3 paraplégiques remarchent grâce à un implant dans la moelle

Trois personnes paraplégiques ont pu remarcher grâce à l'implantation de 15 électrodes qui visent à stimuler électriquement plusieurs zones de leur moelle épinière. Une avancée majeure qui pourrait se généraliser d'ici quelques années.

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article
Illustration article

Par Julien Dury

Ils ne pouvaient plus bouger leurs jambes, pas même les sentir. Plusieurs patients paraplégiques sont désormais capables de marcher à nouveau grâce à un implant qui stimule électriquement leur moelle épinière, une avancée qui pourrait se généraliser d'ici à quelques années. Cette technologie a permis à trois personnes paraplégiques "de se tenir à nouveau debout, de se remettre à marcher, faire du vélo et nager", résume une étude parue le 7 février 2022 dans la revue Nature Medicine.

15 électrodes dans la moelle épinière

Ces trois patients, tous des hommes, étaient incapables de tout mouvement des jambes et n'avaient plus la moindre sensation, à la suite d'accidents qui avaient endommagé leur moelle épinière. Cette dernière, contenue par la colonne vertébrale, prolonge le cerveau et commande de nombreux mouvements qui peuvent donc être irrémédiablement perdus si le contact avec le cerveau est abîmé. Mais, pour ces trois patients, il a été possible de changer la donne. A Lausanne, une équipe, menée par la chirurgienne suisse Jocelyne Bloch et le neuroscientifique français Grégoire Courtine, leur a implanté une quinzaine d'électrodes qui permettent de stimuler électriquement plusieurs zones de leur moelle épinière.

Une première victoire en 2018

Ce n'est pas une première, mais plutôt l'aboutissement de dix ans de travaux de ce type avec, enfin, la perspective d'en faire une thérapie qui changerait la vie de nombreux paralytiques. L'idée d'envoyer un courant électrique pour retrouver des mouvements perdus remonte à plusieurs décennies et a été mise en pratique pour la première fois en 2011. Un paraplégique avait alors été capable de se tenir à nouveau debout. En 2018, plusieurs équipes, dont déjà celle de Mme Bloch et M. Courtine, avaient réussi à faire remarcher des patients à l'aide d'une telle technologie (article en lien ci-dessous). Mais on était encore loin de pouvoir envisager une application concrète. Les patients concernés avaient eu besoin de plusieurs semaines pour refaire quelques pas et leurs progrès restaient limités, sans guère pouvoir bénéficier à leur vie quotidienne.

Des électrodes plus grandes avec plus d'impact

Cette fois, les patients opérés ont pu faire leurs premiers pas presque immédiatement même si, réalisés sur un tapis roulant en laboratoire, ils n'avaient rien à voir avec une marche normale. "Il ne faut pas imaginer un miracle immédiat (mais) cela permet de s'exercer tout de suite à ses activités", a expliqué M. Courtine lors d'une conférence de presse. Après cinq mois de rééducation, les progrès étaient considérables : l'un des patients était par exemple en mesure de marcher près d'un kilomètre sans interruption. Pour parvenir à de telles avancées, les chercheurs ont amélioré la technologie utilisée par rapport aux précédentes expériences. Celles-ci se basaient sur des outils préexistants de stimulation électrique. Or ces dispositifs étaient conçus dans un but différent : réduire la douleur et non relancer des mouvements, un objectif bien plus complexe d'autant que chaque être humain possède une moelle épinière aux caractéristiques très variables. Cette fois, "les électrodes sont plus longues et plus grandes que celles utilisées auparavant, ce qui permet d'accéder à plus de muscles", a détaillé Jocelyne Bloch.

Contrôler l'électrode via un smartphone ?

Autre avancée importante, grâce à des logiciels utilisant l'intelligence artificielle, les impulsions électriques sont bien plus précises : elles correspondent mieux à chaque mouvement, au lieu de consister en un flux de courant indiscriminé. Quand ces avancées pourront-elles bénéficier au plus grand nombre ? "Avec un peu de chance, d'ici à quelques années", estime Mme Bloch. La technologie doit faire l'objet d'essais cliniques bien plus larges sous l'égide d'une startup néerlandaise, Onward. Cette société vise à la rendre facilement utilisable à l'aide d'un smartphone, par exemple pour contrôler son déclenchement.

Des limites à prendre en compte

C'est l'une des limites à prendre en compte : dès qu'elle est éteinte, la stimulation électrique n'a quasiment pas d'effet durable. Et il est inconcevable de la maintenir en permanence, ce qui épuiserait l'organisme des patients. Mais retrouver un peu de mouvement chaque jour, c'est déjà beaucoup, comme en témoigne l'un des patients, Michel Roccati, chez qui ces électrodes ont été implantées en 2020, trois ans après un grave accident de moto. "Je l'utilise tous les jours pendant quelques heures : au travail, chez moi, pour pas mal de choses", a-t-il raconté. "Maintenant, ça fait partie de mon quotidien".

Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2022) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.