Réadaptation : reconnue comme "service essentiel" par l'OMS

Physique ou fonctionnelle, sous la forme d'un appareillage, la réadaptation permet à 2,4 milliards de personnes dans le monde de limiter leur handicap. L'Organisation mondiale de la santé reconnaît enfin ces techniques comme un "service essentiel".

• Par

Ne ratez rien de l'actualité du handicap, en recevant notre lettre d'information ! Inscription

Illustration article Réadaptation : reconnue comme "service essentiel" par l'OMS

DERNIERE MINUTE DU 30 MAI 2023
« Une décision historique et un tournant majeur pour la santé mondiale », selon l'ONG Handicap international. Le 27 mai 2023, les 194 États membres de l'OMS (Organisation mondiale de la santé) ont adopté à l'unanimité la toute première  résolution pour le renforcement de la réadaptation dans les systèmes de santé. Elle insiste sur l'engagement des États et présente une liste d'actions à mettre en œuvre. « Elle n'a certes pas de caractère contraignant mais elle introduit un cadre de volonté politique forte », précise l'OMS. Handicap international a « espoir que les efforts menés permettront d'améliorer la situation actuelle des services de réadaptation ». D'ici 2026, l'OMS publiera le 1er rapport dressant l'état des lieux des services de réadaptation dans le monde.

ARTICLE INITIAL DU 22 MAI 2023
2,4 milliards. C'est le nombre de personnes qui auraient besoin de réadaptation aujourd'hui dans le monde, selon l'association Handicap international. La réadaptation, quèsaco ? C'est « un ensemble d'interventions conçues pour optimiser le fonctionnement et réduire le handicap des personnes souffrant de problèmes de santé lorsqu'elles interagissent avec leur environnement », d'après l'OMS. Aides techniques, entraînements physiques, psychothérapie, kinésithérapie sont autant de manières de ralentir les effets invalidants de maladies chroniques ou de certains handicaps et ainsi de permettre à des millions d'individus de recouvrer leur autonomie.

Risque d'exclusion sociale et professionnelle

Or, avec le vieillissement de la population, les besoins en réadaptation vont croissants sans qu'ils ne soient pour autant toujours comblés. Par exemple, dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, plus de 50 % des personnes qui en ont besoin n'y ont pas accès », selon Handicap international, augmentant le risque d'exclusion sociale et professionnelle. L'ONG donne l'exemple du Tchad, pays qui ne compte que deux centres de santé, non subventionnés par l'État pour plus de 17 millions d'habitants et où aucune école de formation des professionnels n'existe à ce jour. Au total, seulement vingt kinésithérapeutes et dix orthoprothésistes ! Formés à l'étranger, ils exercent en majorité à N'Djamena, la capitale. « Cet instrument pourra par exemple stimuler la validation d'une politique nationale de la réadaptation ainsi que la mise en œuvre de sa stratégie technique », témoigne Natoyallah Djimingaye, kinésithérapeute de formation et chargé technique de réadaptation au Tchad. Mais, bonne nouvelle, l'OMS a enfin reconnu la réadaptation comme un « service essentiel ». Les Etats membres ont donc voté cette résolution historique pour le « renforcement de la réadaptation dans les systèmes de santé nationaux », dans le cadre de son assemblée, du 21 au 30 mai 2023.

40 ans de combat

« C'est l'aboutissement de quarante ans de combat et d'engagement auprès des plus vulnérables. Avec cette résolution, les Etats s'engagent à développer les services de réadaptation et résoudre ainsi les graves injustices d'accès à la santé », s'est félicitée Isabelle Urseau, directrice technique réadaptation au sein d'Handicap international, qui mène soixante-deux projets de réadaptation dans trente-cinq pays et « défend cette résolution depuis de nombreuses années ».

Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Clotilde Costil, journaliste Handicap.fr"
Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Ne ratez rien de l'actualité du handicap, en recevant notre lettre d'information ! Inscription

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.