Mon partenaire particulier : flop d'une idée audacieuse

La vie affective des personnes handicapées ne fait visiblement pas recette à la télé. 1,2 million de spectateurs seulement pour la nouvelle émission de M6, Mon partenaire particulier, où 16 personnes handicapées tentent de trouver l'âme sœur.

2 avril 2015 • Par

Thèmes :

Le succès n'était pas au rendez-vous pour la nouvelle émission de M6,  Mon partenaire particulier, dont les deux premiers épisodes ont été diffusés mercredi 1er avril 2015 à partir de 20h50. 1,2 million de téléspectateurs étaient devant leur petits écran, soit seulement 4,7% de parts du public. Le Figaro qualifie ces audiences d'« accident industriel » et se pose la question de la déprogrammation des futurs épisodes. Une quatrième position, à quasi jeu égal avec Arte et W9 (1,1 million de personnes pour ces deux chaînes). Face à M6, le grand retour de la série médicale Grey's Anatomy, saison 10, a tout écrasé avec 5,1 millions de téléspectateurs sur TF1.

Des avis partagés

M6 avait pourtant eu le mérite de tenter un pari audacieux. A posteriori risqué ? Adaptée d'un programme anglais intitulé The Undateables, Mon partenaire particulier est une série documentaire de 70 minutes dans laquelle seize célibataires avec un handicap physique ou mental tentent de trouver l'amour. Après sa diffusion, pas de consensus, même si le concept n'a laissé ni les téléspectateurs ni les medias indifférents. Sur les réseaux sociaux, on peut lire des avis totalement contrastés. Alors que certains redoutaient une émission racoleuse, ils se déclarent agréablement surpris, jugeant, sur Twitter, le programme passionnant, touchant, sincère ou encore émouvant. A l'inverse, d'autres dénoncent du voyeurisme et une « télé poubelle ». L'ont-ils au moins regardé ?

Ce qu'en disent les personnes concernées

Qu'en est-il des principaux intéressés qui mesurent, dans leur chair et dans leur cœur, la profondeur souvent abyssale du problème ? De son côté Guillaume Batz, humoriste atteint de la maladie des os de verre, a fait une interprétation très personnelle de l'émission sur Europe 1, n'hésitant pas à ironiser sur son handicap : « Tu n'as pas envie que je rencontre l'amour ? Parce que moi, je n'ai pas envie de payer, j'en ai marre de payer. À chaque fois, je paye un resto, un ciné et à la fin, c'est sur l'oreille ». Lors de l'émission de Cyril Hanouna, l'acteur Issa Doumbia prend la parole : « Que ça marche ou que ça marche pas, ce qui est bien c'est qu'on mette les personnes handicapées en avant. » Philippe Croizon, le nageur quadri-amputé a, quant à lui, exprimé son total soutien au concept.

Un sujet d'actualité

Ce programme a en effet un double mérite. En premier lieu, mettre à l'écran des personnes d'ordinaire boudées par les télés car, faut-il le rappeler, les personnes handicapées représentent environ 10% de la population mais, selon le CSA (Conseil supérieur de l'audiovisuel), elles ne sont « visibles » dans les programmes télé qu'à hauteur de 0,4 %. Mon partenaire particulier a ensuite l'audace de parler de la  « misère affective » dont souffrent un grand nombre de personnes qui vivent avec une différence. Un sujet plus que jamais d'actualité puisque, début mars 2015, était organisé, en France, le premier stage d'accompagnants sexuels pour les personnes handicapées tandis que sortait, au même moment, le film Indésirables sur ce thème (article en lien-ci-dessous).

Si vous avez manqué la diffusion de Mon partenaire particulier, pas de panique ; il est possible de découvrir le programme dans son intégralité en replay sur le site de la chaîne (lien ci-dessous).

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"

Commentaires9 Réagissez à cet article

Thèmes :

9 commentaires









Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.