Paris 2024: les médias s'engagent pour des Jeux accessibles?

Programmes intégralement sous-titrés, "oralisation" de certaines épreuves... A moins de 6 mois des Jeux de Paris 2024, les groupes audiovisuels dévoilent leurs engagements pour favoriser l'accessibilité de leurs contenus. L'Arcom veille au grain !

• Par

Ne ratez rien de l'actualité du handicap, en recevant notre lettre d'information ! Inscription

Des téléspectateurs lèvent les bras devant un match de foot diffusé dans un bar.

Comment favoriser l'accessibilité des programmes TV consacrés aux Jeux de Paris 2024 ? C'est la question posée par l'Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique aux éditeurs de médias audiovisuels. Leitmotiv ? « Si l'accessibilité des infrastructures publiques (transports, logements…) constitue un enjeu majeur pour faire des prochains Jeux olympiques et paralympiques un grand événement populaire, celle des contenus audiovisuels dédiés concourra à rassembler l'ensemble de la société autour d'eux », estime l'Arcom, qui présentait son baromètre sur la diversité du sport dans les médias le 23 janvier 2024.

Contrôler les obligations et inciter à s'engager

En matière d'accessibilité des programmes, la loi définit des obligations claires pour les médias de service public et les chaînes de télévision privées rassemblant une large audience. La législation stipule par exemple que « pour les services de télévision dont l'audience moyenne annuelle dépasse 2,5 % de l'audience totale des services de télévision, l'obligation de diffusion de programmes accessibles aux personnes sourdes ou malentendantes s'applique à la totalité de leurs programmes, à l'exception des messages publicitaires » (Lire : Télé : à quand des pub sous-titrées et audiodécrites ?). Pour les autres chaînes, les conventions conclues entre les éditeurs et l'Arcom fixent les proportions de programmes devant être rendus accessibles. Outre le contrôle de ces obligations, l'Autorité veille à la qualité des dispositifs d'accessibilité proposés (sous-titrage, interprétation en langue des signes française, audiodescription) et invite les éditeurs à s'engager autour de chartes rappelant les bonnes pratiques.

3 grands groupes boostent leur accessibilité

Au-delà de leurs obligations légales, trois grands groupes audiovisuels ont fait part de leurs engagements en faveur des téléspectateurs en situation de handicap en perspective des Jeux :
France Télévisions a annoncé que l'accessibilité de ses contenus sera « garantie et renforcée » avec « 100 % de sous-titrages » et « une innovation marquante : l'oralisation en direct des Jeux, dès la cérémonie d'ouverture, à hauteur d'environ sept heures de direct par journée d'épreuve ». L'oralisation constitue une « audiodescription du sport permettant, en complément des commentaires des journalistes sportifs, de rendre accessibles les épreuves aux personnes aveugles ou malvoyantes ».

• De son côté, France Médias Monde a indiqué que France 24 proposera chaque jour, tout au long de la journée, trois journaux d'information sous-titrés (rediffusés chacun une fois). « Des réflexions sont aussi en cours pour proposer des contenus tout-images sous-titrés sur le numérique spécifiquement consacrés aux Jeux olympiques et paralympiques », ajoute le média.

 • Enfin, le groupe TF1, bien que ne détenant pas les droits de diffusion de la compétition, a souligné que « tous les matchs de l'équipe de France de football qui se tiennent en France et sont diffusés sur ses antennes sont proposés en audiodescription, et ce depuis plusieurs années ».

Plus d'experts handicapés...

Autre cheval de bataille : améliorer la représentation de la diversité dans les programmes traitant des Jeux. L'ambition de l'Arcom ? Plus de femmes et plus de personnes handicapées ! Selon le dernier baromètre de la diversité, ces dernières représentent seulement 1 % des personnes apparaissant dans les programmes TV. Sur les seuls programmes sportifs, la proportion est similaire. Pour changer la donne, France Télévisions a annoncé un « recrutement de consultants participant de la visibilité et de l'incarnation du parasport (en lien avec le Comité paralympique et la Fédération handisport) et l'intervention en plateau de parasportifs à l'occasion des Jeux olympiques et, réciproquement, de sportifs valides pendant les Jeux paralympiques ».

... et de parasport à la TV !

Enfin, l'Arcom a incité ces mêmes éditeurs à favoriser la médiatisation du parasport en amont des Jeux. Découvrez les options dans l'article : Paris 2024: du parasport à la TV durant les Jeux...et avant!.

Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Cassandre Rogeret, journaliste Handicap.fr"
Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Ne ratez rien de l'actualité du handicap, en recevant notre lettre d'information ! Inscription

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.