Handicap : un boom mondial de l'innovation high-tech

130 000 brevets déposés depuis 1998 ! Les innovations visant à pallier des situations de handicap ont explosé, se réjouit l'ONU, et sont de plus en plus souvent incorporées aux produits grand public. Le handicap, vecteur high-tech et inspirant ?

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article
Illustration article

Par Nina Larson

Plus d'un milliard de personnes ont besoin de technologies d'assistance, selon un rapport sur les tendances technologiques de l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (Ompi), une agence de l'ONU, rendu public le 23 mars 2021. Un chiffre qui devrait doubler au cours de la prochaine décennie en raison du vieillissement de la population. Pourtant, seule une personne sur dix dans le monde a accès à ces produits d'assistance.

Depuis les béquilles de l'Egypte antique

Pour répondre à cette demande, les innovations en matière de technologies d'assistance ont connu un véritable essor, affichant une croissance à deux chiffres ces dernières années, selon ce rapport. Parallèlement, la convergence de l'électronique grand public et des produits d'assistance entraîne une commercialisation encore plus vaste de ces technologies, relève l'Ompi dans un communiqué. "Les personnes avec un handicap s'appuient depuis longtemps sur les nouvelles technologies pour gagner en indépendance et mieux interagir avec leur environnement", a souligné le directeur général de l'Ompi, le Singapourien Daren Tang, dans l'avant-propos du rapport. "Depuis l'invention des béquilles dans l'Egypte ancienne jusqu'aux tablettes braille de nos jours, en passant par les prothèses au Moyen Âge, nous sommes à l'orée d'un avenir où les fauteuils roulants autonomes, les prothèses auditives contrôlées par l'esprit et les dispositifs de surveillance des conditions de santé et des émotions atténueront l'impact des déficiences humaines", a-t-il estimé.

130 000 brevets publiés

Le rapport fait état de plus de 130 000 brevets sur des technologies d'assistance publiés entre 1998 et le milieu de l'année 2020, dont 15 592 dépôts pour les seules technologies d'assistance nouvelles au cours de cette période, telles que les robots d'assistance, les applications destinées aux maisons intelligentes, les accessoires intelligents destinés aux personnes malvoyantes et les lunettes intelligentes. Les dépôts de demandes portant sur des technologies d'assistance nouvelles ont augmenté trois fois plus vite (avec un taux de croissance annuel moyen de 17% au cours de la période 2013-2017) que ceux concernant des "technologies d'assistance classiques" qui apportent des améliorations à des produits connus, comme les sièges ou les roues de fauteuils roulants adaptés à différents types de terrains et les dispositifs dotés de fonctions en braille.

5 pays en tête

Le rapport révèle que la Chine, les Etats-Unis, l'Allemagne, le Japon et la Corée du Sud sont les cinq pays qui génèrent le plus d'innovation dans le domaine des technologies d'assistance. Il indique également que les universités et les organismes de recherche publics sont ceux qui occupent la place la plus importante dans l'ensemble de données relatif aux technologies d'assistance nouvelles. Toutefois, le secteur privé joue aussi un "rôle moteur" dans ce domaine, notamment les entreprises spécialisées en la matière, telles que WS Audiology, Cochlear, Sonova, Second Sight et Össur. Les fabricants de produits électroniques grand public (comme Panasonic, Samsung, IBM, Google et Hitachi) et les entreprises du secteur automobile (Toyota et Honda) sont également des acteurs majeurs, souligne l'Ompi.

Incorporés à des produits grand public

L'agence de l'ONU constate par ailleurs que les technologies initialement mises au point pour des personnes ayant des limitations fonctionnelles sont de plus en plus souvent incorporées aux produits grand public. Par exemple, la conduction osseuse, qui permet de pallier certaines déficiences auditives, ont trouvé une application dans les écouteurs utilisés pour la course à pied, indique-t-elle. "Les dispositifs dotés d'une interface cerveau-machine ou d'un système de reconnaissance des mouvements oculaires, qui aident les personnes ayant une paralysie cérébrale à se servir d'appareils informatiques, peuvent également trouver une application dans les jeux vidéo ou les outils de communication", a relevé encore Marco Aleman, sous-directeur général à l'Ompi.

"Il est très réjouissant de constater que ces technologies qui améliorent la qualité de la vie sont en passe d'être largement commercialisées et qu'elles profiteront également aux personnes qui en ont le plus besoin", a-t-il ajouté.

Partager sur :
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2021) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.