Reconfinement : le sport autorisé en cas de handicap

Tous reconfinés, finie la pratique sportive dans les clubs ! Sauf pour certains publics jugés prioritaires, dont font partie les personnes handicapées. La ministre des Sports appelle les maires à rouvrir les portes des établissements concernés.

• Par

Thèmes :

Commentaires2 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Illustration article

Tous privés de sport en club ou en salle jusqu'au 1er décembre 2020 ? Pas vraiment. Certains peuvent bénéficier d'une dérogation et c'est notamment le cas des personnes en situation de handicap ou pratiquant sur prescription médicale.

Des ERP maintenus ouverts

C'est ce que fait savoir Roxana Maracineanu, ministre des Sports, qui explique que malgré la « crise sanitaire d'une extrême gravité (…) la pratique sportive est essentielle pour le bien-être physique et moral des adultes comme des enfants ». Ainsi, elle « pourra continuer à être exercée dans certaines conditions ». Si tous les établissements recevant du public (ERP) couverts (de type X) ou de plein air (de type PA) du territoire sont fermés, les publics prioritaires (liste ci-dessous) peuvent y accéder munis d'une attestation (modèle en ligne sur www.sports.gouv.fr ). La ministre « en appelle aux élus des collectivités, aux maires pour qu'ils leur permettent l'accès à ces équipements dès lors que les protocoles sanitaires renforcés et que la limitation des interactions seront garantis ».

Quels publics prioritaires ?

  • Les scolaires et les accueils périscolaires
  • Les étudiants STAPS
  • Les personnes en formation continue ou professionnelle
  • Les sportifs professionnels et toutes les populations accréditées dans le cadre des activités sportives à caractère professionnel
  • Les sportifs de haut niveau et espoirs
  • Les personnes pratiquant sur prescription médicale
  • Les personnes en situation de handicap

La Fédération handisport sur le terrain

La Fédération française handisport (FFH) se félicite de cette décision, une « chance avec toute la gravité et le sérieux que la situation sanitaire nationale impose ». Elle a défendu la « difficulté supplémentaire pour les publics en situation de handicap de maintenir du lien social, d'organiser une pratique sportive autonome, ainsi que les bénéfices essentiels des activités physiques régulières sur leur santé ». Elle précise que ce « régime dérogatoire » n'est pas un « passe-droit » et, à ce titre, insiste sur le fait que « l'offre sportive des clubs handisport peut se déployer dès lors qu'elle permet l'accueil des licenciés dans des conditions de protection maximales et dans une perspective de maintien ou d'amélioration du bien-être physique ou psychologique du pratiquant ». Ces activités ne seront possibles que si les maires autorisent l'accès et l'utilisation des salles, « ce qui demeure de leur entier pouvoir d'appréciation », ajoute la FFH. Seuls les accompagnants indispensables aux pratiquants peuvent participer à ces séances.

Les attestations de déplacement prévoient ce cas de figure, à faire compléter par l'association, ainsi que la possibilité de se déplacer au-delà de la limite du kilomètre pour se rendre sur un lieu de pratique. En revanche, toutes les compétitions sont suspendues jusqu'à nouvel ordre. La doctrine fédérale pour le handisport (en lien ci-dessous), réactualisée au 1er novembre 2020, détaille les conditions et limites de la pratique pour les sportifs en situation de handicap, qu'ils soient amateurs ou de haut-niveau. La cellule de crise FFH reste active pour toute précision à l'adresse mail : reprise@handisport.org .

Et pour les autres ?

Pour les autres, la pratique sportive des adultes constitue un motif dérogatoire de sortie sous réserve d'être muni d'une attestation, dans la limite d'un kilomètre autour de son domicile et d'une heure maximum, à raison d'une fois par jour. Elle se pratique sans masque, de manière individuelle et n'est possible que dans l'espace public. A contrario, toute pratique collective est exclue. Pour les jeunes, les cours d'EPS sont maintenus au programme scolaire.

Sport à domicile

Enfin, pour tous les autres confinés, le ministère des Sports a mis en ligne dès le printemps une plateforme qui propose des contenus sportifs gratuits : https://bougezchezvous.fr/. De son côté, la FFH lance, via Zoom, un programme d'activités digital accessible à tous www.handisport.org/handisport-sinvite-chez-vous ) pour se maintenir en forme chez soi (article en lien ci-dessous). Au programme : zumba, fitness en LSF, pilates... Par ailleurs, le Comité paralympique et sportif français est contraint d'annuler les plateaux de détection « La Relève » prévus en 2020 -ceux de 2021 sont maintenus- (article en lien ci-dessous) ; ce programme national entend sélectionner des personnes en situation de handicap âgées de 16 à 35 ans avec l'objectif de les préparer pour les Jeux de Paris 2024.

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"

Commentaires2 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Handicap.fr vous suggère aussi...
2 commentaires

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.