Escroquerie AAH: 30 allocataires fictifs détournent 200000 €

Un vaste réseau d'escroquerie à l'allocation adulte handicapé a été démantelé. Trente allocataires fictifs ont permis de détourner 200 000 euros. Cinq personnes ont été écrouées.

13 juillet 2017 • Par

Thèmes :

Illustration article

Un vaste réseau d'escroquerie aux allocations versées aux adultes handicapés a été démantelé par la Police de l'air et des frontières (PAF) de Toulouse et cinq personnes ont été mises en examen et écrouées, a-t-on appris le 13 juillet 2017. Depuis le début de la fraude, il y a un an, le préjudice subi par les allocations familiales s'élève à environ 200 000 euros. Les allocations de 800 euros par mois qui étaient versées à trente "identités fictives" dans plusieurs départements du sud de la France ont été stoppées, a-t-on ajouté de même source.

Lors d'un banal contrôle

L'affaire a débuté en janvier par un banal contrôle à l'aéroport de Toulouse-Blagnac d'un couple âgé d'une trentaine d'années, de nationalité algérienne, en provenance d'Alger. Dans leurs bagages, les policiers ont été intrigués par des documents, liés à des prestations sociales, qui semblaient faux. L'enquête a montré que le couple convoyait d'Algérie vers la France des documents permettant de recevoir des allocations, essentiellement des aides versées aux adultes handicapés. Le couple devait ensuite remettre ces faux au chef du réseau.

Escroquerie en bande organisée

Le parquet de Toulouse a ouvert une information judiciaire pour "escroquerie en bande organisée", "faux et usage de faux", "obtention frauduleuse de prestations sociales" et "aide aux séjours irréguliers". Le couple a été mis en examen et placé en détention provisoire. Le chef présumé du réseau, rapidement identifié, est un Franco-Algérien d'une trentaine d'années se partageant entre l'Algérie et Marseille. Il est rentré "précipitamment" en Algérie après l'interpellation du couple de convoyeurs à Toulouse, selon la PAF. Lui et ses deux adjoints s'étaient attribués la moitié des 30 allocataires fictifs, soit un "revenu" global de 12 000 euros par mois, selon la PAF. Les 15 autres identités fictives avaient été revendues à des personnes qui vivaient de prestations sociales et étaient souvent en situation irrégulière.

10 000 euros en liquide

Le chef présumé du réseau est revenu en France le weekend dernier et a été interpellé le 10 juillet au matin par la PAF dans le centre de Marseille avec ses deux complices, un ressortissant français et un Algérien. Des faux documents ont été saisis ainsi que 10 000 euros en liquide. Les trois hommes ont à leur tour été mis en examen à Toulouse avant d'être écroués.

Partager sur :
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2019) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires9 Réagissez à cet article

Thèmes :

 
9 commentaires

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.