Nouvelle Maison de l'autisme : un espace unique en France

Promise depuis 2020, la Maison de l'autisme ouvre ses portes le 11 avril 2023 dans le 93. Leitmotiv ? Informer sur les troubles du neurodéveloppement et rompre l'isolement des parents. Une version numérique sera également disponible.

• Par

Ne ratez rien de l'actualité du handicap, en recevant notre lettre d'information ! Inscription

Illustration article Nouvelle Maison de l'autisme : un espace unique en France

11 avril 2023 à 14h. La Maison de l'autisme ouvre ses portes au public au 10 rue Waldeck Rochet, à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). Sa création avait été annoncée par Emmanuel Macron lors de la Conférence nationale du handicap de 2020. Cet espace moderne, accueillant, chaleureux, est ouvert sur la ville via de grandes baies vitrées. On y pousse les portes pour s'informer, écouter une conférence, emprunter un livre, prendre un café, tout simplement se reposer dans des alcôves dédiées, que l'on soit concerné par l'autisme et l'ensemble des troubles du neurodéveloppement… ou pas.

Une maison pour tous

Mais sa vocation première est évidemment d'être un lieu unique en France de ressources pour les personnes avec autisme, leur famille et les professionnels. « Pour donner les clés de l'autisme », selon Geneviève Darrieussecq, ministre déléguée aux Personnes handicapées. « Elle est ouverte au public et aux professionnels à la recherche d'informations et développera des formations. Elle pourra accueillir des chercheurs, des séminaires, des enseignants, des soignants. Ce n'est pas un lieu pour effectuer des diagnostics mais un endroit qui pourra prôner les bonnes pratiques, les bons modes de prise en charge des enfants autistes et les développera dans notre pays », a-t-elle ajouté. Par exemple, un médecin voulant mieux dépister ce trouble ou un employeur cherchant à accompagner un salarié autiste pourront y trouver informations et accompagnement. Le gouvernement mise également sur la recherche pour « faire en sorte que l'excellence française dans ce domaine puisse perdurer ».

Facile en métro

Tout a été pensé, en amont avec des associations de personnes autistes, pour faciliter leur bien-être. Et, ce, dès la station de métro « Front populaire » (ligne 12). Récente, elle est entièrement accessible. Dès la sortie, située juste en face du siège de Paris 2024, dans un quartier flambant neuf, un cheminement composé de repères au sol ou de panneaux en hauteur guide le visiteur, en indiquant la distance restant à parcourir. Le logo a notamment été pensé par Atypic, une agence de communication installée dans un ESAT (Etablissement ou service d'accompagnement par le travail), avec la collaboration de personnes autistes.

Des espaces modulés

Devant le bâtiment en rez-de-chaussée, un petit jardin avec pergola, ombragé l'été et proposant des bancs, permet d'assurer la transition avant l'entrée et de « prendre le temps ». Aussitôt la porte franchie, Ernest accueille les visiteurs dans un hall baigné de couleurs pastel. Si les stimuli s'avèrent trop envahissants, un « sas de transition » derrière un épais rideau de velours permet de s'isoler. Sur plus de 700 m2, une succession d'espaces, parfaitement identifiés, modulent cet univers feutré malgré la grande hauteur sous plafond. Des plans, notamment tactiles, disséminés sur les murs, permettent de se repérer. Près du comptoir d'accueil, un espace sensoriel dissimulé derrière un rideau de fibre optique, avec ses murs capitonnés, invite à l'apaisement. En poussant la première porte vitrée, on accède ensuite au grand hall via la Cafet, un coin bar qui sert des boissons et des plats froids. A terme, il sera tenu par de jeunes autistes en apprentissage. Dans l'espace restauration, des sièges bas, des poufs et quelques tables invitent à la détente.

Des matériaux confort

Si la structure en béton est encore apparente à certains endroits, les murs sont le plus souvent recouverts de matériaux pour atténuer les bruits et ainsi minimiser les sollicitations sensorielles qui perturbent les personnes autistes. Çà et là, des bloqueurs de sons et autres alcôves matelassées offrent un peu de répit. De larges baies vitrées laissant entrer le soleil peuvent également être voilées par des rideaux. Un piano trône au cœur de la pièce, offert par le maire du village de Mosnes (Indre-et-Loire), invitant ceux qui le souhaitent à la musique. Dans un coin, le Lab, couvert de panneaux acoustiques, propose un studio d'enregistrement pour des podcasts ou des interviews.

Le centre de documentation

Au centre de l'espace, derrière des vitres dépolies, le centre de documentation propose de nombreux ouvrages respectant les recommandations de la Haute autorité de santé en matière de bonnes pratiques « afin de l'imiter la divulgation des nombreuses fake news dans le champ des TND, par exemple sur l'impact des écrans, la responsabilité des vaccins ou encore les traitements miracles qui soignent l'autisme, sans oublier les théories d'obédience psychanalytique », insiste Claire Compagnon, déléguée interministérielle à l'autisme et aux TND. Une bibliothèque de matériels ludo-éducatifs est également dédiée aux familles et aux enseignants, qu'ils pourront tester en classe ou à la maison, leur permettant de prendre le temps d'investir dans les outils les plus adaptés. « Nous avons aussi prévu la possibilité de dons pour les familles les plus précaires », ajoute Claire Compagnon. Ceux qui le souhaitent peuvent choisir l'intimité des trois alcôves pour un moment cocooning ou de lecture en solo. Pour les personnes ne pouvant se déplacer, les documentalistes peuvent organiser des entretiens en visio ou apporter des réponses par mail, en recommandant des ouvrages que les familles pourront également emprunter dans les CRA (Centres ressources autisme) en région.

Un amphithéâtre à taille humaine

En ouvrant une seconde porte battante, on débouche dans le grand amphi, à « taille humaine », qui peut accueillir une centaine de personnes. Deux fauteuils à étreindre OTO sont disponibles au premier rang. Cette sorte de coque capitonnée, fruit de l'innovation française, créée en partenariat avec un institut médico-éducatif, permet, via une manette électrique, de gonfler des coussins afin d'étreindre la personne qui le souhaite et ainsi de la protéger des bruits et des contraintes extérieures tout en lui permettant de rester attentif aux prestations proposées. Un outil à visée thérapeutique et anti-stress qu'il serait d'ailleurs appréciable de diffuser dans les cinémas et amphithéâtres de France. Cette maison, qui se veut vivante, proposera de nombreuses animations : conférences, cafés-parents, concerts ou expo photo, comme celle de la journaliste Eglantine Eméyé à découvrir jusqu'à fin avril.

Dans un coin de cette vaste pièce, l'espace 360, polyvalent, s'apprête à accueillir des activités tous azimuts : des cours de yoga, des séances de méditation… Ce jour-là, une « classe-témoin » met en scène des propositions d'ameublement de bureau et une grande variété d'outils pédagogiques dédiés aux enseignants et acteurs du médico-social mais aussi aux parents. Les « shoe box » contiennent des jeux et des exercices dont chacun peut se saisir, notamment basés sur Teacch, une méthode d'apprentissage structurée dédiée aux enfants et adultes autistes.

En revenant vers l'espace central surnommé le « paquebot », un petit bureau permet de recevoir les familles, auquel est accolée une petite salle s'ils viennent avec leur enfant disposant de jeux ; une porte avec fenêtre à hublot autorise une surveillance à distance. Tout a été pensé dans le moindre détail, y compris les toilettes qui sont équipées d'un lève-personne et d'une planche de transfert. 

Des bureaux annexes

Enfin, au troisième étage, le back office est un ensemble de bureaux qui n'est ouvert au grand public que sur rendez-vous. Le bâtiment devient en effet le nouveau siège de trois instances déjà existantes : le CRA d'Ile-de-France, le Groupement national des centres ressources autisme qui chapeaute les CRA de 27 départements et la ligne d'écoute Autisme info service qui reprend le standard de la Maison de l'autisme (N° vert : 0 800 71 40 40) avec des équipes en renfort pour répondre à l'afflux éventuel de demandes. L'endroit conserve les mêmes caractéristiques avec des matériaux apaisants, des salles de réunion, des espaces pour se mettre à l'écart et même une « call box », cabine feutrée pour s'isoler ou téléphoner en toute discrétion au sortir d'une réunion. Cette pièce est une sorte de show-room de l'espace professionnel idéal et accessible, pensé pour le confort des usagers, qui pourrait inspirer le plus grand nombre.

Une version numérique

La Maison de l'autisme est ouverte du lundi au vendredi (horaires en détail ci-dessous). Si certains jugent sa situation au Nord de Paris trop excentrée, elle reste très facilement accessible en transports en commun. « Le choix de Paris intra-muros a été envisagé, ajoute Claire Compagnon, mais il est difficile de trouver des bâtiments aussi spacieux et accessibles et surtout qui ne soient pas hors de prix. » Si elle est implantée en Seine-Saint-Denis, la vocation de ce projet est néanmoins national via les services proposés par la Maison de l'autisme numérique, qui, en ligne depuis le 2 avril, promet de s'étoffer. Plusieurs services sont prévus, par exemple des rendez-vous en visio avec la vingtaine de conseillers présents sur place, des retransmissions en live de la programmation de l'amphithéâtre. Un onglet permet également d'anticiper sa visite, détaillant le parcours depuis le métro et les espaces et services proposés.

Des ajustements à venir

Montant des travaux ? 3,3 millions d'euros, avec un budget de fonctionnement de 1,6 million par an, dont un million a été apporté par les départements franciliens (Lire : Maison autisme : les 7 départements franciliens en soutien), 300 000 par la région Ile-de-France, le reste étant à la charge de l'Etat. Cette enveloppe vient s'ajouter au budget de fonctionnement des trois entités accueillies sur site, précise la ministre.

La Maison de l'autisme vient tout juste d'ouvrir au public et quelques ajustements seront encore nécessaires, par exemple une porte battante trop bruyante, la serrure récalcitrante des toilettes ou le sifflement du réfrigérateur. Claire Compagnon promet de tenir compte du moindre détail et appelle ses usagers à leur faire part de leurs commentaires (un espace sera bientôt disponible sur le site) pour permettre d'offrir, à terme, un confort d'usage maximal.

Horaires d'ouverture sans rendez-vous

• Lundi, mercredi, jeudi, vendredi : 10h-13h et 14h-17h

• Mardi : 14h-17h

• Samedi : ouverture certains samedis (le planning est prêt) dès lors que l'équipe chargée de l'accueil physique et l'espace ID seront pleinement opérationnels

L'objectif est d'augmenter progressivement l'amplitude horaire en fonction des flux et de la prise en main des espaces par les équipes, avec le programme évènementiel qui viendra également proposer des ouvertures supplémentaires, notamment en fin de journée / début de soirée (projections, café parents, expositions ...)

Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"
Commentaires2 Réagissez à cet article

Thèmes :

Ne ratez rien de l'actualité du handicap, en recevant notre lettre d'information ! Inscription

Handicap.fr vous suggère aussi...
2 commentaires

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.