1er janvier, MaPrimeAdapt' : aide pour adapter un logement

A compter du 1er janvier 2024, MaPrimeAdapt' propose une nouvelle aide financière destinée aux personnes âgées et handicapées afin d'adapter leur logement. Sous conditions de ressources, elle couvre 50 ou 70 % des travaux. Tout savoir...

• Par

Ne ratez rien de l'actualité du handicap, en recevant notre lettre d'information ! Inscription

1er janvier 2024. Top départ de MaPrimeAdapt' ou MPA. Cette nouvelle aide de l'Etat est une variante simplifiée de l'aide « Habiter facile » de l'Anah (Agence nationale de l'habitat). Elle va permettre de financer des travaux d'adaptation du logement pour les personnes âgées et en situation de handicap afin de prévenir la perte d'autonomie. Quelques exemples ? Le remplacement de la baignoire par une douche de plain-pied, l'installation d'un monte-escalier électrique ou de meubles pour personnes à mobilité réduite, la pose de mains courantes, l'élargissement des portes, l'adaptation des revêtements ou encore l'accès direct au logement et même l'aménagement d'une place de parking privé. Pour tout savoir l'Anah a publié un guide des aides financières 2024 qui détaille les conditions de cette prime en page 52. 

Feu vert pour les personnes handicapées

Si, un temps, il n'était pas certain que les personnes handicapées soient concernées (Lire : Nouvelle MaPrimeAdapt' en 2024 : et en cas de handicap ?), Emmanuel Macron a annoncé leur entrée dans le dispositif en avril 2023 lors de la Conférence nationale du handicap. Si des aides existent pour réduire le reste à charge en cas d'adaptation du logement, leur accès peut sembler complexe ; le gouvernement entendait donc apporter une simplification via ce dispositif unique. Sur le modèle de MaPrimeRénov', cette nouvelle aide sera déployée par l'Anah. « Les travaux s'adaptent en fonction des besoins spécifiques qui seront préconisés dans le diagnostic logement autonomie », fait valoir le site gouvernemental dédié. Objectif ? Adapter 250 000 habitats en cinq ans, pour un montant total de 1,5 milliard d'euros.  La mesure a été introduite dans le cadre du Projet de loi de finances 2023.

Qui est concerné ?

MPA concerne à la fois les personnes âgées de 70 ans ou plus (ou de 60 à 69 ans sur condition de GIR (groupe iso-ressources) de 1 à 6) et les personnes handicapées sans condition d'âge avec un taux d'incapacité supérieur à 50 % ou bénéficiant de la Prestation de compensation du handicap (PCH). Mais une condition est imposée : avoir un revenu classé dans la catégorie ressources « modestes » ou « très modestes » (les barèmes donnés pour le moment sont ceux de l'actuelle MaPrimeRénov' de l'Anah). Pour en bénéficier, il faut également être propriétaire de son logement ou locataire du parc privé après avoir informé son bailleur de la volonté d'effectuer des travaux d'adaptation. Le montant de cette prime peut représenter 50 ou 70 % de la facture selon les ressources du demandeur (modeste ou très modeste). Le plafond est fixé à 22 000 euros HT sur une durée de cinq ans. A noter que MaPrimeAdapt' est cumulable avec les aides complémentaires (aides du Département, de la MDPH, de certaines caisses de retraite, des communautés de communes, des caisses de retraites complémentaires, des mutuelles, des CPAM…), rappelle l'association Hacavie, qui propose d'accompagner les habitants dans leur futur projet. Pour en savoir plus, il est également possible de consulter la plateforme France renov.

Jamais sans mon ergo !

Avec la mise en place de cette aide, les usagers devront obligatoirement faire appel à un Assistant à maîtrise d'ouvrage (AMO). « Le recours à cet accompagnateur sera 'systématique' afin d'aider les ménages et éviter les fraudes », explique le site Batiactu. En complément, un ergothérapeute peut être associé à l'élaboration du projet. A ce sujet, l'Association nationale française des ergothérapeutes (ANFE) dit avoir « joué un rôle actif » dans ce dispositif. « Cependant, malgré cette contribution, les conditions d'exercice des ergothérapeutes ainsi que le financement de leurs prestations demeurent à définir », explique-t-elle. Dans une lettre ouverte, elle appelle donc le gouvernement à prendre en compte l'expertise de sa profession qui est en mesure de « proposer des solutions adaptées » afin de « garantir le bon déploiement et l'efficacité du dispositif MPA ».

Une douche de plain-pied.
Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"
Commentaires6 Réagissez à cet article

Thèmes :

Ne ratez rien de l'actualité du handicap, en recevant notre lettre d'information ! Inscription

Handicap.fr vous suggère aussi...
6 commentaires

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.