophie Cluzel assure que « les retours sont unanimes ». Selon elle, cette journée engendre une prise de confiance, une prise de conscience aussi, et représente « un beau levier pour lever l'autocensure mais aussi pour embarquer un collectif managérial » via « une acculturation à la différence ». Suffisant pour parer à l'urgence ? Rappelons que 515 000 personnes handicapées sont au chômage, soit un taux de 18 %, deux fois supérieur à la moyenne nationale. « L'engagement de demain est de lutter contre la désertion professionnelle et de travailler sur la reconversion », estime la secrétaire d'Etat. « Mission accomplie » pour le groupe Synergie, qui a permis à Auria Bouabanne, victime d'un accident de travail lorsqu'elle était auxiliaire de vie, de « trouver sa voie » grâce au DuoDay. Elle effectue aujourd'hui un contrat de professionnalisation en tant qu'assistante RH (ressources humaines). Pour multiplier ce type d'actions, une campagne d'affichage print et digitale sera lancée sur tout le territoire, du 23 mars au 17 mai. Objectif ? Sensibiliser les employeurs à la nécessité « d'ouvrir plus largement leurs portes » aux personnes handicapées.

Plus d'offres que de réponses

« C'est une journée dédiée au handicap mais finalement on parle vite d'autre chose, de compétences, de performance, témoigne Malika Cuby, salariée chez Google. Cela permet aussi de libérer la parole des employés handicapés et de contribuer à la création d'une politique handicap. » Seul bémol, « nous avions mis en ligne 19 offres et seules 15 ont été pourvues ». Même constat pour le ministère des Affaires étrangères. « Je ne veux plus entendre ça en 2020 », prévient Sophie Cluzel, en appelant les services publics de l'emploi, les missions locales, les associations qui accompagnent et tous les autres intermédiaires, à se mobiliser.

Depuis l'ouverture des inscriptions, fin janvier, 2 500 personnes ont déposé leur candidature sur la plateforme dédiée ; une première pour 50 % d'entre eux. Petite nouveauté cette année : les candidats peuvent formuler jusqu'à cinq demandes. Côté employeurs, 13 000, dont 25 % n'ayant jamais participé, ont d'ores et déjà posté des offres.

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Cassandre Rogeret, journaliste Handicap.fr"

Commentaires2 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Handicap.fr vous suggère aussi...
2 commentaires

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.