Handicap : chute de la confiance envers les politiques

Seulement 8% des personnes concernées par le handicap ont confiance dans la classe politique pour une meilleure prise en compte de leurs difficultés, une chute de 28 points en 10 ans selon un sondage de l'APF.

15 mars 2017 • Par L'AFP pour Handicap.fr

Thèmes :

Commentaires6 Réagissez à cet article
Illustration article

Dans la perspective des élections présidentielle et législative, 4 850 personnes concernées par le handicap (3 596 en situation de handicap et 1 254 proches) ont été interrogées en ligne, du 6 au 28 février. Selon cette étude Ifop "Elections 2017 et handicap" pour l'Association des paralysés de France (APF), consultée le 14 mars 2017 par l'AFP, seulement 8% ont dit avoir confiance dans la classe politique pour que les difficultés des personnes handicapées soient mieux prises en compte par la société, comparé à 36% en 2007. Et 94% des personnes interrogées estiment que le handicap n'occupe pas une place suffisamment importante dans la campagne.

Les mesures prioritaires

Les mesures citées en priorité pour améliorer les conditions de vie des personnes handicapées sont une meilleure prise en charge financière des aides humaines et matérielles (58%), la création d'un revenu individuel d'existence (48%) et le développement de l'accessibilité des bâtiments, transports ou logements (39%). En 10 ans, 52% estiment que l'accès aux contenus numériques, notamment internet, s'est plutôt amélioré. En revanche, une proportion importante considère que la situation s'est détériorée en ce qui concerne leur niveau de vie (65%), l'accès à l'emploi (52%) et l'accès aux soins (42%). Concernant l'accès aux transports et aux lieux publics, 39% pensent que la situation est restée stable. 79% des personnes en situation de handicap disent s'en sortir difficilement, ou très difficilement, avec les ressources de leur foyer.

40 propositions

À l'occasion de cette consultation, l'APF a rendu publiques 40 propositions, autour de cinq axes : la création d'un "risque autonomie" pour financer l'intégralité des dépenses liées aux aides à l'autonomie, un revenu individuel d'existence pour les personnes ne pouvant pas travailler en raison de leur handicap, une meilleure accessibilité des bâtiments et transports, des mesures pour l'emploi et pour la scolarité.

Partager sur :
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2019) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires6 Réagissez à cet article

Thèmes :

6 commentaires






Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.