Eczéma et gel hydroalcoolique : les mains à l'épreuve!

En pleine pandémie, où l'utilisation du gel hydroalcoolique est la règle, l'épiderme des personnes atteintes d'eczéma est mis à rude épreuve. 43% font état d'une réaction allergique. Des conseils pour que votre peau soit entre dans de "bonnes mains".

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article
Illustration article

Bientôt un an que l'usage du gel hydroalcoolique s'est généralisé pour se protéger du Covid-19 et lutter contre sa propagation. Pour les personnes atteintes d'eczéma, son utilisation n'est pas sans risque... 43 % d'entre elles déclarent avoir fait au moins une réaction allergique, selon une enquête réalisée en novembre 2020 par l'Association française de l'eczéma (AFE). Composés de 60 % d'alcool, ces biocides ont un effet immédiat sur les peaux sèches et fragiles et peuvent déclencher des poussées ou aggraver un eczéma chronique des mains (ECM). Résultat : démangeaisons intenses, lésions douloureuses, picotements, brûlures... En France, 2,5 millions de personnes sont touchées par cette maladie inflammatoire de la peau. Les fabricants de gel hydroalcoolique s'en « laveraient-ils les mains » ?

Se protéger et préserver ses mains

71 % des personnes interrogées utilisent ceux qui sont disponibles sur le marché et n'en sont pas satisfaites. Seuls 13 % déclarent avoir trouvé un gel hydroalcoolique efficace et adapté à leur peau, contre 26 % qui cherchent encore... Dès lors, comment se protéger du Coronavirus tour en préservant ses mains ? L'AFE formule trois recommandations. La première ? Réserver l'usage du gel uniquement lorsque l'accès à un point d'eau n'est pas disponible. En cas d'utilisation, il est fortement conseillé de réhydrater la peau avec des crèmes émollientes ou des crèmes « écrans » non allergisantes. A éviter : les produits hydroalcooliques parfumés qui contiennent des huiles essentielles ou encore des conservateurs pouvant provoquer un eczéma allergique de contact. « Un produit bien toléré au départ peut devenir inconfortable dans la durée ; dans ce cas, ne pas hésiter à en changer ! », conseille l'association. Enfin, les lésions inflammatoires doivent être maîtrisées au plus tôt, par exemple avec des dermocorticoïdes. « Pensez ensuite à restaurer la barrière cutanée par l'application d'émollients », poursuit-elle.

2e maladie de peau la plus fréquente

L'eczéma est la maladie de peau la plus fréquente après l'acné. Non contagieuse, elle se caractérise par des démangeaisons intenses qui peuvent atteindre toutes les parties du corps et avoir des conséquences sur la vie quotidienne, le moral, le sommeil, les activités, les relations sociales (articles en lien ci-dessous)... Parmi les trois formes les plus courantes, l'eczéma atopique (ou dermatite atopique) est causée par une anomalie génétique de la barrière cutanée, responsable de la sécheresse excessive et de la perméabilité de l'épiderme à toutes les agressions extérieures (pollens, poussières, acariens...). « Il se manifeste par des plaques d'eczéma chronique, rouges, épaisses, lichénifiées, avec parfois des papules isolées de prurigo ou encore des poussées inflammatoires aiguës, vésiculeuses ou suintantes qui peuvent se compliquer d'infections et de troubles métaboliques », détaille l'AF. Comme son nom l'indique, l'eczéma de contact est lié au contact direct de la peau avec certaines matières ou substances, qui déclenchent une réaction allergique entraînant une poussée locale ou généralisée. Enfin, l'ECM peut rester localisé ou apparaître dans un contexte d'eczéma plus généralisé. Il concerne essentiellement les adultes, en majorité des femmes, et survient par successions de poussées (où la peau est rouge et gratte) et d'accalmies (où la peau présente un aspect sec). Pour suivre l'évolution de ses symptômes et bénéficier de conseils pratiques, rendez-vous sur l'application gratuite de l'AFE « Vivre avec l'eczéma chronique des mains » (disponible sur IOS et Android).

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Cassandre Rogeret, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.