Changer la donne dans la recherche sur la surdité

L'Institut Pasteur, l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) et la Fondation pour l'audition ont annoncé le 4 juillet 2019 avoir conclu une "alliance" pour accélérer la recherche sur les troubles auditifs, encore mal connus.

8 juillet 2019 • Par

Thèmes :

Illustration article

Cette alliance, qui se concrétisera notamment par l'ouverture d'un Institut de l'audition dans le 12e arrondissement de Paris (sud-est) en septembre, a pour ambition de "devenir rapidement leader européen dans la lutte contre la déficience auditive", ont expliqué les trois organismes dans un communiqué commun. L'idée est d'accélérer le passage de la recherche fondamentale aux essais cliniques et à la commercialisation d'éventuels traitements, en rassemblant des chercheurs de différentes disciplines dans une structure dédiée, à l'image de ce qui existe déjà pour les maladies génétiques avec l'Institut Imagine ou pour les troubles neurologique avec l'Institut du cerveau et de la moëlle épinière (ICM).

6 millions de Français concernés

Alors que 6 millions de Français et 466 millions de personnes dans le monde sont concernés par un déficit auditif, il y a dix fois moins d'équipes de recherche dans l'audition que dans la vision, soulignent les trois partenaires. Les troubles de l'audition sont encore mal connus, on peut les compenser par des prothèses mais pas les guérir et même les outils de diagnostic et d'exploration ne sont pas assez précis à ce jour, ajoutent-ils. L'Institut de l'audition sera intégré à l'Institut Pasteur et s'occupera de la partie recherche fondamentale. Il sera dirigé par Christine Petit, professeur au Collège de France et chercheuse reconnue pour ses découvertes sur les gènes responsables de certaines formes de surdité héréditaire. Son laboratoire de recherche intégrera des généticiens, des biologistes moléculaires, mais aussi des orthophonistes, des acousticiens et des psychologues.

Quel financement ?

Ce nouveau pôle de recherche fondamentale est financé en grande partie par la Fondation pour l'audition. Cet organisme de mécénat, créé par l'héritière de L'Oréal Françoise Bettencourt Meyers, son époux Jean-Pierre Meyers et la Fondation Bettencourt Schueller, explique avoir "décidé d'apporter plus de la moitié de son budget total de 100 millions d'euros pour permettre la mise en place de cet écosystème innovant". L'AP-HP contribuera de son côté à la recherche clinique, en s'appuyant sur un réseau de centres d'études et recherche clinique en audiologie (Cerca), coordonné par Françoise Denoyelle, actuelle cheffe de service d'ORL pédiatrique et de chirurgie cervico-faciale de l'hôpital Necker-Enfants Malades (Paris). Le premier de ces Cerca ouvrira à l'automne à l'hôpital Necker-Enfants Malades, suivi d'un autre en 2020 à la Pitié-Salpêtrière.

Partager sur :

Commentaires1 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
1 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.