Scandale centre psychiatrique, des méthodes d'un autre âge

Nouvelle affaire de maltraitance dans un centre psychiatrique de l'Ain. Un asile de fous à l'ancienne, avec ses patients attachés aux lits, punis à l'isolement... La contrôleure générale des lieux de privation de liberté dresse un bilan accablant.

17 mars 2016 • Par L'AFP pour Handicap.fr

Thèmes :

Commentaires12 Réagissez à cet article
Illustration article

Par Sofia Bouderbala, avec Grégory Danel à Lyon

Un asile de fous à l'ancienne, avec ses patients attachés aux lits, punis à l'isolement : la contrôleure générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) a publié le 16 mars 2016 un rapport accablant sur le Centre psychothérapique de l'Ain. « Il s'agit des violations les plus graves des droits fondamentaux constatées par les contrôleurs qui ont déjà visité 40% des établissements  psychiatriques de France », a déclaré Adeline Hazan lors d'une conférence de presse consacrée à ce centre de Bourg-en-Bresse, le seul établissement de soins psychiatriques du département.

Depuis un an à l'isolement

« On a constaté le cas d'une jeune femme qui était depuis un an en chambre d'isolement, les quatre membres attachés, mais qui par contre était autorisée à rentrer chez elle tous les weekends où elle vivait normalement, allait chez le coiffeur », a relaté Mme Hazan, qui a fait du contrôle des établissements psychiatriques la priorité de son mandat. Le directeur du centre psychothérapique Pascal Vassalo a assuré à l'AFP qu'il travaillait avec l'Agence régionale de santé (ARS) à « un plan d'actions pour remédier à certains dysfonctionnements ». « On trouve que le rapport est très sévère. On ne reconnaît pas le fonctionnement de notre établissement », a-t-il dit.

Du jamais vu

C'est au contraire l'effarement qui a saisi les contrôleurs venus visiter le centre, du 11 au 15 janvier 2016, et qui dressent une longue liste de « restrictions disproportionnées » des libertés. Leur rapport constate un « accès limité à la cour intérieure pour la majorité des patients, à deux fois une demi-heure par jour » dans une des unités. Des « prescriptions d'enfermement et de contention » sont renouvelées dans certains cas, « sans examen systématique du patient ». Parfois même utilisées « à des fins disciplinaires ». Pour une capacité de 412 lits, le centre compte 46 chambres d'isolement, dont en moyenne 35 sont occupées quotidiennement. Certains patients y sont attachés à un fauteuil ou à leur lit « jusqu'à 23 heures par jour ». « Cela peut durer plusieurs mois, c'est du jamais vu », a dit Adeline Hazan. « On ne respecte pas la dignité des personnes », s'est ému Béatrice Borrel, présidente de l'Union nationale de familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques (Unafam).

Crier ou taper pour appeler

« La situation est anormale (...) On a érigé en pratique générale ce qui devait relever de l'exception », a commenté la directrice de l'ARS Auvergne-Rhône-Alpes, Véronique Wallon. Seules certaines de ces 46 chambres sont équipées d'un bouton d'appel, « dont beaucoup ne fonctionnent pas », et les malades n'ont d'autre recours que de crier ou taper sur les portes pour appeler, ou pour ceux qui sont attachés d'attendre le passage d'un infirmier pour boire ou accéder au bassin (toilettes). « On n'a pas l'impression d'être des barbares » mais « on reconnaît que nos pratiques médicales nécessitent des améliorations », a concédé Jean-Claude Michalon, président de l'association lyonnaise qui gère le centre de l'Ain.

Vers la création d'un « observatoire national » des établissements

« On n'a jamais été alerté d'abus », s'est aussi défendu le directeur du centre, arguant que jusqu'à la loi santé de janvier 2016, qui encadre strictement le recours à l'isolement et à la contention, « il n'y avait pas de règlementation sur les pratiques de soins intensifs ». La nouvelle loi oblige les établissements à tenir « un registre avec le nom du médecin qui a pris la décision, le motif, la durée avec un recensement par établissement du nombre de mesures prises chaque année », a précisé Mme Hazan. Elle se dit favorable à la création d'un « observatoire national » des établissements.

Six mois pour corriger le tir

Dans ses recommandations au ministère de la Santé, qui s'est engagé à les suivre, la contrôleure demande en priorité d'« ériger en règle la libre-circulation dans l'établissement » et de fixer des délais et règles claires à la contention et à l'enfermement. Elle demande également un renforcement des activités thérapeutiques dans ce centre où les patients souffrent mais aussi « s'ennuient », et une formation du personnel aux situations de crise. L'établissement a six mois pour se conformer au plan d'actions, a précisé l'ARS. Il s'agit de la sixième recommandation en urgence de la CGLPL, la première concernant la psychiatrie depuis la création de l'institution en 2008.

© Photo d'illustration générale : Wisky/Fotolia

Partager sur :
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2019) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires12 Réagissez à cet article

Thèmes :

12 commentaires












Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.