Postulez sur Hello Handicap Postulez sur Hello Handicap Postulez sur Hello Handicap

Natation synchronisée : des "sirènes" avec trisomie 21

Au Mexique, un club de natation synchronisée sort du lot. Sa singularité ? Toutes ses nageuses sont porteuses de trisomie 21. La recette de leur succès ? Elles savent faire de leur différence une force. Des "Super sirènes" au caractère bien "trempé"!

12 août 2019 • Par

Thèmes :

Les « Super sirènes » nagent dans le bonheur ! Cette équipe mexicaine de natation synchronisée rafle tout sur son passage. Taïwan, Brésil, Italie, France... En 10 ans, elle a décroché une cinquantaine de médailles à travers la planète. Sa particularité ? Ses nageuses sont porteuses de trisomie 21. Outre la dimension fédératrice, cette activité les aide à améliorer leur orientation spatiale, leur posture, leur équilibre et à développer leur force musculaire. Un sport complet et salutaire !

Capacités innées

L'histoire commence sur les bancs de l'université... « A l'origine, les 'Super sirènes' étaient un sujet de thèse. Le but était d'associer un sport aussi et beau et complexe que la natation synchronisée aux bienfaits psychologiques qu'il peut apporter », explique leur entraineuse, Palma Torres, dans une vidéo réalisée par Brut (ci-dessus). Après plusieurs recherches, elle constate que les personnes porteuses de trisomie 21 sont « incroyablement créatives ». Par ailleurs, « elles aiment beaucoup la musique et sont très souples », ajoute-t-elle. Un atout non négligeable quand il s'agit de faire un grand écart dans l'eau, la tête à l'envers, et le tout en rythme ! « Je me suis donc dit qu'on pouvait tirer parti de leurs capacités à travers ce sport et, en parallèle, travailler sur les processus cognitifs tels que la mémoire à long et à court terme, l'apprentissage, la concentration et l'attention. »

Des bienfaits physiques et psychologiques

Musculation, exercices de souplesse, chorégraphies dans l'eau... Les entrainements sont très semblables à ceux d'une équipe « ordinaire ». Les Sirènes plongent dans le grain bain trois à quatre fois par semaine pendant deux ou trois heures, selon les évènements à venir. Un rendez-vous périodique qui a chamboulé la vie de ces jeunes femmes. « Depuis que ma fille exerce cette activité, elle a beaucoup mûri, témoigne la mère de l'une d'entre elles. Sa coordination s'est améliorée, son langage aussi. Elle a plus de capacités qu'auparavant et elle prend mieux soin d'elle. » Autre atout majeur, selon elle : l'indépendance « totale ».

Dévouement sans faille

En Espagnol, on les appelle « Las Sirenas especiales ». Un nom évocateur... Mais qu'ont-elles de si « spécial » ? « Des facultés différentes, explique la maman. Elles sont très intelligentes, très compétentes... Elles sont tout et elles peuvent tout faire ! » Une mise au point nécessaire qui tord le cou aux idées reçues. Si leur handicap est un facteur de motivation, c'est surtout leur dévouement et leur détermination qui fait la différence lors des championnats. La recette de leur succès ? « L'intensité avec laquelle elles nagent, rétorque la coach. Elles ont envie de gagner mais elles ne cherchent pas toujours la victoire ou la médaille ». Ce qu'elles veulent avant tout ? « Nager à la perfection pour montrer à leur famille et leurs amis à quel point elles sont capables de réaliser une belle chorégraphie. » Leur credo : « Ne jamais abandonner ». Elles ont beau passer le plus claire de leur temps dans l'eau, ces Sirènes ont, sans nul doute, garder les pieds sur terre.

Illustration article
Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Cassandre Rogeret, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.