Marché de l'inclusion: un site pour booster la filière Esat?

Le gouvernement ouvre en février 2022 sa plateforme en ligne dédiée aux achats inclusifs des entreprises privées et publiques aux 1 400 Esat français. Rendez-vous sur ce "Marché de l'inclusion" pour cliquer sur la bonne adresse.

• Par

Thèmes :

Commentaires3 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Illustration article

Les Esat (établissements et services d'accompagnement par le travail) ont désormais rendez-vous sur le Marché de l'inclusion (en lien ci-dessous). Ce tout récent moteur de recherche, porté par le ministère du Travail, permet aux entrepreneurs de trouver les adresses des entreprises sociales inclusives, autrement dit ces structures qui « luttent activement contre l'exclusion sociale », selon le gouvernement. 

1 400 Esat référencés

Depuis mi-février, les 1 400 Esat français ont donc pris le train en marche pour venir renforcer la cohorte des structures déjà en ligne : les entreprises adaptées (EA), y compris de travail temporaire (EATT), qui emploient majoritairement des personnes en situation de handicap ainsi que les structures d'insertion par l'activité économique (SIAE). Ce nouveau référencement Esat est produit en partenariat avec le réseau Gesat et Handeco, qui ont mis à disposition leur base de données. « Par rapport à l'existant, le plus c'est d'avoir sur un même site l'ensemble des achats dits 'solidaires' », précise Handeco. Concrètement, les acheteurs pourront, en quelques clics, via cette base de données très exhaustive répartie en quinze grandes familles, accéder à des informations générales, identifier le type de prestations proposées et géolocaliser les Esat les plus proches de chez eux. Au total, plus de 8 000 prestataires sont à ce jour référencés.

Renforcer les partenariats commerciaux

Objectif ? Valoriser l'offre de services de la filière Esat au niveau national, tout en facilitant la démarche des acheteurs, pour, in fine, « renforcer les partenariats commerciaux ». Le développement de ce type d'outil était l'un des 17 engagements du plan gouvernemental de transformation des Esat présenté en 2021. Près de 120 000 personnes en situation de handicap exercent aujourd'hui au sein de ces établissements médico-sociaux, dans plus de 200 filières métiers allant du recyclage à la prestation informatique, en passant par les productions agricoles. Selon Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat au Handicap, qui entend « valoriser les compétences des travailleurs d'Esat », « ces partenariats doivent également s'incarner pour (eux) dans des parcours visant des insertions professionnelles ».

Hasard du calendrier, le lancement du Marché de l'inclusion Esat intervient à quelques jours de la publication du livre de Thibault Petit, Handicap à vendre (interview en lien ci-dessous), résultat de six années d'enquête sur les rouages du travail en Esat qui n'épargne pas la filière, motivant des réactions indignées parmi ses professionnels…

Pour en savoir plus, six questions à Joseph Ramos, délégué général de Handeco.

H.fr : En quoi ce Marché de l'inclusion version Esat est-il, selon vous, un bon outil ?
JR : Parce qu'il est important de faire connaître ce secteur sur un site national. Nous nous sommes rendu compte que certaines entreprises ne connaissaient pas l'acronyme Esat ou EA, surtout parmi les plus petites (PME et TPE) qui n'ont pas de mission handicap ou de direction d'achats solidaires. Tout ce qui peut faciliter l'accès à l'offre de services Esat est donc le bienvenu, surtout à l'heure où l'on parle beaucoup de relocalisation sur les territoires, questions prégnantes sur lesquelles nous travaillons énormément.

H.fr : Les Travailleurs indépendants handicapés (TIH) sont-ils eux aussi référencés sur cette plateforme ?
JR : Non, pas pour le moment. Handeco a développé un annuaire EA, Esat et TIH, ce dernier étant en développement car ils sont volatiles et plus difficiles à identifier.

H.fr : Les Esat constituent-ils une filière innovante ?
JR : Ces prestataires de proximité se lancent chaque année dans de nouvelles activités pour répondre aux attentes et évolutions du marché. Cette agilité et cette capacité d'innovation sont aujourd'hui pleinement reconnues, puisque sept clients sur dix jugent la qualité des prestations supérieure à celle de prestataires dits « classiques » et 92 % des entreprises se disent satisfaites voire très satisfaites de leurs partenariats avec des Esat.

H.fr : Quel impact la crise sanitaire actuelle a-t-elle sur ces établissements ? Devenait-il nécessaire de rebooster le secteur ?
JR : On va être clair, il y a tout le temps la nécessité de valoriser le travail du secteur protégé, crise ou pas. Après la réforme de l'obligation d'emploi de janvier 2020 qui valorise dorénavant davantage l'emploi direct des travailleurs en situation de handicap au sein des entreprises plutôt que la sous-traitance, il est important d'identifier et de promouvoir les achats au secteur protégé. Or, pour continuer à acheter, il faut savoir où acheter et donc avoir les bons outils. Un site promu par les pouvoirs publics a plus de force que lorsqu'il est porté par une association.

Mais il est vrai que la crise sanitaire a eu un impact très fort sur certains domaines d'activités comme les traiteurs, l'évènementiel, l'aéronautique, le tourisme. A l'inverse, ceux qui ont conditionné des masques, des tests ou travaillé pour les dispositifs médicaux se portent très bien. Il ne faut pas penser secteur au global mais secteur d'activité.

H.fr : La convergence à la fois de la réforme et de la crise a donc fragilisé le secteur…
JR : Oui mais nous n'avons pas l'outil macro qui nous permet de mesurer clairement l'impact de l'un ou de l'autre. Difficile de faire un bilan car la conjoncture est pour le moins chaotique. Je vous donne rendez-vous à la publication de notre prochain baromètre 360 qui permettra de bien mesurer ces toutes dernières évolutions.

H.fr : D'autres rendez-vous à venir ?
JR : Handiformelles, manifestation nationale portée par Handeco, aura lieu le 30 septembre 2022. Quant à la 4e édition de HandiHA, salon national des achats en ligne, elle est reportée en 2023.

Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"

Commentaires3 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Handicap.fr vous suggère aussi...
3 commentaires

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.