Paris : Handi'Stat ouvert à tout titulaire d'une CMI-S

Dès le 1er septembre 2023, tous les Français titulaires de la carte mobilité inclusion stationnement peuvent enregistrer deux véhicules sur la base Handi'Stat pour n'avoir plus l'obligation de prendre "un ticket handi" aux bornes.

• Par

Ne ratez rien de l'actualité du handicap, en recevant notre lettre d'information ! Inscription

Illustration article Paris : Handi'Stat ouvert à tout titulaire d'une CMI-S

Plus besoin de « ticket handi », pris à la borne ou sur une appli, pour stationner dans les rues de Paris, y compris dans les bois de Boulogne et de Vincennes, pour tous les titulaires de la carte mobilité inclusion mention stationnement (CMI-S) ou CES (Carte européenne de stationnement) ? Seule condition, s'enregistrer dans la base dédiée Handi'Stat. Cette mesure était en vigueur depuis juillet 2022 pour tous les Parisiens et Franciliens (Lire : Paris : plus besoin de ticket handi pour les Franciliens ) mais, à compter du 1er septembre 2023, elle est ouverte à tous les Français concernés, y compris les provinciaux de passage dans la Capitale. Elle concerne également les professionnels de santé.

Verbalisés à tort

Cette décision, annoncée le 6 juillet 2023 par le premier adjoint de la municipalité, Emmanuel Grégoire, a pour objectif de « simplifier les choses » et de « réduire les verbalisations et les contestations des forfaits post-stationnement (FPS) indument appliqués », nombres d'usagers étant, en effet, verbalisés à tort. L'application de ce ticket gratuit, que l'usager devait obligatoirement générer pour ne pas payer le stationnement, suscitait « énormément de recours, de contestations », a admis l'adjointe à l'accessibilité, Lamia El Aaraje. Selon la ville, seules 12 % des CMI-S d'Ile-de-France sont référencées sur Handi'Stat à ce jour ; elle appelle donc à faire connaître ce dispositif.

Comment faire ?

Concrètement, depuis le 1er septembre 2023, le détenteur d'une CMI-S peut enregistrer en ligne deux plaques d'immatriculation sur Handi'Stat, même s'il n'a aucun lien de parenté avec le propriétaire du véhicule (également possible pour une moto ou un scooter). Il faut ensuite cliquer sur l'onglet Référencement Handi'Stat pour une voiture ou petite camionnette (véhicule léger 4-roues) ou pour une moto ou scooter (véhicule 2-roues motorisé 2RM). On arrive ensuite sur une page qui demande de créer un compte. Mais de nombreux utilisateurs constatent que le processus n'est pas simple.

Ce référencement a été étendu à trois ans, « quelle que soit la validité de la CMI-S car il s'agit de référencer le véhicule et non la personne en situation de handicap », explique le site paris.fr.

Mieux vaut s'y prendre à l'avance car il faut un délai de huit jours pour obtenir la validation du service numérique. Il est également précisé qu'en cas d'utilisation du Ticket handi, la CMI-S originale et valide doit être apposée de manière visible derrière le pare-brise ; cela n'est pas nécessaire si le véhicule est référencé Handi'Stat. Il peut stationner jusqu'à 7 jours consécutifs sur la même place. Attention : ces places ne sont ni réservables ni privatisables.

Les personnes en situation de handicap qui ne souhaitent pas référencer leurs véhicules ou dont le véhicule n'est pas encore référencé sur Handi'Stat devront prendre un ticket Handi (gratuit) via les applications disponibles sur smartphone ou les horodateurs.

Des délais réduits ?

Sur 100 000 forfaits post-stationnement (FPS) dressés chaque semaine dans la Capitale, « 4 000 font l'objet de contestations et un peu moins de la moitié aboutissent », indique Emmanuel Grégoire pour lequel les 2 % de FPS non justifiés s'expliquent principalement par les « erreurs de saisie à la main » des deux entreprises prestataires. Rappelons que le FPS (70 euros en zone 1 et 50 en zone 2 pour un véhicule léger) a remplacé début 2018 l'amende de 17 euros en cas de stationnement non payé ou insuffisamment réglé. La ville promet tade réduire « de huit à deux mois » le délai de traitement des recours pour l'ensemble des automobilistes qui demandent le remboursement des FPS litigieux, en coopérant avec l'administration fiscale.

Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"
Commentaires11 Réagissez à cet article

Thèmes :

Ne ratez rien de l'actualité du handicap, en recevant notre lettre d'information ! Inscription

Handicap.fr vous suggère aussi...
11 commentaires

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.